Yuli Edelstein : Le meurtre de Rabin n’a eu « aucun impact historique »
Rechercher

Yuli Edelstein : Le meurtre de Rabin n’a eu « aucun impact historique »

Le président de la Knesset a été critiqué à cause de cette remarque après le rassemblement commémoratif de Tel Aviv pour le Premier ministre assassiné

Yuli Edelstein, président de la Knesset, le 30 janvier 2018. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Yuli Edelstein, président de la Knesset, le 30 janvier 2018. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Yuli Edelstein (Likud), le président de la Knesset, a déclaré que l’assassinat du Premier ministre Yitzhak Rabin en 1995 n’avait eu “aucun impact historique” le lendemain d’un rassemblement commémoratif à Tel Aviv durant lequel la classe politique a échangé de cinglantes critiques.

Après que la cheffe du parti d’extrême-gauche Meretz, Tamar Zandberg, a qualifié le meurtre de Rabin de “meurtre politique le plus réussi de l’histoire” dans son discours prononcé lors de la cérémonie commémorative, Yuli Edelstein a déclaré à la radio militaire que l’assassin, Yigal Amir, n’avait pas atteint ses objectifs.

“Je pense que cet assassinat politique ignoble n’a pas eu d’impact historique”, a déclaré Edelstein. “Si cela avait permis d’atteindre des objectifs, c’est le contraire de ce qu’Yigal Amir avait l’intention d’accomplir.”

Lors du rassemblement annuel de la place Rabin à Tel Aviv, où le meurtre a eu lieu en 1995, les dirigeants de la gauche et du centre ont décrié ce qu’ils ont dit être l’utilisation systématique par le gouvernement de discours “d’incitation” à la persécution des rivaux politiques dans le but de diviser le pays.

Rassemblement commémorant les 23 ans de l’assassinat du Premier ministre Yitzhak Rabin sur la place Rabin à Tel Aviv le 3 novembre 2018 (Crédit : Miriam Alster / Flash90)

Un haut responsable de droite a également pris la parole lors du rassemblement – le ministre Tzachi Hanegbi du Likud. Hanegbi, que beaucoup de membres de la gauche jugent complice d’incitation à la haine avant le meurtre de Rabin, a été sifflé tout au long de son discours.

Edelstein a déclaré que les organisateurs de la manifestation l’avaient également invité à prendre la parole mais qu’il avait décidé de ne pas le faire en raison de la vive opposition de militants de gauche au discours de quelqu’un perçu comme ayant soutenu le mouvement d’incitation à la haine qui a conduit au meurtre.

Edelstein a participé à des dizaines de manifestations contre les accords d’Oslo conclus par Rabin avant son assassinat, mais il a déclaré qu’il “ne faisait jamais partie des campagnes d’incitation à la violence. Je n’ai rien à me reprocher.”

“Lorsque j’ai été invité à prendre la parole, certains des orateurs ont immédiatement cherché à interdire un habitant des implantations religieux et de droite comme je le suis. De quoi s’agit-il, sinon de la censure ?”, a-t-il déclaré, appelant au débat politique libre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...