Zarif doit participer à une conférence sur Jérusalem à Istanbul
Rechercher

Zarif doit participer à une conférence sur Jérusalem à Istanbul

Les récentes tensions sur le mont du Temple montrent de nouveau que la "Palestine est la question principale du monde musulman," selon le chef de la diplomatie iranienne

Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif lors d'une conférence de presse à l'issue d'une réunion avec le Premier ministre libanais Tammam Salam le 11 août 2015 au Palais du gouvernement dans la capitale Beyrouth (Crédit : AFP PHOTO / ANWAR AMRO)
Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif lors d'une conférence de presse à l'issue d'une réunion avec le Premier ministre libanais Tammam Salam le 11 août 2015 au Palais du gouvernement dans la capitale Beyrouth (Crédit : AFP PHOTO / ANWAR AMRO)

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, participera à une rencontre de l’Organisation de Coopération islamique (OCI) à Istanbul mardi qui traitera des récentes tensions entourant le mont du Temple à Jérusalem.

Un porte-parole pour le ministère iranien des Affaires étrangères a déclaré que les « développements » à Jérusalem depuis l’attaque terroriste du 14 juillet sur le lieu saint nécessitaient un « besoin urgent » pour les pays musulmans de travailler ensemble.

« Etant donné les récents développements dans les territoires occupés et la pression croissante sur le peuple palestinien, particulièrement à Qods [le nom arabe pour Jérusalem], un besoin urgent se fait sentir pour une coopération parmi les pays islamiques », a déclaré Bahram Ghasemi, cité par l’agence de presse Mehr.

« Les pays musulmans ne devraient jamais oublier que malgré un certain nombre de désaccords, la Palestine est la question principale du monde musulman », a-t-il ajouté, selon l’agence iranienne Press TV.

A la suite de l’attaque du 14 juillet au cours de laquelle trois Arabes israéliens ont tué deux officiers de police en utilisant des armes introduites en cachette dans la mosquée Al-Aqsa, Israël a installé de nouvelles mesures de sécurité aux entrées du lieu saint, conduisant à des protestations importantes parmi les Musulmans.

Israël a fait marche arrière sur toutes les mesures de sécurité sur le mont du Temple la semaine dernière, après presque deux semaines d’affrontements violents et de boycott de l’enceinte par les croyants musulmans suivant des appels à prier dans la rue.

La semaine dernière, des dizaines de fidèles ont organisé une manifestation anti-Israël à Téhéran pour protester contre les mesures de sécurité en chantant « Mort à Israël » et « Mort à l’Amérique ».

Le président turc Recep Tayyip Erdogan – l’hôte de la conférence de mardi – était parmi les critiques les plus directs des mesures de sécurité sur le mont du Temple. Il a accusé Israël d’avoir usé d’une « force excessive » contre les fidèles musulmans lors d’affrontements à Jérusalem Est.

Erdogan a également dit que l’enlèvement des détecteurs et d’autres mesures de sécurité n’était « pas suffisant ».

Dimanche, des milliers de partisans du parti conservateur turc se sont rassemblés à Istanbul pour protester contre les mesures de sécurité et montrer leur solidarité avec les Palestiniens. Des manifestants agitaient des drapeaux turcs et palestiniens en chantant le slogan « Frappez, frappez les sionistes » et « Israël comprend la force ».

Des milliers de Turcs ont manifesté à Istanbul après la crise au mont du Temple à Istanbul, le 30 juillet 2017 (Crédit : AFP / YASIN AKGUL)
Des milliers de Turcs ont manifesté à Istanbul après la crise au mont du Temple à Istanbul, le 30 juillet 2017 (Crédit : AFP / YASIN AKGUL)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...