Une gravure de ménorah unique sur de la nacre retrouvée dans la Césarée antique
Rechercher

Une gravure de ménorah unique sur de la nacre retrouvée dans la Césarée antique

La tablette, vieille de 1500 ans, ornée d’un candélabre et provenant probablement d'un boitier de Sefer Torah, a été retrouvée près d’un temple romain

Ilan Ben Zion est journaliste au Times of Israel. Il est titulaire d'une maîtrise en diplomatie de l'Université de Tel Aviv et d'une licence de l'Université de Toronto en études du Proche-Orient et en études juives

Une tablette en nacre gravée d'une ménorah retrouvée à Césarée, en avril 2017. (Crédit : Ilan Ben Zion/Times of Israël)
Une tablette en nacre gravée d'une ménorah retrouvée à Césarée, en avril 2017. (Crédit : Ilan Ben Zion/Times of Israël)

Une tablette en nacre de 1 500 ans sur laquelle est gravée une ménorah à six branches, qui appartenait probablement à un rangement destiné à un rouleau de Torah, a été récemment retrouvée dans la ville romaine antique de Césarée, sur la côte israélienne, ont annoncé les archéologues mercredi.

L’objet, le premier du genre fait de matériel précieux portant un symbole juif, était l’une des découvertes présentées mercredi par l’Autorité israélienne des Antiquités (IAA) après de nouvelles fouilles menées dans le cadre de la restauration du port antique.

Il a été retrouvé près d’un temple de l’époque romaine dédié à Auguste César, qui a été construit par le roi Hérode au premier siècle précédent l’ère commune, mais date du quatrième ou du cinquième siècle de notre ère.

La découverte a eu lieu quelques jours avant la fête juive de Pessah, qui a commencé le 10 avril, a indiqué Peter Gendelman, archéologue de l’IAA.

L’annonce a été faite pendant une conférence de presse présentant en partie les découvertes réalisées pendant la restauration du port, restauration qui a coûté 100 millions de shekels.

Selon Gendelman, la petite tablette de nacre, qui date probablement de l’époque romaine-byzantine tardive, « indique une présence juive évidente à Césarée pendant cette période. »

La tablette provient de ce qui était « probablement une sorte de boîte », a-t-il ajouté. « Je peux même dire probablement d’un Sefer Torah », le rouleau manuscrit contenant les cinq premiers livres de l’Ancien Testament.

Elle a été trouvée près d’Augusteum, le temple dédié à Auguste, qui dominait le port pendant l’antiquité. Gendelman et son équipe ont aussi retrouvé l’autel du temple et une inscription partielle en grec qui n’a pas encore été étudiée.

Une inscription partielle en grec retrouvée pendant des fouilles à Césarée, en avril 2017. (Crédit : Ilan Ben Zion/Times of Israël)
Une inscription partielle en grec retrouvée pendant des fouilles à Césarée, en avril 2017. (Crédit : Ilan Ben Zion/Times of Israël)

« Nous faisons tous les jours de nouvelles découvertes », a dit Gendelman aux journalistes. Il a déclaré que la gravure en nacre n’était qu’ « une petite portion de la richesse de Césarée. »

La restauration est menée par l’IAA, l’Autorité des parcs et de la nature, la Fondation Edmond de Rothschild et la Corporation de développement de Césarée, et se concentre sur le port antique, ses entrepôts et le temple construit sur un podium au-dessus d’une énorme crypte.

L’un des plus important ouvrage de restauration se concentre sur le grand et emblématique aqueduc construit par les Romains pour acheminer l’eau du nord du pays dans la ville. Les archéologues prévoient de dévoiler dix autres marches du grand aqueduc, qui était l’une des sept structures qui apportaient de l’eau à Césarée.

Stuart Winer a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...