Rechercher

Une rixe entre deux familles dans un village du nord entraîne 19 arrestations

La police rapporte des feux d'artifice, des jets de pierre, des incendies de voiture et des tirs en l'air lors de la rixe, qui serait liée au renvoi d'un imam d'une mosquée locale

La police sur les lieux d'une rixe entre deux familles dans le village de Turan, le 27 octobre 2019 (Crédit : Police israélienne)
La police sur les lieux d'une rixe entre deux familles dans le village de Turan, le 27 octobre 2019 (Crédit : Police israélienne)

La police a fait savoir dimanche qu’elle avait procédé à 19 arrestations au lendemain d’une rixe entre deux familles dans le village de Turan, dans le nord du pays, laquelle serait liée au renvoi de l’imam de la mosquée locale.

En plus de ces interpellations, la police a indiqué avoir saisi deux pistolets-mitrailleurs de style Carlo, qui désignent une version maison, rudimentaire du pistolet-mitrailleur Carl Gustav M45.

D’après la police, des feux d’artifice ont été tirés et des pierres lancées, des individus ont tiré en l’air et quatre véhicules ont été incendiés lors de la rixe de samedi. Aucun blessé n’a été signalé.

Les forces de sécurité sont arrivées sur les lieux pour contenir les violences et ont fouillé la zone pour retrouver les personnes impliquées.

La police indique opérer dans le village depuis un mois, s’entretenant avec les dirigeants locaux pour empêcher l’escalade de la violence, et a souligné qu’ils prenaient la situation très au sérieux.

Les forces de l’ordre ont appelé les résidents et les responsables locaux à restaurer le calme à Turan.

Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté dans les villes arabes ces dernières semaines, exigeant une plus grande application de la loi et davantage de sanctions judiciaires pour rendre leurs rues plus sûres. Une grève générale dans la communauté avait donné le coup d’envoi de ces protestations.

Les dirigeant arabes estiment que la police israélienne ignore largement la violence dans leurs communautés, des brouilles familiales aux guerres de territoires mafieuses en passant par les violences domestiques et les crimes dits d’honneur.

Les forces de l’ordre rejettent fortement ces allégations d’indifférence et assurent qu’elles font tout pour endiguer la violence. Ils appellent pour cela les responsables locaux à coopérer avec eux.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...