Rechercher

Une réunion clé UE-Israël retardée à cause de la mort d’Abu Akleh

Josep Borrell a retardé le premier Conseil d'association depuis 2012 après la mort de la journaliste d'Al-Jazeera et l'annonce de nouvelles implantations

Lazar Berman est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le chef de la politique étrangère de l'Union européenne, Josep Borrell, s'adressant aux médias à son arrivée à un sommet européen à Bruxelles, le 23 juin 2022. (Crédit : AP Photo/Olivier Matthys)
Le chef de la politique étrangère de l'Union européenne, Josep Borrell, s'adressant aux médias à son arrivée à un sommet européen à Bruxelles, le 23 juin 2022. (Crédit : AP Photo/Olivier Matthys)

Le chef de la politique étrangère de l’Union européenne, Josep Borrell, a retardé un forum majeur entre Israël et l’UE en raison de la mort de la journaliste d’Al-Jazeera, Shireen Abu Akleh en mai, a déclaré un haut fonctionnaire européen au Times of Israel, lundi.

Le Conseil d’association est une réunion qui doit avoir lieu une fois par an entre Israël et l’UE pour évoquer des questions d’intérêt commun. La dernière rencontre du conseil remonte à 2012. En tant que ministre des Affaires étrangères, Yair Lapid s’était fixé comme objectif de reconvoquer ce forum.

En 1995, Israël avait signé un accord d’association qui définissait sa relation avec l’UE, un accord ratifié en l’an 2000. Il stipulait que les deux parties devaient se rencontrer une fois par an au sein d’un Conseil d’association pour évoquer des questions d’intérêt commun. La dernière rencontre du conseil remonte à 2012, quand le ministre des Finances actuel, Avigdor Liberman, était ministre des Affaires étrangères.

Lors de la réunion du Conseil des affaires étrangères de l’UE du 16 mai à Bruxelles, les 27 ministres des Affaires étrangères de l’UE ont réussi à se mettre d’accord sur un projet de déclaration commune pour un conseil d’association avec Israël, un obstacle important à surmonter avant de convoquer le forum.

« Nous l’avons obtenu », a déclaré le fonctionnaire. « C’était un miracle ».

L’étape finale consistait à faire inscrire le texte à l’ordre du jour du Conseil européen, l’organe qui définit l’orientation politique de l’Union européenne. « Cela dépend de Josep Borrell », a expliqué le fonctionnaire.

Ce dernier était réticent à l’idée d’un Conseil d’association avec Israël, mais il s’est ravisé sous la pression des États membres de l’UE.

Du ruban jaune marque les impacts de balles sur un arbre et un portrait et des fleurs forment un mémorial de fortune sur le site où la journaliste palestino-américaine d’Al-Jazeera Shireen Abu Akleh a été tuée par balle dans la ville de Jénine, en Cisjordanie, le jeudi 19 mai 2022. (Crédit : AP/Majdi Mohammed)

Mais la situation a changé, lorsque Shireen Abu Akleh, 51 ans, a été tuée alors qu’elle couvrait un raid militaire israélien à Jénine, le 11 mai, aux côtés d’une équipe d’autres journalistes. Au cours du raid, une fusillade a éclaté entre les troupes israéliennes et des hommes armés palestiniens et, à un moment donné, dans des circonstances peu claires, Abu Akleh a reçu une balle dans la tête.

Le lendemain, le ministère de la Défense a approuvé les plans de 4 427 nouveaux logements dans les implantations.

« Il y avait deux choses inacceptables en termes de diplomatie – la mort de la journaliste et l’annonce de 4 000 nouvelles colonies », a déclaré le fonctionnaire.

« Borrell nous a dit, pouvez-vous imaginer que je vais mettre à l’ordre du jour une réunion de coopération avec les images qui circulent à la télévision… non mais, sérieusement », a déclaré le fonctionnaire européen.

Borrell a indiqué aux ministres qu’il ferait avancer le texte durant les six mois de la présidence tchèque du Conseil de l’Europe, qui a débuté le 1er juillet.

Le bureau du porte-parole de Borrell n’a pas répondu lorsqu’il a été interrogé à ce sujet. Le ministère israélien des Affaires étrangères s’est refusé à tout commentaire.

En 1995, Israël avait signé un accord d’association qui définissait sa relation avec l’UE, un accord ratifié en l’an 2000. Israël avait annulé la rencontre du conseil en 2013 quand l’UE avait entraîné la colère de l’État juif en émettant de nouvelles régulations qui déterminaient qu’aucune instance israélienne opérant au-delà de la Ligne verte ne pourrait prétendre à un financement européen ou coopérer avec le bloc européen.

Le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid rencontre les 26 ministres des Affaires étrangères de l’UE à Bruxelles, le 12 juillet 2021.(Crédit : Union européenne)

Pendant sa présidence du Conseil de l’UE, la France a tenté de faire avancer la rencontre avec Israël. « Nous espérons approfondir les relations UE-Israël à travers le Conseil d’association », a déclaré l’envoyé de la France en Israël, Eric Danon en mai. « Nous travaillons actuellement dans cette perspective, conscients des conditions politiques et techniques relatives aux règles et au cadre de l’UE. »

Pendant plusieurs années, certains États membres de l’UE ont empêché la tenue de ces réunions.

Aujourd’hui, les parties cherchent un moyen d’organiser à nouveau le Conseil.

Lors de la réunion de Lapid avec ses homologues de l’Union européenne en juillet dernier, la plupart des pays ont soutenu l’idée de programmer une réunion du Conseil d’association et de renforcer les relations bilatérales en général, selon des sources internes au Times of Israel.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...