Défiant l’interdiction, des femmes organisent une prière au mur Occidental
Rechercher

Défiant l’interdiction, des femmes organisent une prière au mur Occidental

Les Femmes du Mur ont organisé une cérémonie au lieu saint de Jérusalem malgré l’interdiction du procureur général

Des femmes avec un rouleau de la Torah pendant un office mensuel au mur Occidental, le lieu de prières le plus saint du judaïsme, le 20 avril 2015. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Des femmes avec un rouleau de la Torah pendant un office mensuel au mur Occidental, le lieu de prières le plus saint du judaïsme, le 20 avril 2015. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

L’organisation des Femmes du Mur a poursuivi dimanche son projet d’organiser une bénédiction sacerdotale au mur Occidental à Jérusalem, malgré un jugement du procureur général interdisant au groupe d’agir ainsi.

Plusieurs douzaines de femmes qui arrivaient pour la cérémonie de bénédiction, traditionnellement effectuée par des hommes de la classe des prêtres, les Cohanim, ont été brièvement détenues par les forces de sécurité à l’entrée du lieu saint, mais ont finalement été autorisées à organiser un service dans l’espace des femmes, a annoncé l’organisation.

Le mois dernier, le procureur général Avichai Mandelblit avait déclaré que le groupe pluraliste, qui défend le droit des femmes à prier au mur Occidental, ne pouvait pas organiser de bénédiction sacerdotale dans la section des femmes du mur Occidental, puisque cela allait à l’encontre des coutumes traditionnelles, et par conséquent violait les règles du site religieux.

Le mur Occidental, le lieu de prières le plus saint du judaïsme, est administré par des autorités ultra-orthodoxes, qui détiennent un monopole sur les affaires religieuses en Israël et s’opposent fortement aux prières mixtes ou menées par des femmes, les voyant comme une profanation pour leur interprétation stricte de la loi juive.

Il n’avait pas été précisé si les Femmes du Mur défieraient le jugement du procureur général. Initialement, le groupe avait rejeté la décision de Mandelblit, et indiqué qu’il procèderait à la bénédiction.

Les Femmes du Mur avaient ensuite reculé, et annoncé qu’elles acceptaient « à regret » la décision de Mandelblit.

« C’est une décision malheureuse qui se soumet à la pression politique d’un groupe extrémiste minoritaire dont le seul but est de saboter la parité au mur Occidental et d’empêcher les femmes d’avoir le droit de prier », avait déclaré à ce moment Anat Hoffman, présidente des Femmes du Mur.

Dans une action historique, le gouvernement israélien a voté en début d’année la modification de la place de l’arche de Robinson, adjacente de la place de prière orthodoxe actuelle, pour les prières mixtes au mur Occidental. Cela avait été vu comme une victoire pour les courants libéraux du judaïsme, qui sont dominants aux Etats-Unis.

Mais le projet a rencontré une opposition féroce des députés et des groupes ultra-orthodoxes en Israël, dont beaucoup ont de l’influence sur la coalition gouvernementale étroite du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

L’accord étendrait la section non orthodoxe du mur et construirait une entrée partagée pour les deux parties. Les Femmes du Mur avaient accepté de déplacer leur service mensuel vers la section non orthodoxe une fois qu’elle serait ouverte.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...