Une Survivante de la Shoah dont les lettres cachées sont devenues un livre meurt
Rechercher

Une Survivante de la Shoah dont les lettres cachées sont devenues un livre meurt

La Polonaise Sala Kirschner a caché des centaines de photos et de cartes des nazis à Auschwitz, les a gardées secrètes pendant des décennies avant de les rendre publiques

Sala Kirschner, survivante de l'Holocauste, dans une bande-annonce, publiée le 10 mars 2012, à propos d'un livre sur les lettres qu'elle a cachées aux nazis: «Sala's Gift». (Capture d'écran: YouTube)
Sala Kirschner, survivante de l'Holocauste, dans une bande-annonce, publiée le 10 mars 2012, à propos d'un livre sur les lettres qu'elle a cachées aux nazis: «Sala's Gift». (Capture d'écran: YouTube)

Sala Kirschner, une survivante de l’Holocauste dont sa fille a récupérer les 350 lettres, cartes postales et photographies qu’elle avait cachées aux soldats nazis, pour en faire un livre, est décédée.

Kirschner est décédée le 7 mars à New York d’une insuffisance cardiaque congestive. Elle avait 94 ans.

Née à Sosnowiec, dans le sud-ouest de la Pologne, Kirschner et le reste de la population juive de la ville ont été confinés dans un ghetto avant d’être déportés pour la plupart à Auschwitz, où ses parents sont morts.

Kirschner, qui a également perdu quatre frères et soeurs dans l’Holocauste, a été détenue dans sept camps de travail pendant cinq ans, à partir de l’âge de 16 ans, selon une nécrologie publiée mardi dans le New York Times.

Au cours de ses premières années dans les camps, elle a été autorisée à envoyer et recevoir du courrier alors que les nazis continuaient à essayer de faire croire que tout était normal.

Kirschner cachait les lettres dans les casernes des camps et les enterrait, malgré le risque qu’elle encourait si elles étaient découvertes. Elle a dit au Times dans des interviews précédentes qu’elle les gardait car elles représentaient son seul lien avec sa famille, certaine qu’elle ne les reverrait jamais.

Kirschner a été libérée par l’armée soviétique en mai 1945, elle a retrouvé deux de ses soeurs et a épousé un soldat juif qu’elle a rencontré à Rosh HaShana peu de temps après la fin de la guerre.

En 1991, quelques heures avant une chirurgie cardiaque dont elle craignait de ne pas s’en sortir, Kirschner donna à sa fille Ann les lettres et autres documents cachés dans une boîte en carton rouge d’un vieux jeu de société. Elle a dit qu’elle les avait cachés pour protéger ses enfants d’être blessés émotionnellement.

Les lettres et un journal tenu par Kirschner ont été exposés en 2006 à la bibliothèque publique de New York.

La même année, Ann Kirschner, professeur à la City University de New York, publie un livre sur les lettres intitulées « Le cadeau de Sala: l’histoire de ma mère ». Une pièce, « Letters to Sala », a également été écrite par Arlene Hutton.

Avec sa fille, Kirschner laisse derrière elle son mari Sidney; un fils, David; huit petits-enfants et sept arrière-petits-enfants. Un de ses fils était déjà décédé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...