Rechercher

Israël achète 4 Boeing de ravitaillement pour des frappes en Iran

Les avions KC-46 devraient arriver au plus tôt en 2025. Il en coûtera 1 milliard de dollars, financés par les fonds de l’aide militaire que Washington accorde à Jérusalem

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Un Boeing KC-46 Pegasus de l’US Air Force est relié à un avion de chasse F-35 au-dessus de la Californie, le 22 janvier 2019. (Photo de l’US Air Force par Ethan Wagner)
Un Boeing KC-46 Pegasus de l’US Air Force est relié à un avion de chasse F-35 au-dessus de la Californie, le 22 janvier 2019. (Photo de l’US Air Force par Ethan Wagner)

L’avionneur Boeing a signé, jeudi, un contrat avec le ministère américain de la Défense pour fournir à Israël quatre avions de ravitaillement KC-46, a annoncé la société dans un communiqué.

L’avion polyvalent assure le ravitaillement en vol des avions – et notamment des avions de combat -, et peut aussi être utilisé pour le transport militaire.

Israël a besoin de ces avions pour mener des frappes de grande ampleur contre l’Iran, à quelque 2 000 kilomètres d’Israël, hors de portée de vol des avions israéliens.

Les avions KC-46 prendront la relève des avions de ravitaillement vieillissants de l’armée de l’air israélienne, des KC-130 Hercules et Boeing 707 convertis.

Le contrat d’une valeur de 927 millions de dollars, signé jeudi entre le ministère américain de la Défense et le constructeur, porte sur la livraison de quatre Boeing KC-46A qui seront prélevés des 3,8 milliards de dollars d’aide américaine qu’Israël reçoit chaque année de Washington dans le cadre du protocole d’accord décennal entre les deux pays, a précisé la branche israélienne de l’entreprise dans un communiqué en hébreu.

Présentés par le constructeur comme les plus perfectionnés au monde, ils doivent être livrés à partir de 2025-2026. Ils « offriront la possibilité à Israël de ravitailler tous les avions de l’armée de l’Air en activité et de transporter des troupes », d’après Boeing. Ils remplaceront les avions de type 707 utilisés depuis des années.

Ce même contrat comporte une option d’achat pour quatre autres avions KC-46.

Le ministre israélien de la Défense, Benny Gantz, Gantz s’est réjoui de la signature du contrat, affirmant qu’il s’agissait d’une « preuve supplémentaire de l’alliance et des relations stratégiques » entre la défense israélienne et américaine.

Il a  également remercié Washington, estimant dans un communiqué que les « avions ravitailleurs qui sont achetés, en plus de l’acquisition d’un escadron de F35 (avions de combat), d’hélicoptères, de sous-marins et de munitions modernes, permettront à l’armée israélienne d’affronter les défis proches et lointains ».

L’AFP a contribué à cet article.

Israël a demandé que cette date soit avancée – ce qui impliquerait pour les États-Unis d’attendre plus longtemps pour percevoir ses propres Boeing – mais Washington a jusqu’à présent rejeté cette demande.

« Leur arrivée tardive montre combien une frappe contre l’Iran dans les années à venir est improbable », estime le commentateur Yossi Yehoshua dans le quotidien Yediot Aharonoth.

Photographie non datée d’un avion ravitailleur Boeing KC-46, pour lequel Israël a signé un contrat d’achat aux États-Unis, le 30 décembre 2021. (Boeing)

Le tout premier KC-46 a été livré à l’US Air Force en 2019, qui en a commandé 179 unités, livrables d’ici 2027.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...