Yad Vashem crée sa base de données des noms des victimes de la Shoah en français
Rechercher

Yad Vashem crée sa base de données des noms des victimes de la Shoah en français

La plus grande base de données de ce type, contenant plus de 4 700 000 noms de victimes de la Shoah, est disponible en anglais, en hébreu, en espagnol, en russe et en allemand

Hall des noms, Yad Vashem (Crédit : autorisation)
Hall des noms, Yad Vashem (Crédit : autorisation)

En amont de la Journée internationale de commémoration de l’Holocauste qui se déroule chaque 27 janvier, le centre de commémoration mondial de l’Holocauste, Yad Vashem, lance mercredi sa base de données centrale des noms des victimes de la Shoah en français, selon un communiqué du mémorial de Yad Vashem.

« Le rassemblement des noms de 6 millions de victimes de la Shoah dans cette base de données est un aspect unique de la mission de Yad Vashem qui garantit que chaque homme, femme et enfant Juif assassiné pendant l’Holocauste ne sera jamais oublié. Yad Vashem a créé sa base de données de noms afin de rendre ces noms accessibles au monde entier et dans le cadre d’un effort visant à reconstruire l’histoire de leurs existences, pour mieux souligner que chaque victime était avant tout un être humain, » lit-on dans le communiqué.

Le projet du souvenir des noms des victimes de la Shoah de Yad Vashem a établi un partenariat avec les communautés juives et les organisations du monde entier et encourage vivement les familles et les individus à trouver sur cette base de données les noms des victimes de la Shoah qui leur étaient familières, ainsi qu’à aider à mener à bien l’achèvement de ce registre historique par la soumission de pages de témoignages, de photographies et autres documentations personnelles au sujet des victimes.

La source de près de la moitié du nombre total de noms a été trouvée d’après les témoignages, et les autres ont été découverts dans des listes et des documents d’archives.

Aujourd’hui, la base de données des noms, qui contient les noms d’environ 4 700 000 victimes de l’Holocauste, est disponible en six langues : l’Anglais, l’hébreu, l’espagnol, le russe, l’allemand et le français. La base de données des noms sera désormais accessible sur le site internet de Yad Vashem en français.

« Les Allemands ont cherché non seulement à annihiler les Juifs mais ils ont également voulu effacer le peuple et la culture juive de la mémoire collective », a expliqué le président de Yad Vashem, Avner Shalev.

« Depuis des décennies maintenant, Yad Vashem a entrepris une mission vitale visant à rassembler les noms de six millions de victimes de l’Holocauste, à sauver leur identité des abysses de l’anonymat. Yad Vashem exploite la technologie et les connaissances les plus avancées au service de la mémoire, ce qui renforce la collecte des noms des victimes de la Shoah ainsi que l’accessibilité des informations relatives à l’Holocauste pour le public mondial. Tandis que nous avons trouvé le chiffre remarquable de 4 700 000 noms, plus d’un million de victimes restent non-identifiées. C’est une course contre la montre et nous oeuvrons sans relâche pour découvrir les noms restants afin d’assurer que leur mémoire et leur héritage perdurent ».

« L’Holocauste n’est pas arrivé à un seul endroit », explique le directeur de la salle des noms à Yad Vashem, le docteur Alexander Avram.

« Il est arrivé partout en Europe et en Afrique du nord à des Juifs d’origines et de nationalités variées et il est donc important que la base de données des noms soit accessible dans le plus grand nombre de langues possible. Avec cette nouvelle base de données en français, nous espérons toucher des publics plus larges, afin de continuer notre ouvrage et de collecter autant de noms de victimes que possible ».

La base des noms en français sera inaugurée aujourd’hui lors d’un événement à Paris en coopération avec la Fondation pour la Mémoire de la Shoah, sanctionnant la fin d’un projet vieux d’une décennie de collecte des noms des victimes de l’Holocauste de la Grande Hongrie durant la Deuxième guerre mondiale. Ce projet a permis l’identification de plus de 200 000 noms qui ont été ajoutés à la base de données des noms des victimes de la Shoah. Aujourd’hui, Yad Vashem détient des informations sur 80 % des victimes hongroises de l’Holocauste.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...