Washington exhorte l’Iran à se soumettre au contrôle de ses activités nucléaires
Rechercher

Washington exhorte l’Iran à se soumettre au contrôle de ses activités nucléaires

Le porte-parole de la diplomatie américaine a appelé "l'Iran pour qu'il respecte pleinement ses engagements en matière de vérification et de non-prolifération nucléaire"

Le président iranien Hassan Rouhani visite la centrale nucléaire de Bushehr, aux abords de Bushehr, en Iran, le 13 janvier 2015. (AP Photo/Bureau de la présidence iranienne, Mohammad Berno, File)
Le président iranien Hassan Rouhani visite la centrale nucléaire de Bushehr, aux abords de Bushehr, en Iran, le 13 janvier 2015. (AP Photo/Bureau de la présidence iranienne, Mohammad Berno, File)

Les Etats-Unis ont exhorté lundi l’Iran à se soumettre « complètement » au contrôle de ses activités nucléaires par l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), après l’accord temporaire trouvé entre l’Agence et Téhéran.

Le porte-parole de la diplomatie américaine Ned Price a salué la mission à Téhéran du directeur général de l’AIEA, Rafael Grossi, « tout en réitérant l’appel lancé à l’Iran pour qu’il respecte pleinement ses engagements en matière de vérification et de non-prolifération nucléaire ».

A l’issue de cette mission, l’Iran et l’Agence ont annoncé dimanche un accord « temporaire » pour maintenir une surveillance des activités nucléaires iraniennes, bien que réduite, le temps que des pourparlers s’engagent entre les parties de l’accord international.

L’accord signé par Téhéran à Vienne en 2015 avec les grandes puissances (Etats-Unis, Chine, Russie, Allemagne, France, Royaume-Uni) ainsi que l’UE vise à empêcher la République islamique de se doter de la bombe atomique, avec de strictes limites à son programme nucléaire censé demeurer exclusivement civil et pacifique. La communauté internationale avait en échange levé toutes ses sanctions économiques contre l’Iran.

Le président américain Joe Biden a promis de rejoindre à nouveau cet accord, mais à la condition que Téhéran revienne au préalable au respect des engagements dont il a commencé à s’affranchir en riposte aux sanctions des Etats-Unis sous Donald Trump.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...