Israël en guerre - Jour 151

Rechercher

« Vives inquiétudes » de Londres suite à la décision de la CIJ

Tout en réaffirmant son respect à la plus haute juridiction internationale, le ministère des Affaires étrangères britannique estime que le verdict rendu à La Haye n'aide pas à un cessez-le-feu durable

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite), rencontrant le ministre britannique des Affaires étrangères David Cameron, à Jérusalem, le 24 janvier 2024. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite), rencontrant le ministre britannique des Affaires étrangères David Cameron, à Jérusalem, le 24 janvier 2024. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)

Le ministère des Affaires étrangères britannique a exprimé samedi ses « vives inquiétudes » au lendemain de la décision de la Cour internationale de justice (CIJ), qui a appelé Israël à « prendre toutes les mesures en son pouvoir » pour éviter un génocide à Gaza.

« Nous respectons le rôle et l’indépendance de la CIJ », lit-on dans un communiqué un porte-parole du ministère, avant de faire part de ses « vives inquiétudes concernant cette affaire, qui n’aide pas à l’instauration d’un cessez-le-feu durable ».

Israël « a le droit de se défendre contre le [groupe terroriste palestinien du] Hamas », redit le ministère des Affaires étrangères britannique. « Nous estimons que les actions d’Israël à Gaza ne peuvent pas être qualifiées de génocide, et c’est pourquoi nous pensons que la décision de l’Afrique du Sud de porter l’affaire devant la justice est erronée et provocatrice », a-t-il ajouté.

La CIJ, la plus haute juridiction de l’ONU, a appelé vendredi Israël à empêcher tout acte éventuel de « génocide » à Gaza. La Cour, qui siège à La Haye, a également enjoint à Israël de prendre « des mesures immédiates » pour permettre la fourniture « de l’aide humanitaire dont les Palestiniens ont un besoin urgent » dans la bande de Gaza mais la CIJ n’a pas appelé Israël à un cessez-le-feu.

La juge présidente Joan Donoghue, à droite, ouvrant la session à la Cour internationale de justice, à La Haye, aux Pays-Bas, le 26 janvier 2024. (Crédit : Patrick Post/AP Photo)

La CIJ avait été saisie par l’Afrique du Sud qui estime qu’Israël viole la Convention des Nations unies sur le génocide émise après l’extermination de 6 millions de Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale.

« Nous nous félicitons de l’appel de la Cour à la libération immédiate des otages et de la nécessité d’acheminer davantage d’aide à Gaza », indique le bureau du ministère des Affaires étrangères.

« Une pause immédiate est nécessaire pour acheminer l’aide et libérer les otages. (…) Nous voulons ensuite construire un cessez-le-feu durable et permanent », ajoute-t-il.

La guerre à Gaza a éclaté lorsque le Hamas a envoyé 3 000 terroristes armés en Israël, le 7 octobre, pour mener une attaque brutale au cours de laquelle ils ont tué près de 1 200 personnes. Les terroristes ont également pris en otage 253 personnes, pour la plupart des civils.

En réponse à cette attaque, la plus meurtrière de l’histoire du pays et la pire contre des Juifs depuis la Shoah, Israël a juré d’anéantir le Hamas et de mettre fin à son règne de 16 ans, et a lancé une opération aérienne suivie d’une incursion terrestre dans la bande de Gaza, qui a commencé le 27 octobre.

132 des otages enlevés par le Hamas et ses complices le 7 octobre sont encore à Gaza, mais certains ne sont plus en vie – après la remise en liberté de 105 civils au cours d’une trêve d’une semaine à la fin du mois de novembre.

Plus de 26 000 personnes seraient mortes à Gaza depuis le début de la guerre, selon le ministère de la Santé du Hamas. Les chiffres publiés par le groupe terroriste sont invérifiables, et ils incluraient ses propres terroristes et hommes armés, tués en Israël et à Gaza, et les civils tués par les centaines de roquettes tirées par les groupes terroristes qui retombent à l’intérieur de la bande de Gaza. Tsahal dit avoir éliminé 9 000 terroristes palestiniens dans la bande de Gaza, en plus des quelque 1 000 terroristes qui ont pris d’assaut Israël le 7 octobre.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.