Yad Vashem aux élus américains : cessez les « propos clivants antisémites »
Rechercher

Yad Vashem aux élus américains : cessez les « propos clivants antisémites »

Le musée de la mémoire de la Shoah d'Israël a émis des publicités dans le New York Times et le Washington Post durant la conférence de l'AIPAC

Des visiteurs vus au musée mémoriel de la Shoah à Yad Vashem à Jérusalem le 24 janvier 2018. (Miriam Alster/Flash90)
Des visiteurs vus au musée mémoriel de la Shoah à Yad Vashem à Jérusalem le 24 janvier 2018. (Miriam Alster/Flash90)

JTA — Yad vashem, le site mémoriel officiel de la Shoah en Israël, a publié une publicité dans le New York Times et le Washington Post lors de la conférence de l’AIPAC pour appeler des politiciens à mettre un terme « aux propos clivants sur l’antisémitisme et aux références déformées de la Shoah ».

Des inquiétudes se sont récemment focalisées sur au moins deux exemples de tels discours tenus par des élus américains, le républicain Mo Brooks d’Alabama et la démocrate Ilhan Omar du Minnesota.

« Nous demandons à tous les dirigeants et citoyens d’éviter tout discours de haine, et réaffirmons que notre humanité commune nous rassemble. Des propos clivants sur l’antisémitisme et des références déformées à la Shoah formulées par des politiciens et beaucoup d’autres sont profondément dérangeants », pouvait-on lire sur la publicité.

La publicité faisait référence aux « horribles résultats [récents] d’une haine déchaînée », à savoir l’attque d’une synagogue de Pittsburg qui a coûté la vie à 11 fidèles, et les attaques perpétrées contre les fidèles de deux mosquées en Nouvelle-Zélandre qui ont fait 50 victimes. La publicité citait aussi Elie Wiesel, auteur célèbre et survivant de la Shoah : « L’opposé de l’amour n’est pas la haine, mais l’indifférence ».

Le représentant républicain de l’Alabama Mo Brooks lit un passage de « Mein Kampf » au Congrès, le 25 mars 2019 (Crédit : capture écran/YouTube)

Lundi, l’élu républicain d’Alabama Mo Brooks a comparé les démocrates et les médias aux Nazis, et il a cité Adolf Hitler lors d’un discours prononcé à la Chambre des représentants.

Brooks a condamné l’enquête de Robert Mueller et ses soutiens, accusant les démocrates et des membres des médias de diffuser « d’énormes mensonges » sur une possible conspiration entre les Russes et la Maison Blanche sous Trump.

Il a cité « Mein Kampf » d’Hitler publié en 1925 dans lequel le dirigeant nazi a inventé l’expression « grand mensonge » pour décrire la propagande dont Hitler a dit qu’elle avait injustement rendue l’Allemagne responsable de la Première guerre mondiale. Les propres agents de la propagande Hitler ont ensuite repris cette tactique.

Le mois dernier, Ilhan Omar, la Démocrate fraichement élue, a été critiquée pour avoir publié une série de tweets laissant entendre que l’AIPAC, le lobby pro-Israël, payait des politiciens pour soutenir Israël. Des responsables politiques démocrates et républicains ont condamné ses tweets comme faisant écho à des stéréotypes antisémites sur le Juifs, l’argent et le pouvoir.

L’AIPAC ne fait pas de donations et ne soutient pas de candidats. Omar s’est ensuite excusée pour les tweets.

La représentante Ilhan Omar, démocrate du Minnesota à Washington, le 30 novembre 2018 (Crédit : AP Photo/J. Scott Applewhite)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...