Rechercher

Une première femme atteinte par la variole du singe en Israël

Selon le ministère de la Santé, 233 personnes ont attrapé le virus en Israël depuis le début de l'épidémie en mai ; pour l'OMS, la maladie pourrait régresser dans le monde

Cette image fournie par le National Institute of Allergy and Infectious Diseases (NIAID) montre une micrographie électronique à transmission colorisée de particules de variole du singe (rouge) trouvées dans une cellule infectée (bleu), cultivée en laboratoire à l'Integrated Research Facility (IRF) du NIAID à Fort Detrick, dans le Maryland. (Crédit : NIAID via AP)
Cette image fournie par le National Institute of Allergy and Infectious Diseases (NIAID) montre une micrographie électronique à transmission colorisée de particules de variole du singe (rouge) trouvées dans une cellule infectée (bleu), cultivée en laboratoire à l'Integrated Research Facility (IRF) du NIAID à Fort Detrick, dans le Maryland. (Crédit : NIAID via AP)

Pour la toute première fois dans le cadre de la récente épidémie de variole du singe dans le pays, une femme a attrapé la maladie en Israël, a rapporté dimanche le ministère de la Santé.

Le ministère a précisé que la femme avait été testée positive après avoir été en proche contact avec un malade présumé.

Selon les données du ministère de la Santé, 233 personnes ont attrapé la variole du singe depuis l’arrivée du virus dans le pays en mai, tandis que 2 700 personnes ont été vaccinées contre le virus.

Environ 5 000 vaccins ont été livrés à ce jour, et Israël devrait en recevoir 5 000 de plus dans les semaines à venir. Les cas ayant été recensés presque exclusivement chez les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes (MSM), les vaccins ont été principalement administrés, jusqu’à présent, aux personnes appartenant à ce groupe démographique, considérées comme les plus à risque.

Jeudi dernier, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a fait état d’une diminution de 21 % du nombre de cas de la variole du singe signalés dans le monde, inversant ainsi la tendance à la hausse des infections qui était observée depuis un mois et signalant que l’épidémie en Europe pourrait être en train de régresser.

L’agence sanitaire des Nations unies a recensé 5 907 nouveaux cas dans la semaine et a indiqué que deux pays, l’Iran et l’Indonésie, avaient signalé leurs premiers malades. À ce jour, plus de 45 000 cas ont été enregistrés dans 98 pays, et ce depuis la fin avril.

Un Israélien recevant un vaccin contre la variole du singe, administré par la caisse d’assurance maladie Maccabi. (Crédit : Caisse d’assurance maladie Maccabi)

La variole du singe se caractérise par une éruption cutanée, avec des boutons ou des cloques à partir desquelles le virus peut être transmis – habituellement par le biais d’un contact de peau à peau.

En juillet, l’OMS a déclaré la récente épidémie de ce virus « urgence sanitaire mondiale », la qualifiant « d’événement extraordinaire ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...