Une invasion de « frelons meurtriers » aux États-Unis menace abeilles et hommes
Rechercher

Une invasion de « frelons meurtriers » aux États-Unis menace abeilles et hommes

Les scientifiques veulent que la population apprenne à reconnaître ce frelon de 5 cm et avertissent qu'il pourrait impacter l'environnement de façon irrémédiable

Le frelon géant (Capture d'écran : National Geographic)
Le frelon géant (Capture d'écran : National Geographic)

Des chercheurs américains ont tiré la sonnette d’alarme sur la présence de « frelons meurtriers ». Ces derniers peuvent être mortels pour l’homme et constituent une grande menace pour les populations d’abeilles, a rapporté samedi le New York Times.

Les frelons géants mesurent environ 5 centièmes de long et ont une tête orange et jaune.

Selon l’article, l’insecte « a une apparence distinctive, avec un air féroce emprunté à un dessin animé et des yeux en forme de goutte qui rappellent Spider-Man, des rayures orange et noires qui s’étendent sur son corps à la manière d’un tigre, et de grandes ailes fines comme une petite libellule ».

Ces insectes utilisent des ailettes aiguisées pour décapiter les abeilles et emporter leurs corps afin de nourrir leurs petits. Les victimes humaines de leur dard l’ont décrit comme étant similaire à « un métal chaud qui entrerait dans la peau », explique le New York Times.

Au Japon, les insectes ont tué jusqu’à 50 personnes en un an, même s’ils ont tendance à attaquer seulement quand ils sont dérangés.

Une abeille en train de polliniser une fleur. (Dana Wachter : Times of Israël)

Les scientifiques s’inquiètent maintenant du fait que les frelons ont envahi les Etats-Unis et qu’ils pourraient décimer la population d’abeilles. Dans l’État de Washington, quatre signalements confirmés de la présence de cette menace volante ont été dénombrés en décembre.

Les chercheurs estiment que la disparition des colonies d’abeilles, déjà favorisée par les pesticides et le changement climatique, entre autres facteurs, pourrait menacer la production alimentaire, en l’absence de suffisamment d’abeilles pour polliniser les plantes.

« C’est un frelon vraiment très grand », a déclaré Todd Murray, entomologiste de l’Université de l’État de Washington et spécialiste des espèces invasives. « C’est un risque sanitaire, et encore plus grave, un prédateur important des abeilles. »

Murray a indiqué qu’il était important que la population apprenne à reconnaître l’insecte afin qu’il puisse être éradiqué avant qu’il ne se propage de trop.

« Quand une nouvelle espèce arrive dans notre État, c’est la première goutte d’eau d’un océan », a-t-il noté en déclarant que certaines espèces invasives peuvent entraîner des « changements pour toujours » dans le milieu écologique local.

« Juste comme ça, et ça change pour toujours », a déclaré Murray. « Nous devons apprendre aux gens comment reconnaître et identifier ce frelon alors que sa population est encore en faible nombre, afin que nous puissions l’éradiquer pendant que nous en avons encore l’opportunité. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...