Une équipe pour lutter contre les Infox anti-vax au ministère de la Santé
Rechercher

Une équipe pour lutter contre les Infox anti-vax au ministère de la Santé

Des employés contrôlent les médias traditionnels et les réseaux sociaux presque en permanence pour traquer la désinformation ; le ministère de la Justice fait supprimer les posts

Des slogans et des graffitis anti-vax sur les murs d'un centre de vaccination, le 5 janvier 2021. (Crédit : Yossi Aloni/FLASH90)
Des slogans et des graffitis anti-vax sur les murs d'un centre de vaccination, le 5 janvier 2021. (Crédit : Yossi Aloni/FLASH90)

Un certain nombre d’employés spécialistes des technologies traquent en permanence les infox virales sur internet susceptibles de nuire à la campagne de vaccination contre le coronavirus en Israël au centre opérationnel du ministère de la Santé, indique un article publié samedi.

Cette équipe regroupant onze personnes – sept autres employés devraient aussi la rejoindre rapidement – contrôle étroitement les médias traditionnels et les réseaux sociaux pour y dénicher les données mal présentées et les faux documents qui pourraient amener les Israéliens à refuser de se faire vacciner, a noté le journal Haaretz.

S’il s’avère qu’une page ou un groupe, sur les réseaux sociaux, transmettent des informations mensongères sur la COVID-19, ils sont supprimés en l’espace de 24 heures avec l’aide du département chargé d’internet au sein du ministère de la Justice qui entre en contact avec le réseau alors concerné, a indiqué l’article.

« Le bastion des infox, sur le web, c’est Telegram et c’est donc ce média que nous contrôlons le plus », a déclaré Amit Goldstein, à la tête du « siège anti-infox », à Haaretz.

Illustration : l’application Telegram sur smartphone. (Crédit : AP)

Goldstein a ajouté que les publications initialement parues sur l’application de messagerie Telegram sont ensuite rapidement partagées sur les autres plateformes et que dans la mesure où Telegram ne coopère pas avec les autorités, la principale mission de l’équipe est de surveiller la propagation ultérieure des infox sur les autres plateformes.

Toutes les fake news n’intéressent pas l’équipe, continue Goldstein qui évoque uniquement les posts qui sont susceptibles de porter préjudice parce qu’elles ont été largement reprises sur les réseaux sociaux.

Plus de 3,8 millions d’Israéliens ont reçu la première dose de vaccin contre la COVID-19 et 2,4 millions ont d’ores et déjà eu les deux doses. Mais la campagne de vaccination a récemment ralenti.

Une haute-responsable de la plus importante caisse d’assurance-maladie du pays a attribué la responsabilité de cet engourdissement de la campagne aux infox qui font la promotion du scepticisme face au vaccin.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...