Rechercher

Yitzhak Abergil, témoin de l’État, a été retrouvé mort en Amérique du Sud

Ancien membre important du monde du crime, il a témoigné dans de nombreuses affaires de meurtre ; il vivait à l'étranger dans le cadre du programme de protection des témoins

Yitzhak Abergil au tribunal de Tel Aviv, le 5 février 2017. (Crédit: Flash90)
Yitzhak Abergil au tribunal de Tel Aviv, le 5 février 2017. (Crédit: Flash90)

Plusieurs médias israéliens ont rapporté dimanche qu’un témoin de l’État qui a témoigné contre de grands criminels israéliens a été retrouvé mort dans un pays sud-américain, sans préciser de quel pays il s’agissait.

Le journal Maariv a déclaré que l’individu était Yitzhak Abergil, un membre important de la mafia israélienne et qui avait témoigné dans un certain nombre d’affaires de meurtre.

L’homme vivait à l’étranger dans le cadre d’un programme de protection des témoins.

Après la découverte de son corps à son domicile, la police du pays sud-américain a prévenu le ministère israélien des Affaires étrangères.

Un message a été envoyé à l’unité supérieure de lutte contre la criminalité d’Israël, Lahav 433, et les responsables ont ensuite informé les membres de la famille de la mort de leur proche.

L’homme en question était une figure bien connue du monde criminel, qui est devenu un témoin public après son arrestation.

Il a témoigné dans le cadre de l’affaire 1131, une enquête de Lahav 433 portant sur une série d’assassinats et de tentatives d’assassinat perpétrés par Abergil et la mafia rivale Mosli, qui ont fait au moins 14 morts.

Le siège de Lahav 433, l’unité anti-corruption de la police israélienne, à Lod. (Crédit : Flash90)

L’année dernière, le tribunal de Tel Aviv a condamné Abergil pour le meurtre de trois passants tués lors d’une tentative d’attentat contre un rival en 2003, le tenant pour responsable en tant que chef d’un groupe criminel organisé qui a commis l’attentat.

Abergil a également été reconnu coupable de la tentative de meurtre de Zeev Rosenstein, figure de la pègre, qui a survécu. Dix-huit autres personnes ont été blessées dans l’explosion de Tel Aviv. En outre, Abergil a été condamné pour une série de délits liés à la drogue.

Le tribunal a estimé que, bien qu’Abergil, 52 ans, n’ait pas commis l’attentat à la bombe lui-même, il y a participé en tant que chef d’une organisation criminelle que les juges ont décrite comme « d’envergure mondiale et sans précédent ».

En ce qui concerne l’organisation criminelle qu’il dirigeait, qui a opéré au moins de 2002 à 2006, les juges ont déclaré que ses dirigeants n’avaient pas reculé devant la violence, se procurant même une roquette antichar destinée à être utilisée contre des rivaux et finançant leurs activités par le commerce de la drogue.

Abergil a été inculpé avec 17 autres personnes en juillet 2015. L’enquête pluriannuelle, baptisée « affaire 512 » et décrite comme l’un des plus grands coups de filet de la pègre dans l’histoire d’Israël, a englobé une quarantaine d’enquêtes individuelles sur des crimes commis pendant plus de dix ans par une cinquantaine de suspects, a indiqué la police israélienne.

Abergil et son frère, Meir, étaient considérés comme des poids lourds de la pègre israélienne.

Meir Abergil, de la famille de criminels Abergil, au tribunal de Tel Aviv, le 18 juillet 2018. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Les frères Abergil avaient déjà été arrêtés en août 2008 en Israël, à la suite d’une demande d’extradition américaine, après avoir été mis en examen pour avoir utilisé un gang de la vallée de San Fernando pour distribuer un million de pilules de MDMA, communément appelées ecstasy, et pour avoir payé un membre du gang pour tuer un homme qui avait volé une cargaison de drogue.

Ils ont tous deux été incarcérés dans une prison américaine. Meir a été libéré à la suite d’un accord judiciaire et est rentré en Israël, mais il a été de nouveau arrêté dans l’affaire 512. Yitzhak, qui a été condamné en 2012 à une peine de huit ans et demi, est retourné en Israël en 2014 pour purger le reste de sa peine dans une prison israélienne.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...