Rechercher

Une jeune fille de 14 ans modérément blessée dans une fusillade présumée à Rahat

La police a ouvert une enquête ; la jeune fille a été emmenée à l'hôpital de Beer Sheva pour y être soignée

Illustration : Des unités de police dans la ville bédouine de Rahat après une fusillade, le 8 avril 2021. (Crédit: Police israélienne)
Illustration : Des unités de police dans la ville bédouine de Rahat après une fusillade, le 8 avril 2021. (Crédit: Police israélienne)

Une jeune fille de 14 ans a été modérément blessée cette nuit dans la ville de Rahat, dans le sud du pays.

L’adolescente a été emmenée à l’hôpital Soroka de Beer Sheva pour être soignée pour ce qui a été décrit par la police comme une « plaie pénétrante ».

La police a déclaré qu’elle avait ouvert une enquête pour déterminer si les blessures de la jeune fille étaient dues à des coups de feu.

Les communautés arabes d’Israël ont connu une recrudescence de la violence ces dernières années, principalement, mais pas exclusivement, à cause du crime organisé. Les Arabes israéliens blâment la police, qui, selon eux, n’a pas réussi à sévir contre de puissantes organisations criminelles et détourne largement le regard face à ces violences – querelles familiales, guerres de territoire mafieuses et violence contre les femmes. La communauté a aussi souffert de décennies de négligence.

L’incident s’est produit quelques heures après qu’une femme de 33 ans a été tuée par balle devant son domicile dans la ville arabe de Qalansawe, à l’est de Netanya.

Un homme non identifié a tiré sur la femme alors qu’elle se tenait à côté de sa voiture et a fui la scène.

Les secours ont soigné la femme sur place et l’ont emmenée d’urgence à l’hôpital Meir de Kfar Saba dans un état critique, mais elle a succombé à ses blessures.

L’ONG Abraham Initiatives, qui surveille et fait campagne contre la violence dans la communauté arabe, a déclaré que 125 Arabes – un record absolu – ont été tués en Israël en 2021 à la suite de violences et de crimes.

Au début de l’année, le ministre de la Sécurité intérieure, Omer Bar-Lev, a déclaré que les « familles criminelles de la communauté arabe » tenaient « la communauté par la gorge ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...