Rechercher

Une campagne en faveur de la restauration du cimetière juif de Bahreïn

L'Association des communautés juives du Golfe veut notamment y planter des arbres dans le cadre d'une initiative visant à rénover le seul cimetière juif encore utilisé

Le cimetière juif de Manama, à Bahreïn. (Autorisation : Association des communautés juives du Golfe via JTA)
Le cimetière juif de Manama, à Bahreïn. (Autorisation : Association des communautés juives du Golfe via JTA)

JTA — L’Association des communautés juives du Golfe (AGJC), une organisation qui œuvre à promouvoir la vie juive dans les États du Golfe, lancera une campagne de collecte de fonds, dimanche, pour permettre de restaurer le cimetière juif de Bahreïn, le seul cimetière juif à être encore utilisé dans la région du Golfe.

Dans le cadre de cette initiative, qui commencera le jour de Tu Bishvat (17 janvier cette année), la fête juive des arbres, des arbres seront plantés dans le cimetière.

« Nous allons planter des arbres dans le cimetière juif de Bahreïn, ce qui revient à redonner vie à tous ceux qui ont vécu, depuis des siècles, dans la belle communauté de Bahreïn et qui ont choisi la terre de Bahreïn pour leur sommeil éternel », a dit le rabbin Eli Abadie, à la tête de l’AGJC, en commentant ce projet.

La communauté juive de Bahreïn existe depuis environ 140 ans. Elle remonte à la fin du 19e siècle, quand un groupe de Juifs irakiens et quelques Juifs d’Iran étaient arrivés, à la recherche d’opportunités économiques. Un grand nombre d’entre eux étaient pauvres et sans éducation mais ils avaient trouvé des emplois et avaient finalement prospéré dans l’industrie du textile.

Le cimetière de Manama, capitale de Bahreïn, avait été créé quand la communauté avait été à son apogée, dans les années 1920 et 1930. Il y avait eu, à ce moment-là, entre 800 et 1500 Juifs à Bahreïn.

Dans les décennies qui ont suivi, la communauté a diminué et elle compte aujourd’hui environ 50 membres, de nombreux jeunes Juifs ayant quitté Bahreïn.

Mais après que les Émirats arabes unis ont signé les Accords d’Abraham avec Israël et que Bahreïn a normalisé ses relations dans la foulée avec l’État juif, les leaders des communautés juives du Golfe ont tenté de redonner un nouveau souffle à la vie juive dans la région et en particulier à Bahreïn où se trouvent le seul cimetière juif encore utilisé, ainsi qu’une synagogue.

Au mois d’octobre, la communauté a célébré son tout premier mariage juif depuis plus de 50 ans et l’AGJC a lancé un service de rencontre pour les Juifs de tous les États du Golfe.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...