Une mannequin accusée d’avoir agressé un policier et un chauffeur de taxi
Rechercher

Une mannequin accusée d’avoir agressé un policier et un chauffeur de taxi

Le parquet affirme qu’Elia Kadosh a violé les termes de sa résidence surveillée, mise en place car elle avait déjà agressé le personnel médical d’un hôpital

Elia Kadosh (Crédit : capture d'écran YouTube)
Elia Kadosh (Crédit : capture d'écran YouTube)

Le parquet a mis en examen dimanche une mannequin qui a agressé un policier et un chauffeur de taxi, en violation de son placement en résidence surveillée décidé car elle avait agressé des gardes de sécurité d’un hôpital de Tel Aviv.

Elia Kadosh, 19 ans, avait déjà été accusée ce mois-ci de comportement menaçant et d’agression contre une policière. Des caméras de sécurité avaient filmé ses amis frappant les gardes de sécurité de l’hôpital Ichilov de Tel Aviv, car elle estimait ne pas être soignée correctement.

Ruslan Misayev, 28 ans, Mor Biton, 21 ans, Hanan Alfasi, 49 ans, et Avraham Yosephov, 28 ans, ont été accusés de conspiration en vue de commettre un crime et une agression en bande organisée ayant entraîné des blessures graves dans le cadre de cet incident.

Un sixième suspect est également impliqué, Dudu Amoyal, le partenaire de Kadosh. Il a fui le pays.

Dans l’acte d’inculpation amendé présenté dimanche à la cour du district de Tel Aviv, le parquet a indiqué que Kadosh avait violé le 11 octobre les termes de sa résidence surveillée en se rendant chez un ami à Yehud, dans le centre du pays.

Après avoir rendu visite à son ami, Kadosh a pris un taxi pour le centre médical Wolfson de Holon, au sud de Tel Aviv, et a négocié avec le chauffeur un prix de 110 shekels pour le trajet.

Cependant, une fois arrivée à l’hôpital, Kadosh a refusé de payer le trajet et est sortie du taxi. Le chauffeur est alors lui aussi sorti pour demander à être payé.

Après une vive dispute, Kadosh a giflé le chauffeur et l’a menacé de le blesser encore plus, selon l’acte d’inculpation.

« Tu ferais mieux de partir d’ici parce je suis super chaude. Je vais te casser la figure […]. Si tu me touches, je t’éclate, je ferais shiva pour toi », a-t-elle dit selon l’acte d’inculpation.

Trois jours plus tard, le 14 octobre, Kadosh s’est rendue au Centre de santé mentale Abarbanel de Bat Yam, accompagnée d’un policier, conformément aux termes de sa résidence surveillée.

Une fois à l’hôpital, Kadosh a appelé un autre patient dans sa chambre. Elle a ensuite bloqué la porte pour empêcher ce dernier de quitter la salle, en violation des ordres du policier.

Alors que le policier tentait d’empêcher Kadosh de bloquer la porte, elle l’a attaqué, le frappant au visage, lui donnant des coups de pieds et tentant de le mordre, selon l’acte d’inculpation.

Le policier a finalement réussi à la menotter avec l’aide d’un collègue. Kadosh lui a alors jeté une bouteille de Coca Cola.

L’acte d’inculpation précise que le policier présentait des égratignures sur les poignets après cette agression.

Pour ces deux agressions, Kadosh a été accusée d’avoir contrevenu à un ordre légal, d’agression, de menaces et d’attaque contre un policier.

Le parquet a demandé l’annulation de la résidence surveillée de Kadosh et que sa libération sous caution soit abandonnée.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...