Rechercher

Yair Lapid appelle à l’unité de la coalition pour adopter le budget

Le chef de l'opposition Benjamin Netanyahu promet de renverser le gouvernement et Avigdor Liberman de le quitter si les partis ultra-orthodoxes venaient à le rejoindre

Le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid dirige une réunion de la faction Yesh Atid à la Knesset à Jérusalem, le 2 août 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid dirige une réunion de la faction Yesh Atid à la Knesset à Jérusalem, le 2 août 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Alors que la Knesset reprend ses travaux, les chefs des partis de la coalition se sont exprimés lors de réunions de faction et ont fait part de leurs attentes avant la session d’hiver. Ils ont également souligné la nécessité de maintenir le fragile gouvernement intact et d’adopter le budget de l’État, ce qui doit être fait avant le 4 novembre prochain, faute de quoi des élections seront automatiquement déclenchées.

Le ministre des Affaires étrangères, Yair Lapid, a déclaré à la réunion de sa faction Yesh Atid que le gouvernement était confronté à « cinq semaines au cours desquelles nous n’avons qu’une seule tâche : adopter un budget ».

Lapid a déploré que les différents partis de la coalition droite-centre-gauche-islamiste, qui dispose d’une majorité infime à la Knesset, « commencent chacun à tirer dans leur sens, à faire des gros titres inutiles, à se comporter comme si ce gouvernement devait être considéré comme acquis ».

« Ce gouvernement est un miracle fragile qui s’est produit contre toute attente. Nous avons tous la responsabilité de préserver la coalition et de ne pas créer de batailles inutiles », dit-il.

Mansour Abbas, le chef du parti islamiste Raam, a de son côté dit s’attendre à ce que les autres partis de la coalition honorent leurs promesses. Cependant, il a précisé que « nous n’avons pas formé une coalition pour la démanteler, nous voulons qu’elle continue à exister et à fonctionner. »

Le leader de Raam, Mansour Abbas, parle à la station de radio Kan durant une interview accordée depuis son domicile dans la ville de Maghar, au nord du pays, le 3 juin 2021. (Capture d’écran : YouTube)

Parallèlement, le chef de l’opposition Benjamin Netanyahu a affirmé, lors de la réunion de sa faction du Likud, que son parti serait bientôt de retour au pouvoir.

« Les citoyens israéliens voient à quel point ce gouvernement est mauvais », a déclaré Netanyahu.

Il ajoute que les membres de la coalition « pensent qu’ils sont en sécurité, mais nous avons déjà été dans l’opposition avec 12 sièges (en 2006-2009) et nous sommes revenus en force. C’est ce qui va se passer à nouveau. Cela se produira à cause de leurs échecs. Pour cela, nous allons garder notre détermination et notre unité. »

La ministre des Finances Avigdor Liberman a réagi aux récentes remarques d’Ayelet Shaked, de Yamina, qui aurait tenté de recruter les partis ultra-orthodoxes Shas et Yahadout HaTorah dans la coalition, en disant que si les ‘haredim y entraient – son parti laïc Yisrael Beytenu en sortirait.

Le ministre des Finances Avigdor Liberman lors de la conférence pour l’Économie et la société organisée à l’Institut israélien de la Démocratie à Jérusalem, le 29 juin 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

« J’ai entendu dire que quelques responsables de la coalition exigent que Shas et Yahadout HaTorah rejoignent la coalition. S’ils entrent, nous ne serons pas là », a déclaré Liberman à la Knesset.

En réponse, les responsables du Shas ont déclaré à Israel National News : « Personne n’a l’intention de rejoindre ce gouvernement destructeur. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...