Une ex-employée de Sara Netanyahu veut faire témoigner des fonctionnaires
Rechercher

Une ex-employée de Sara Netanyahu veut faire témoigner des fonctionnaires

La jeune femme poursuit l'épouse du Premier ministre pour violences présumées ; l'avocat de Netanyahu juge honteux que l'accusation n'ait pas annulé "cette plainte ridicule"

Sara Netanyahu, épouse du Premier ministre, arrive au tribunal de Jérusalem le 7 octobre 2018. (Crédit : AFP / Pool/Amit Shabi)
Sara Netanyahu, épouse du Premier ministre, arrive au tribunal de Jérusalem le 7 octobre 2018. (Crédit : AFP / Pool/Amit Shabi)

Une ancienne employée de la résidence du Premier ministre a rempli dimanche les documents juridiques demandant que les responsables du bureau du Premier ministre soient interrogés dans le cadre de sa plainte contre Sara Netanyahu.

Elle demandait qu’une assignation à comparaître soit adressée à plusieurs responsables, notamment au directeur-général du bureau du Premier ministre Yoav Horowitz, au gérant de la résidence officielle Effie Azoulay et à la conseillère du Premier ministre sur les questions ultra-orthodoxes, Rivka Paluch, a rapporté le site Walla.

Shira Raban, jeune ultra-orthodoxe alors âgée de 24 ans et mère de 3 enfants, a travaillé comme femme de ménage à la résidence des Netanyahu en 2017. Elle avait entamé des poursuites peu après avoir quitté son poste au bout d’un mois et demandait 225 000 shekels (63 000 euros) de dommages et intérêts. Raban affirme que l’épouse du Premier ministre l’insultait de manière continue lorsqu’elle travaillait chez elle.

Yossi Cohen, l’avocat de Sara Netanyahu, a raillé la demande d’impliquer des proches du Premier ministre et d’autres fonctionnaires dans cette affaire, estimant qu’il est « gênant et honteux que l’accusation n’ait pas annulé cette plainte ridicule et ne s’en excuse pas ».

L’avocat de Sara et Benjamin Netanyahu Yossi Cohen, lors d’une audience au tribunal sur une plainte déposée par Shira Raban au tribunal du travail de Jérusalem, le 8 novembre, 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

L’ancienne employée se plaint notamment d’avoir été interdite de prendre des jours de congés quand l’un de ses enfants était malade et obligée d’utiliser les toilettes situées hors du bâtiment principal.

Elle a également affirmé que le fils aîné du Premier ministre Yair Netanyahu inspectait régulièrement la propreté des lieux.

Netanyahu aurait interdit à l’ancienne employée de manger, de boire et de se reposer, et elle devait se changer une dizaine de fois par jour. Elle devait également se laver les mains une centaine de fois par jour, à l’eau chaude, et se les essuyer sur une serviette distincte de celle utilisée par les Netanyahu, affirme la plainte.

Les Netanyahu nient tout tort et rejettent ces allégations qu’ils estiment faire partie d’une chasse aux sorcières politique par un média hostile.

Plusieurs anciens employés ont déjà accusé la femme du Premier ministre de mauvais traitements. L’ancien concierge de la résidence officielle a ainsi remporté un procès pour violence verbale et émotionnelle.

Sara Netanyahu est également impliquée dans une affaire criminelle dans laquelle Ezra Saidoff, ancien concierge de la résidence officielle, et elle ont été accusés en juin dernier de fraude et abus de confiance. Ils auraient dépensé 100 000 dollars en repas de traiteur alors qu’un chef cuisinier officiait à la résidence.

Les poursuites dont fait l’objet Sara Netanyahu sont distinctes des déboires juridiques pesant sur son mari, qui est suspecté d’avoir accepté des cadeaux illicites, des pots-de-vin et tenté d’avantager des magnats des médias en échange d’une couverture médiatique favorable.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...