Israël en guerre - Jour 191

Rechercher

Une chaussure compostable conçue en Italie avec le savoir-faire israélien

Balena développe ce qu'elle décrit comme le premier produit de mode en plastique entièrement compostable au monde, qui se décompose sans laisser de déchets ni de produits nocifs

Sharon Wrobel est journaliste spécialisée dans les technologies pour le Times of Israel.

Les claquettes de Balena se biodégradent dans la terre sans laisser de déchets ni de produits chimiques nocifs. (Autorisation)
Les claquettes de Balena se biodégradent dans la terre sans laisser de déchets ni de produits chimiques nocifs. (Autorisation)

Avec le chic de Milan et la high-tech développée à Tel Aviv, une startup israélienne spécialisée dans la science des matériaux a lancé des chaussures tendance fabriquées dans un matériau entièrement compostable, dans le but de remplacer le plastique polluant actuellement utilisé par les marques de mode pour les vêtements et les chaussures.

Les chaussures de Balena sont entièrement fabriquées en BioCir, un matériau biodégradable flexible composé d’ingrédients naturels liés par des polymères et des modificateurs, qui se décompose en retournant dans la terre sans laisser de déchets ni de produits chimiques nocifs.

La société de Tel Aviv a lancé en décembre des claquettes parfumées à la cannelle pour hommes et femmes, conçues et fabriquées en Italie et les mille premières paires ont été vendues à Tel Aviv pour 180 shekels chacune.

David Roubach, fondateur et PDG de Balena. (Autorisation)

Lorsque les utilisateurs décident de ne plus porter leurs chaussures, ils peuvent les apporter dans des magasins de fleurs ou de plantes spécifiques autour de Tel Aviv, où elles seront acheminées vers une installation de compostage industriel dans le sud d’Israël, plutôt que de finir dans une décharge.

David Roubach, PDG de Balena, affirme que la startup a lancé le premier produit de mode en plastique entièrement compostable au monde, conçu pour offrir une alternative aux matériaux toxiques à base de combustibles fossiles utilisés dans l’industrie de la mode. Pour Roubach, les chaussures ne sont que le début de l’utilisation potentielle du plastique biodégradable dans la mode, les vêtements et autres produits de consommation.

« La difficulté était de concevoir et de développer des plastiques compostables qui pourraient convenir à la mode et dans ce domaine », a déclaré Roubach au Times of Israel. « Nous sommes actuellement en pourparlers avec les plus grandes entreprises de chaussures… pour leur permettre de fabriquer une ligne de chaussures compostables. »

« Essentiellement, notre solution de biorecyclage [recyclage biologique] qui utilise des processus biologiques pour décomposer les déchets et les convertir en compost pourrait être adaptée à n’importe quel produit dans le monde », a-t-il ajouté.

L’industrie de la mode est responsable de près de 8 % de la production mondiale de dioxyde de carbone, et la teinture des textiles est un important pollueur d’eau, selon le Programme des Nations unies pour l’environnement. C’est la deuxième industrie la plus polluante après les industries pétrolières et gazières, avec 1,2 milliard de tonnes d’émissions de gaz à effet de serre par an.

Avec l’émergence de la fast fashion, on estime que les gens achètent 60 % de vêtements en plus qu’il y a 15 ans et les portent deux fois moins longtemps. En conséquence, des millions de tonnes de vêtements de mode ou de déchets textiles sont déversés dans des décharges ou brûlés chaque année, polluant la terre et les océans avec des microplastiques dangereux qui ne se biodégraderont pas avant des centaines d’années.

La taille du marché mondial des plastiques biodégradables était estimée à 4,3 milliards de dollars en 2021 et devrait atteindre 12,9 milliards de dollars d’ici 2030, selon un rapport d’Acumen Research and Consulting.

Avec le Dr Yanir Shaked, un ingénieur plastique, Roubach a fondé Balena il y a trois ans pour développer des polymères biodégradables et compostables afin d’apporter une solution biologique au plus grand défi de l’industrie de la mode. C’est après que Roubach a créé des produits textiles portables lorsqu’il servait dans une unité spéciale de combat de l’armée de l’air israélienne et étudiait à l’université Bocconi de Milan.

« Actuellement, il y a des startups cool qui développent des solutions biodégradables et compostables pour l’industrie de l’emballage, mais ce n’est pas commercialisé comme cela devrait l’être », a déclaré Roubach. « Notre idée était de changer l’industrie et de l’amener à ce dont l’industrie de la mode a besoin ».

« Au cours des 10 dernières années, il y a beaucoup de mouvement également dans l’industrie de la mode pour soutenir l’approche de l’économie circulaire et de la durabilité, mais principalement avec le recyclage et sans grand succès », a noté Roubach.

La solution de Balena utilise des processus biologiques pour décomposer les déchets et les transformer en compost. (Autorisation)

« C’est très difficile de recycler des produits qui ont des matières premières différentes ; dans la mode aujourd’hui, 60 % de tous les matériaux utilisés sont en plastique », a déclaré Roubach. « Si vous avez 10 variétés différentes de plastique brut dedans, vous ne pourrez jamais le désassembler pour le recycler. Ou si vous avez une chemise, qui est composée de 70 % de coton et de 30 % de polyester, il sera difficile de désassembler les matériaux les uns des autres. »

Le matériau BioCir développé par Balena est un matériau thermoplastique flexible qui peut être utilisé pour la fabrication de produits par impression 3D, moulage par injection ou extrusion, ce qui, selon Roubach, le rend hautement évolutif, prêt à être mis en œuvre et à collaborer avec divers secteurs verticaux et industriels.

En outre, il a souligné que le coût associé au tri, au nettoyage et au recyclage industriel des déchets textiles peut être élevé.

« Lorsque les clients rapportent des produits de mode dans les magasins, ils sont collectés mais ensuite vous ne savez pas ce qu’il en advient et dans de nombreux cas, ce qui se passe aujourd’hui, c’est qu’ils seront expédiés en Chine dans des usines pour être fondus et recyclés à l’autre bout du monde », a déclaré Roubach. « Notre processus est plus local, il réduit les coûts et l’empreinte [environnementale]. »

Balena travaille au développement d’autres matériaux plus rigides à base de biopolymères qui pourront être utilisés, par exemple, pour les montures de lunettes de soleil et les boutons taillés sur mesure pour remplacer les plastiques non durables et polluants.

« Nous avons pour objectif d’être la principale entreprise scientifique de biomatériaux spécialisée dans l’économie circulaire », a déclaré Roubach. « À l’avenir, nous prospérons pour avoir une solution de biorecyclage biodégradable et biosourcée pour chaque plastique conventionnel de l’industrie. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.