Washington : « Nous l’avons clairement dit aux Israéliens. Nous restons en Syrie »
Rechercher

Washington : « Nous l’avons clairement dit aux Israéliens. Nous restons en Syrie »

Une source a dit que la plus grande inquiétude d'Israël lors des récentes négociations à la Maison Blanche est l'enracinement de Téhéran dans le pays arabe

Le président américain Donald Trump, à droite, et le Premier ministre Benjamin Netanyahu à l'aéroport Ben Gurion, à la fin du voyage de Trump, le 23 mai 2017 (Crédit : Coby Gideon / GPO)
Le président américain Donald Trump, à droite, et le Premier ministre Benjamin Netanyahu à l'aéroport Ben Gurion, à la fin du voyage de Trump, le 23 mai 2017 (Crédit : Coby Gideon / GPO)

L’inquiétude la plus préoccupante d’Israël lors d’une récente rencontre à Washington portant sur la coopération future face à la menace iranienne a été l’enracinement de la République islamique en Syrie et les plans américains mis en oeuvre pour contrer les ambitions de Téhéran, a fait savoir la Dixième chaîne vendredi.

Un haut responsable de l’administration américaine a déclaré à la Dixième chaîne que le conseiller israélien à la Sécurité nationale, Meir Ben-Shabbat, voulait savoir, au cours de cette rencontre qui a eu lieu le 12 décembre à la Maison Blanche, si les Etats-Unis se préparaient à retirer leurs forces de Syrie. Les Israéliens, a-t-il dit, s’inquiètent de savoir si les Etats-Unis prévoient de rester impliqués en Syrie au niveau militaire ainsi qu’au niveau diplomatique pour mettre un terme à la guerre civile.

« Nous avons clairement répondu aux Israéliens », a expliqué à la Dixième chaîne le responsable américain qui n’a pas été identifié. « Nous restons en Syrie avec nos troupes et nous serons impliqués dans un éventuel accord diplomatique dans le pays ».

De plus, la Dixième chaîne a fait savoir que cette approche a été ultérieurement ratifiée par le président américain Donald Trump à l’occasion de discussions internes à la Maison Blanche.

La Dixième chaîne a tout d’abord fait savoir jeudi qu’Israël et les Etats-Unis avaient signé un protocole d’accord offrant une pleine coopération pour gérer les initiatives nucléaires de l’Iran, ses programmes de missiles et autres activités menaçantes.

H.R. McMaster, conseiller américain à la sécurité nationale, pendant le Forum mondial 2017 de l’AJC, à Washington, D.C., le 4 juin 2017. (Crédit : capture d’écran)

Le document a été signé le 12 décembre à la Maison Blanche, marquant l’apogée de discussions intensives entre les représentants des hiérarchies des renseignements et de la défense israéliens et américains, avec à leur tête les conseillers nationaux à la Sécurité des deux pays, H. R. McMaster et Ben-Shabbat, a expliqué la Dixième chaîne.

Citant deux responsables américain et israélien, le reportage a indiqué que le document devait se traduire par des « avancées sur le terrain » en reprenant les positions définies par Trump dans son discours du 13 octobre sur l’Iran, au cours duquel il a décertifié l’accord sur le nucléaire.

Lors de cette rencontre « secrète » à la Maison Blanche, les Etats-Unis et Israël ont formulé et signé un accord conjoint en termes de stratégie et de politique concernant l’Iran. Et ils ont spécifiquement convenu d’établir des équipes conjointes pour gérer les différents aspects de la menace iranienne.

Selon le reportage, une première équipe commune sera chargée de gérer les activités iraniennes en Syrie et le soutien apporté à Téhéran à l’organisation terroriste du groupe chiite libanais du Hezbollah. Une autre équipe gérera les activités diplomatiques et de renseignements visant à s’attaquer aux ambitions nucléaires iraniennes. Une troisième équipe conjointe, selon les informations, aura pour mission de gérer le programme de missiles balistiques iranien et ses efforts visant à construire des systèmes de missiles de précision en Syrie et au Liban. Et enfin, une quatrième équipe supervisera les préparations en vue d’éventuelles escalades avec l’Iran et/ou le Hezbollah.

Meir Ben-Shabbat, conseiller à la sécurité nationale (Amos Ben Gerschom / GPO)

McMaster et Ben-Shabbat ont signé le document conjoint, a fait savoir le reportage, citant un « haut responsable du gouvernement américain » ainsi que de « hauts-responsables israéliens ».

Citant les responsables israéliens, la Dixième chaîne a fait savoir que la réunion avait confirmé que les Etats-Unis et Israël « voient de la même manière les tendances et les processus dans la région » et qu’ils ont dorénavant trouvé un accord sur la stratégie et la politique nécessaires pour les aborder.

Israël a exprimé une inquiétude croissante sur le cessez-le-feu négocié par les Etats-Unis et la Russie dans le sud de la Syrie, disant qu’il ne prend pas suffisamment en compte les ambitions militaires dans la zone.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a averti que l’accord ne suffit pas à empêcher le plan iranien de l’établissement d’une présence à long-terme perturbatrice sur la frontière nord d’Israël, quelque chose dont il a affirmé que l’Etat juif ne le tolérerait pas.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...