Yom HaZikaron : la Haute cour autorise l’entrée de 100 Palestiniens
Rechercher

Yom HaZikaron : la Haute cour autorise l’entrée de 100 Palestiniens

Yariv Levin a fustigé cette décision "scandaleuse" d'autoriser des Palestiniens à participer à une cérémonie qui rassemble des familles endeuillées de part et d’autre du conflit

Une Israélienne endeuillée se recueille près des tombes de soldats tombés au combat au cimetière militaire du mont Herzl à Jérusalem, à l'occasion du Yom HaZikaron, en souvenir des soldats israéliens tués dans les guerres depuis 1860, et des victimes du terrorisme en Israël. Le 18 avril 2018. (Miriam Alster/Flash90)
Une Israélienne endeuillée se recueille près des tombes de soldats tombés au combat au cimetière militaire du mont Herzl à Jérusalem, à l'occasion du Yom HaZikaron, en souvenir des soldats israéliens tués dans les guerres depuis 1860, et des victimes du terrorisme en Israël. Le 18 avril 2018. (Miriam Alster/Flash90)

La Haute cour de Justice a accepté mardi une pétition déposée par le groupe Combatants for Peace et a statué qu’Israël doit autorisé 100 Palestiniens à entrer sur le sol israéliens pour participer à une cérémonie rendant hommage aux soldats israéliens tombés au combat et aux victimes du terrorisme.

Une cérémonie conjointe est organisée depuis 2006 par l’association PCFF, Combatants for Peace and The Parents Circle – Families Forum, qui rassemble des familles endeuillées de part et d’autre du conflit. Elle est décrite comme une alternative pro-coexistence aux événements classiques de Yom HaZikaron.

Les organisateurs avaient déclaré qu’ils avaient déposé 181 demandes d’autorisation pour des personnes souhaitant participer à l’évènement.

Mais le ministère de la Défense les a toutes rejetées, expliquant que la Cisjordanie serait bouclée pendant Yom HaZikaron

Le juge a rejeté la position de l’Etat et déclaré que le Premier ministre, qui est aussi ministre de la Défense, ne pouvait pas empêcher la participation des Palestiniens et « intervenait dans la façon dont les familles veulent manifester leur chagrin intime ».

Le ministre du Tourisme, Yariv Levin, prend la parole lors de la 15e Conférence annuelle du groupe « Besheva » à Jérusalem, le 12 février 2018. (Hadas Parush/Flash90)

Le député du Likud Yariv Levin, qui est également le favori de Netanyahu au poste de ministre de la Justice, a fustigé cette décision « scandaleuse ».

« Si quelqu’un avait besoin d’une preuve supplémentaire du besoin vital et urgent de réformer fondamentalement le système judiciaire et de changer profondément la nature de la Cour suprême, la voici, avec cette décision scandaleuse », a déclaré Levin.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a aussi dénoncé la décision comme étant « erronée et décevante.

« Il n’y a pas de place pour une cérémonie commémorative comparant le sang de notre peuple et celui des terroristes », a dit M. Netanyahu, qui est également ministre de la Défense, dans un tweet.

« C’est pourquoi j’ai refusé d’autoriser l’entrée des participants à la cérémonie et je pense que la Haute cour n’aurait pas dû intervenir sur ma décision », a-t-il ajouté.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...