Une enquête de l’armée semble confirmer que la foudre a activé les roquettes
Rechercher

Une enquête de l’armée semble confirmer que la foudre a activé les roquettes

Des caméras ont filmé deux éclairs frappant des panneaux électriques dans la ville de Shejaiya, ce qui a activé les lanceurs souterrains du Hamas, selon la Treizième chaîne

Cette photo prise depuis la bande de Gaza montre un tir de roquette côtoyer un éclair lors d'un orage le 15 novembre 2020. (Crédit : MOHAMMED ABED / AFP)
Cette photo prise depuis la bande de Gaza montre un tir de roquette côtoyer un éclair lors d'un orage le 15 novembre 2020. (Crédit : MOHAMMED ABED / AFP)

Une enquête de l’armée israélienne aurait déterminé que la foudre était effectivement responsable du lancement de deux roquettes lancées vers Israël depuis Gaza le week-end dernier.

Dans la nuit de samedi à dimanche, peu après deux heures du matin, deux roquettes ont été tirées depuis la bande de Gaza. L’une est tombée dans un terrain vague d’Ashdod et la seconde sur la plage Palmachim de Tel Aviv. Elles n’ont fait ni blessés ni dégâts.

Des éclats d’un missile intercepteur du Dôme de fer ont causé des dégâts mineurs à Bat Yam.

Des caméras militaires ont filmé deux éclairs frappant des panneaux électriques dans la ville de Shejaiya, au nord de la bande de Gaza, a rapporté jeudi la Treizième chaîne.

La foudre a généré des impulsions électriques qui ont activé les lanceurs souterrains du Hamas, provoquant les tirs de roquettes sur le territoire israélien, selon l’enquête.

Cette enquête confirmerait les informations des médias palestiniens, qui affirment que les roquettes, chargées et dirigées vers le centre d’Israël au préalable, ont été activées par la tempête.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre de la Défense Benny Gantz ont mis en garde les groupes terroristes de Gaza plus tard dimanche, ces derniers indiquant que leurs dirigeants pourraient être visés si les tirs depuis l’enclave se poursuivaient.

L’armée israélienne a riposté aux tirs de roquettes et dit avoir « frappé une structure souterraine du Hamas et plusieurs bases militaires du groupe terroriste dans la bande de Gaza ».

Ce n’est pas la première fois que le mauvais temps est tenu pour responsable d’un tir de roquette.

À LIRE : La foudre qui tombe à pic : Israël et le Hamas attribuent les frappes à la météo

En octobre 2018, lorsqu’une roquette a détruit une maison de Beer Sheva et qu’une autre a atterri au large des côtes israéliennes, puis en mars 2019, lorsqu’une roquette a touché une maison du centre d’Israël et fait sept blessés dont deux bébés et causé d’important dégâts, la météo avait été invoquée.

Dans ces deux situations, survenues au cours de périodes de tensions accrues, la foudre aurait été le déclencheur du lancement, activant des roquettes qui avaient été amorcées en amont et qui visaient le centre d’Israël.

Judah Ari Gross a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...