Rechercher

Yisrael Beytenu demande que le chef de Balad ne puisse se présenter aux élections

Le parti d'Avigdor Liberman fonde sa plainte, présentée à la Commission électorale centrale, sur une disposition de la Loi fondamentale

Les députés de la Liste arabe unie Sami Abou Shahadeh, à droite, et Ahmad Tibi pendant une séance plénière de la Knesset, le 23 février 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Les députés de la Liste arabe unie Sami Abou Shahadeh, à droite, et Ahmad Tibi pendant une séance plénière de la Knesset, le 23 février 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Ce dimanche, le parti Yisrael Beytenu d’Avigdor Liberman a déposé plainte auprès de la Commission électorale centrale afin d’empêcher le chef de balad, Sami Abou Shahadeh, de se présenter aux élections du 1er novembre prochain.

Le parti a évoqué une disposition de la Loi fondamentale disant que les candidats devaient être disqualifiés s’ils niaient l’existence de l’État d’Israël en tant qu’État juif et démocratique, incitaient au racisme ou soutenaient un pays ennemi ou un groupe terroriste.

Dans un communiqué, Yisrael Beytenu a affirmé que [la place d’] Abou Shahadeh était « en dehors de la Knesset israélienne. Ceux qui nient l’existence de l’État d’Israël et n’en reconnaissent pas le caractère juif et démocratique ne sont aucunement dignes d’en faire partie. Il serait plus logique qu’il siège au parlement à Ramallah, c’est sa place. »

En réponse, Abou Shahadeh a déclaré à la radio de l’armée « Cet homme violent [Liberman] ne m’intéresse pas, lui qui est favorable à la déportation [de citoyens arabes hors d’Israël] … Liberman est dangereusement proche du seuil d’éligibilité : il fait tout pour se concilier les bonnes grâces des électeurs extrémistes. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...