Une start-up israélienne et une firme de Taïwan créent un « fauteuil intelligent »
Rechercher

Une start-up israélienne et une firme de Taïwan créent un « fauteuil intelligent »

ReSymmetry et le taïwanais Karma Medical Devices prévoient de produire un système utilisant l'intelligence artificielle pour personnaliser la position assise de l'utilisateur

De gauche à droite : Richard Hsu, vice-président du marketing chez Karma Medical Devices, Ken Chen, formateur produits chez  Karma Medical Devices; Kenny Chen, directeur-général de Karma Medical Devices; Efrat Shenhod-Malihi, Fondatrice & directrice-générale de ReSymmetry; Eitan Yanuv, développement commercial, ReSymmetry; Jill Ho, Directrice de l'innovation vers l'industrie (i2i) (Autorisation)
De gauche à droite : Richard Hsu, vice-président du marketing chez Karma Medical Devices, Ken Chen, formateur produits chez Karma Medical Devices; Kenny Chen, directeur-général de Karma Medical Devices; Efrat Shenhod-Malihi, Fondatrice & directrice-générale de ReSymmetry; Eitan Yanuv, développement commercial, ReSymmetry; Jill Ho, Directrice de l'innovation vers l'industrie (i2i) (Autorisation)

La start-up israélienne ReSymmetry et la firme taïwanaise Karma Medical Devices ont fait savoir qu’ils avaient établi un partenariat et qu’ils investissaient deux millions de dollars dans le développement et la fabrication d’un système d’assise intelligent pour les fauteuils roulants à moteur et les fauteuils de rééducation.

Les deux entreprises vont collaborer sur la production et sur le développement d’un système robotique intelligent qui personnalisera de manière automatique la position d’assise de chacun de ses utilisateurs.

Le système sera intégré dans de multiples produits de rééducation, offrant aux personnes handicapées la possibilité de rester mobile tout en conservant une posture appropriée pour la santé, ont expliqué les deux compagnies.

ReSymmetry développe une technologie basée sur l’intelligence artificielle qui reconnaît et qui analyse les postures assises en utilisant des données enregistrées en temps réel par des capteurs intégrés dans les composantes variées du système, système qui développe alors un programme personnalisé et corrige automatiquement la posture pour réduire les dégâts faits à la santé qui sont entraînés par une position assise prolongée.

Les produits de la firme ont été créés pour les enfants et pour les adultes et ils sont intégrés dans des fauteuils roulants et dans des sièges de bureau ou d’avion.

L’accord entre les deux firmes se base sur la technologie développée par ReSymmetry et sur les capacités de fabrication de Karma, un fabricant leader dans le marché des dispositifs d’assistance, qui est activement présent sur six marchés mondiaux.

L’accord prévoit deux phases : Le développement et la fabrication d’un système d’assise intelligent, suivi par l’établissement d’une co-entreprise à Taïwan.

Signé à Taïwan, l’accord a été le résultat du programme d’innovation IP² LaunchPad qui a été mis en place par la plus grande firme d’innovation de Taïwan, Innovation to Industry (i2i), au mois de juin, pour accélérer l’entrée des firmes israéliennes sur les marchés de l’Extrême-Orient et, de manière plus spécifique, dans l’écosystème de Taïwan.

Le programme recrute des start-ups israéliennes à des stades avancés, spécialisées dans la transformation digitale dans les secteurs de la santé, du hi-tech et des énergies renouvelables, sur la base des mégadonnées, de l’Intelligence artificielle, des technologies de l’information, de la 5G et de la sécurité.

« Cet accord n’est qu’un seul exemple des capacités de Taïwan, leader mondial en matériel, à fournir aux start-ups israéliennes l’opportunité de pénétrer sur les marchés mondiaux. Taïwan est une Scale-Up Nation qui, ces dernières décennies, a établi ses opérations globales, avec notamment des canaux de vente et un réseau commercial qui sont susceptibles d’aider les start-ups à croître rapidement », a expliqué Rani Shifron, manager des activités du programme IP² LaunchPad, dans un communiqué.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...