Violents affrontements entre Palestiniens et forces de sécurité israéliennes
Rechercher

Violents affrontements entre Palestiniens et forces de sécurité israéliennes

Les émeutiers ont brûlé des pneus et jeté des pierres et des cocktails Molotov aux troupes israéliennes en cette quatrième semaine de manifestations contre la décision de Trump

Un manifestant palestinien donne un coup de pied à un pneu en feu durant des affrontements avec les forces israéliennes après les prières du vendredi à Bethléem, en Cisjordanie, le 29 décembre 2017  (Crédit : AFP / Musa al Shaer)
Un manifestant palestinien donne un coup de pied à un pneu en feu durant des affrontements avec les forces israéliennes après les prières du vendredi à Bethléem, en Cisjordanie, le 29 décembre 2017 (Crédit : AFP / Musa al Shaer)

Des milliers de Palestiniens ont organisé de violents mouvements de protestation vendredi après-midi le long de la frontière de Gaza et en Cisjordanie, quelques heures après qu’une salve de roquettes provenant du territoire dirigé par le groupe terroriste palestinien du Hamas est venu perturber une cérémonie rendant hommage à un soldat israélien détenu décédé dont la dépouille est conservée par le groupe terroriste de Gaza.

Les groupes terroristes du Hamas et du Jihad islamique avaient appelé vendredi à une « journée de colère » comme les précédents vendredis pour dénoncer la décision du président américain Donald Trump sur Jérusalem.

Interrogée par l’AFP, une porte-parole de l’armée israélienne a indiqué que 500 émeutiers avaient brulé des pneus, lancé des bouteilles incendiaires et des pierres vers des soldats et des garde-frontières dans une trentaine de secteurs de Cisjordanie.

Dans la bande de Gaza, la porte-parole a fait état de 2 000 émeutiers qui ont eux aussi jeté des pierres et des cocktails Molotov vers les soldats en poste du côté israélien de la clôture marquant la séparation entre la bande de Gaza et le territoire israélien. Des émeutes ont été signalées dans neuf endroits différents le long de la frontière avec Gaza. « Les soldats ont tiré en direction de quatre meneurs qui ont été touchés », a ajouté la porte-parole.

Les soldats ont répondu à l’aide de moyens non-létaux, ainsi que par des tirs à balles réelles lors de plusieurs incidents au cours desquels les principaux instigateurs des troubles ont été pris pour cible, selon les militaires.

Un manifestant palestinien fait brûler un pneu durant des émeutes contre les forces de sécurité israélienne à Bethléem, en Cisjordanie, le 29 décembre 2017, après les prières du vendredi musulmanes (Crédit : AFP / Musa al Shaer)

Les Palestiniens ont fait savoir qu’en tout 56 personnes avaient été blessées lors des heurts.

Ces mouvements de protestation massifs ont eu lieu toutes les semaines depuis la reconnaissance par le président américain Donald Trump de Jérusalem en tant que capitale israélienne, le 6 décembre.

Toutefois, ces manifestations n’ont cessé de se réduire en nombre semaine après semaine et Reuters a fait savoir que le chiffre des participants paraissait avoir encore baissé lors de ce quatrième week-end d’émeutes.

L’armée israélienne a également mené vendredi des raids aériens sur la bande de Gaza en représailles à des tirs de roquettes menés depuis l’enclave palestinienne vers le sud d’Israël, selon des sources militaires.

Deux des roquettes ont été interceptées et la troisième est tombée en territoire israélien dans une zone habitée près de Gaza faisant des dégâts matériels, ont indiqué les sources israéliennes.

« En réponse aux roquettes tirées en direction d’Israël, l’artillerie et l’aviation israéliennes ont visé deux positions de l’organisation terroriste Hamas dans le nord de Gaza », a indiqué l’armée dans un communiqué.

Les frappes israéliennes n’ont pas fait de blessés, a indiqué un porte-parole du Hamas.

Dix-sept tirs de roquettes ont visé le sud d’Israël sans faire de victimes depuis l’annonce du président Trump sur Jérusalem, selon le décompte de l’armée qui a précisé que six de ces projectiles avaient été interceptés en vol par le Dôme de fer.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...