Yémen : sanctions US contre deux chefs Houthis liés à la bataille de Marib
Rechercher

Yémen : sanctions US contre deux chefs Houthis liés à la bataille de Marib

L'émissaire des Etats-Unis au Yemen a dénoncé la bataille de Marib qui "fait peser une pression énorme sur une situation humanitaire déjà très fragile"

Tim Lenderking (Crédit : capture d'écran YouTube)
Tim Lenderking (Crédit : capture d'écran YouTube)

Les Etats-Unis ont annoncé jeudi des sanctions contre deux chefs Houthis impliqués dans la bataille de Marib, ville du nord du Yémen où une offensive de trois mois a aggravé le désastre humanitaire dans ce pays en guerre.

Le conflit oppose les Houthis, soutenus par l’Iran, et les forces du gouvernement, appuyé par l’Arabie saoudite, partenaire privilégié des Etats-Unis qui cherchent une issue diplomatique à une guerre dévastatrice de plus de six ans.

« Les Etats-Unis imposeront aujourd’hui des sanctions contre Mohammed Abdelkarim al-Ghamari, chef d’état-major des forces de la milice Houthi, qui dirige l’offensive sur Marib, ainsi que contre Youssef al-Madani », un important chef militaire, a déclaré Tim Lenderking, émissaire des Etats-Unis pour le Yémen, lors d’un point-presse.

Selon lui, aucune sanction n’aurait été prise par les Etats-Unis « s’il n’y avait pas d’offensive, s’il y avait un engagement en faveur de la paix, si les parties agissaient de manière constructive avec l’envoyé des Nations unies ».

M. Lenderking a regretté l’absence des Houthis lors des récents pourparlers pour obtenir un cessez-le-feu et il a dénoncé la bataille de Marib qui « fait peser une pression énorme sur une situation humanitaire déjà très fragile ».

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken au département d’État à Washington, le 5 avril 2021. (Al Drago / Pool via AP)

Le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken a lui affirmé qu’en menant l’attaque contre Marib, Mohammed Abdelkarim al-Ghamari avait accru le danger qui plane sur le million de civils ayant été déplacés.

L’attaque de Marib « menace de submerger une réponse humanitaire déjà sous pression », a-t-il dit dans un communiqué, en affirmant que Youssef al-Madani risquait « de commettre des actes de terrorisme » contre des intérêts et des ressortissants américains.

« Nous appelons les Houthis à cesser immédiatement toutes les attaques et les offensives militaires », a-t-il ajouté.

Les Houthis ont lancé en février une campagne pour arracher ce dernier bastion du gouvernement dans le nord du pays, qu’ils contrôlent largement, à l’instar de la capitale Sanaa, prise en 2014.

L’Arabie saoudite, à la tête d’une coalition militaire qui intervient depuis 2015 pour appuyer les loyalistes, a proposé un cessez-le-feu en mars. Mais les Houthis l’ont rejeté, exigeant au préalable la levée de l’embargo aérien et maritime imposé par les Saoudiens.

Le conflit au Yémen a tué des dizaines de milliers de personnes, selon diverses ONG. Des millions de civils ont été déplacés et, avec les deux tiers des environ 30 millions d’habitants dépendant de l’aide humanitaire, le pays est au bord d’une famine à grande échelle.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...