Une dirigeante des Femmes du Mur arrêtée pour “contrebande de Torah”
Rechercher

Une dirigeante des Femmes du Mur arrêtée pour “contrebande de Torah”

En pleine impasse sur l’accord pour créer une zone de prières égalitaires au mur Occidental, le groupe annonce la brève arrestation de sa directrice exécutive

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

Leslie Sachs, directrice des Femmes du Mur, porte un rouleau de Torah pendant qu'elle est escortée par des policiers à l'écart du mur Occidental, à Jérusalem, le 7 juin 2016. (Crédit : Michal Fattal)
Leslie Sachs, directrice des Femmes du Mur, porte un rouleau de Torah pendant qu'elle est escortée par des policiers à l'écart du mur Occidental, à Jérusalem, le 7 juin 2016. (Crédit : Michal Fattal)

La dirigeante d’une organisation, faisant campagne pour obtenir l’égalité des droits pour que les femmes au mur Occidental puissent y prier, a été arrêtée mardi matin par la police pour avoir introduit un rouleau de la Torah sur la place de prières, en contravention des régulations orthodoxes imposées sur le lieu saint.

La directrice exécutive des Femmes du Mur, Leslie Sachs, a été « arrêtée par la police pendant qu’elle quittait le mur Occidental », a annoncé le groupe mardi.

Sachs a été arrêtée avec un rouleau de Torah qui a été remis au groupe par une congrégation américaine, à la suite d’un service mensuel de Rosh Hodesh marquant le début du mois juif.

L’incident a eu lieu alors qu’un accord pour créer un nouveau lieu de prières égalitaires au mur Occidental semblait être dans une impasse face à la pression des ultra-orthodoxes au sein du gouvernement.

« Sachs a été arrêtée pour ‘trouble à l’ordre public’ malgré un service de prières relativement calme et sans histoire avec 80 Femmes du Mur, ont déclaré les Femmes du Mur dans un communiqué. La raison donnée par la police pour cette action est : contrebande d’un rouleau de Torah dans la section des femmes. »

Le rouleau, donné par la congrégation B’nei Israel de Sacramento, était détenu par la police avec Lesley Sachs, selon l’organisation.

Un porte-parole de la police a annoncé que Sachs était retenu pour être interrogée mais n’était pas en détention.

La police avait généralement cessé d’arrêter des membres des Femmes du Mur pendant leurs services mensuels au mur Occidental, en attendant la décision de la Cour suprême sur l’utilisation de rouleaux de Torah par des femmes.

Dans le judaïsme orthodoxe, seuls les hommes portent les rouleaux de Torah. Les Femmes du Mur mènent des services paritaires au mur Occidental pour protester contre les régulations imposées par l’Etat.

« Bien que nous croyions que la Torah a été remise également aux hommes et aux femmes au mont Sinaï, et bien qu’hommes et femmes aient sacrifié leurs vies et celles de leurs proches pour la réunification de Jérusalem, en 2016 les Femmes du Mur bataillent pour avoir accès aux rouleaux de Torah au Kotel », a annoncé lundi l’organisation dans un communiqué.

Le rabbin Shmuel Rabinovitch, grand rabbin du mur Occidental et opposant déclaré aux Femmes du Mur, a déclaré que l’incident profanait le lieu saint.

« Etant responsable de la sainteté du mur Occidental, je prévois de jeûner pour atténuer la disgrâce causée à la Torah », a-t-il déclaré.

Leslie Sachs, directrice exécutive des Femmes du Mur, porte un rouleau de Torah pendant qu'elle est escortée par des policiers à l'écart du mur Occidental, à Jérusalem, le 7 juin 2016. (Crédit : Michal Fattal)
Leslie Sachs, directrice exécutive des Femmes du Mur, porte un rouleau de Torah pendant qu’elle est escortée par des policiers à l’écart du mur Occidental, à Jérusalem, le 7 juin 2016. (Crédit : Michal Fattal)

Les dirigeants ultra-orthodoxes s’opposent à un accord attribuant une section du site aux services de prières non orthodoxes. Une réunion à haut niveau de la semaine dernière entre des dirigeants de la Diaspora, le Premier ministre Benjamin Netanyahu et d’autres responsables israéliens n’a pas réussi à trouver de compromis, certains prévenant que cet échec pourrait nuire aux relations de la Diaspora avec l’Etat juif.

Cet accord, voté le 31 janvier par le cabinet, reflétait le travail de plusieurs années de négociations et appelait à une plate-forme de prière permanente qui devait être construite le long de l’extrémité sud du mur Occidental, dans une zone du parc archéologique Davidson, connue comme l’arche de Robinson. Actuellement, deux plates-formes de prières temporaires sont installées dans deux parties distinctes du parc.

Le projet avait été annoncé comme un symbole d’unité juive dans la majorité de la Diaspora juive.

Mais quelques jours après cette déclaration, qui avait fait les gros titres des médias internationaux, la décision du cabinet avait rencontré l’ire des partis ultra-orthodoxes de la coalition ténue de Netanyahu, qui voient le pavillon du mur Occidental comme une synagogue orthodoxe en plein air. Sa mise en place a été contrecarrée ces quatre derniers mois.

La semaine dernière, à la fin de la dernière période de 60 jours de délai pour commencer la mise en place du projet, des dirigeants religieux juifs américains avaient rencontré Netanyahu pour essayer de trouver un moyen de sortir de cette impasse.

Le bureau du Premier ministre avait publié un communiqué après la rencontre annonçant qu’il continuait à travailler sur le sujet et était déterminé à résoudre ce problème. Netanyahu avait assisté à environ un tiers de la réunion de 90 minutes.

Cependant, certains préviennent qu’une crise pourrait se profiler à l’horizon.

« Il n’y aura pas d’équivalent à ce niveau de crise avec la Diaspora juive si une solution rapide et respectable n’est pas trouvée », avait déclaré Yozhar Hess, dirigeant du mouvement conservateur en Israël.

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...