US : Un sénateur réclame une enquête sur les présumées ‘exécutions extra-judiciaires’
Rechercher

US : Un sénateur réclame une enquête sur les présumées ‘exécutions extra-judiciaires’

Patrick Leahy et 10 autres députés remettent en question l'aide militaire d'Israël et de l'Egypte en raison des accusations de violation des droits de l'Homme ; Netanyahu a fustigé l'initiative

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Le sénateur démocrate Patrick Leahy (centre), le 29 janvier 2015 (Crédit : CC BY/Démocrates du Sénat, Flickr)
Le sénateur démocrate Patrick Leahy (centre), le 29 janvier 2015 (Crédit : CC BY/Démocrates du Sénat, Flickr)

Le sénateur du Vermont, Patrick Leahy, et 10 autres législateurs ont demandé au secrétaire d’Etat américain John Kerry d’ouvrir une enquête sur les allégations de violations israéliennes des droits de l’Homme pour déterminer si elles sont une raison suffisante pour mettre un terme à l’aide militaire, selon un article mercredi.

La demande a été faite dans une lettre envoyée à Kerry le 17 février et qui a été publiée par Politico.

Leahy et ses collègues signataires ont demandé au président de se pencher sur les allégations de « violations flagrantes des droits de l’Homme » par Israël et l’Egypte, citant des exemples de présumées exécutions extrajudiciaires dans les deux pays.

En Israël, la lettre demande à Kerry d’enquêter sur « ce qui pourrait être des exécutions extrajudiciaires », citant les affirmations d’Amnesty International et d’autres groupes de défense des droits de l’Homme relatives à la mort de Fadi Aloun, Saad al-Atrash, Hadeel Haslamoun et Mutaw Awisat.

Selon Israël, tous les quatre ont été tués alors qu’ils tentaient de mener des attaques contre les Israéliens à Jérusalem et à Hébron bien que ces allégations aient été contestées.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a plus tard dénoncé le sénateur américain du Vermont, Patrick Leahy.

« Les forces de Tsahal et de sécurité ne sont pas des assassins », a-t-il souligné dans un communiqué. « Les soldats de Tsahal et les officiers de police israéliens protègent avec leurs corps et d’une manière morale, eux-mêmes et les civils innocents des terroristes sanguinaires déterminés à les tuer ».

Netanyahu s’est demandé : « où est l’inquiétude pour la violation des droits de l’Homme de tant d’Israéliens qui ont été assassinés et blessés par des meurtriers criminels ? ».

Netanyahu a conclu que la lettre « aurait dû être dirigée contre ceux qui incitent les enfants à commettre des actes cruels du terrorisme ».

La lettre a également demandé à Kerry d’enquêter sur le massacre de la place Rabaa en 2013 en Egypte, qui a coûté la vie à plus de 800 personnes pendant que les forces de sécurité évacuaient deux camps de protestation.

Leahy, un démocrate au Sénat, est l’architecte de la législation de 1997 qui interdit aux départements d’Etat et de la Défense de fournir une assistance militaire aux unités militaires étrangères qui violent les droits de l’Homme en toute impunité.

« À la lumière de ces rapports, nous vous demandons d’agir rapidement afin de déterminer leur crédibilité et s’il faut déclencher la loi Leahy et, le cas échéant, prendre les mesures appropriées comme le stipule la loi », ont exigé les signataires dans la lettre.

Jérusalem a été irrité par les accusations selon lesquelles ses forces de sécurité mènent des exécutions extrajudiciaires au cours du cycle de violence et de terrorisme palestinien qui a entraîné la mort de 29 Israéliens et de 4 ressortissants étrangers tués par des Palestiniens et celle de quelque 200 Palestiniens qui ont été tués en six mois en menant ou en projetant de mener des attaques.

Israël a indiqué que les deux tiers des Palestiniens tués étaient morts en menant des attaques et le reste des Palestiniens sont morts lors d’affrontements avec les troupes. Une enquête sur la question par un allié clé pourrait refroidir les relations entre les deux pays.

Cependant, des vidéos et des témoignages affirmant qu’il y a un usage excessif de la force ont soulevé des questions troublantes, dont une vidéo qui a été publiée la semaine dernière d’un soldat en train de tuer un terroriste palestinien déjà blessé à Hébron.

Le soldat fait l’objet d’une enquête et pourrait faire face à des accusations de meurtre mais il a été bruyamment défendu par certaines parties de la société israélienne.

Les Israéliens manifestant devant un tribunal militaire pour soutenir un soldat qui a été accusé d'avoir tué un Palestinien blessé, le mardi 29 mars 2016 (Crédit : Flash90)
Les Israéliens manifestant devant un tribunal militaire pour soutenir un soldat qui a été accusé d’avoir tué un Palestinien blessé, le mardi 29 mars 2016 (Crédit : Flash90)

En janvier, le ministère israélien des Affaires étrangères avait déclaré que l’appel de la ministre suédoise des Affaires étrangères, Margot Wallstrom, destiné à enquêter sur d’éventuelles exécutions extrajudiciaires israéliennes était « irresponsable et délirant » et a encouragé le terrorisme.

La lettre de Leahy soulève la question de savoir comment les responsables du Département d’Etat américain pourrait « documenter et déterminer la crédibilité des informations relatives aux allégations de violations flagrantes des droits de l’Homme par les forces de sécurité étrangères ».

« Selon les informations que nous avons reçues, la manière dont l’aide militaire des Etats-Unis a été fournie à Israël et l’Egypte, depuis les accords de Camp David, y compris l’apport d’une assistance au niveau militaire, a créé une situation unique qui a entravé la mise en œuvre des mécanismes normaux de contrôle de l’utilisation de cette aide », a dénoncé la lettre.

Les responsables du Département d’Etat ne proposent pas une réponse immédiate aux demandes de renseignements au sujet de la lettre, a indiqué l’article. Les responsables israéliens n’ont également pas immédiatement répondu.

Washington a brièvement suspendu son aide à l’Egypte suite au coup d’Etat en 2013 du chef militaire de l’époque Abdel-Fattah el-Sissi, qui est maintenant président.

L’équipe du Times of Israel ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...