Une municipalité canadienne vote pour le maintien du ‘Swastika Trail’
Rechercher

Une municipalité canadienne vote pour le maintien du ‘Swastika Trail’

Le conseil municipal de Puslinch a décidé de conserver la dénomination controversée du "chemin de la croix gammée", malgré les démarches entreprises par le B'nai Brith Canada

Le panneau de la rue 'Swastika Trail' accroché à  Puslinch Township, au Canada. (Capture d'écran/ YouTube via JTA)
Le panneau de la rue 'Swastika Trail' accroché à Puslinch Township, au Canada. (Capture d'écran/ YouTube via JTA)

Les residents d’une ville canadienne ont décidé de ne pas rebaptiser la rue qui porte actuellement le nom de « Swastika Trail » (chemin de la croix gammée).

La semaine dernière, la municipalité de Puslinch, dans la province de l’Ontario, a voté à 4 voix contre 1 contre le changement de nom de la rue privée, selon The Canadian Press.

Il y a deux mois, une association de voisins a voté en faveur de la conservation du nom. Après ce vote, deux couples vivant dans la rue ont fait appel au B’nai Brith Canada, un groupe de sensibilisation juif, pour avoir des conseils sur les moyens dont ils disposent pour convaincre la municipalité de Puslinch Township de changer ce nom.

[mappress mapid= »4601″]

En novembre, le B’nai Brith a lancé une pétition en ligne appelant les responsables de la municipalité à changer le nom de la rue.

Mais durant la réunion de la semaine dernière, les membres du conseil municipal de Township ont déclaré qu’ils souhaitaient faire valoir le vote de l’association de voisins.

La rue avait été baptisée au début des années 1920. Les habitants ont expliqué à la presse canadienne que la croix gammée ne devait pas être diabolisée dans la mesure où elle était un symbole ancien signifiant la vie et le travail accompli et qu’elle n’est devenue une incarnation de la haine et du racisme que depuis l’époque nazie.

Il y a une ville, dans le nord de l’Ontario, qui s’appelle Swastika, qui porte le nom d’une mine d’or locale qui utilisait ce symbole pour désigner la chance.

Avi Benlolo, président des Amis du Centre Simon Wiesenthal, a déclaré que le maintien du nom de cette rue était « une honte nationale », dans une lettre adressée au maire de la ville avant le vote.

« C’est déjà une honte que les résidents de votre communauté s’accrochent à un nom qui représente le symbole utilisé dans le meurtre d’une dizaine de millions de personnes dans les camps de concentration. Plus de 40 000 soldats canadiens sont allés combattre les nazis, sans parler des 100 000 soldats canadiens qui ont été blessés pendant la guerre », a déclaré Benlolo.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...