Les organisations humanitaires internationales et les différents gouvernements intensifient dimanche leur assistance pour secourir le Népal dévasté par un séisme destructeur, mais leurs efforts étaient entravés par la rupture des communications et d’importants dégâts matériels.

Alors que le nombre des victimes a grimpé à plus de 2 000 morts et près de 5 000 blessés, les Etats-Unis, comme de nombreux pays européens et asiatiques, ont dépêché sur place des équipes d’urgence.

En Israël, l’armée israélienne et les organisations d’aide ont envoyédes sauveteurs, des ambulanciers et des fournitures d’urgence, tandis que le ministère des Affaires étrangères tente de localiser les dizaines d’Israéliens encore portés disparus.

Une équipe a décollé d’Israël samedi soir juste après minuit pour faire un bilan des nécessités. Un communiqué du bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré que l’équipe « atterrira près de la zone touchée et fera ses préparatifs jusqu’à ce qu’il devienne possible d’atterrir au Népal ».

Le deuxième vol doit inclure une équipe de 240 soldats du commandement du Front intérieur, qui pendant les deux prochaines semaines au moins, portera secours aux locaux et aux Israéliens là-bas, selon Ynet.

En plus d’offrir une aide au Népal, la délégation procurera également aux Israéliens « les moyens de revenir en Israël », selon le communiqué.

Des vols distincts en partance d’Israël pour d’autres organisations d’aide sont également prévus.

Selon une déclaration du Magen David Adom, un avion en provenance d’Israël avec à son bord de l’équipement et des professionnels partira dimanche matin pour fournir une aide immédiate et préparer le terrain pour d’autres délégations.

Le groupe d’aide israélien privé IsraAid a déclaré samedi qu’il préparait une équipe, et les groupes de secours israéliens Zaka et United Hatzala ont envoyé des délégations de médecins dimanche matin.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a envoyé une lettre au Premier ministre népalais Sushil Koirala samedi soir, promettant une assistance médicale et une aide à la recherche et au sauvetage des victimes du séisme.

Netanyahu et le président Reuven Rivlin ont envoyé leurs condoléances au Népal.

« Nos pensées et nos cœurs sont tournés vers la population du Népal qui subit cette terrible catastrophe, et à nos proches dans la détresse. L’Etat d’Israël tend la main pour aider à la recherche et au sauvetage des nombreuses victimes », a déclaré Rivlin dans un communiqué.

Aucun Israélien ne figure parmi les victimes, a déclaré le ministère des Affaires étrangères samedi soir, mais les rapports ont répertorié des dizaines de personnes toujours portées disparues dans le pays himalayen prisé par les jeunes Israéliens après l’armée.

Un certain nombre de familles en Israël utilisent Facebook et WhatsApp pour trouver des informations sur leurs proches. Les responsables ont fait état de lignes de communication pauvres dans le pays dans le sillage de la catastrophe, soumis à des répliques persistantes.

La maison Chabad à Katmandou, qui a été légèrement endommagée, a rapporté que des centaines d’Israéliens s’y sont réfugiés après le séisme.

« Nous regroupons encore les noms des disparus, et essayons d’entrer en contact avec tout le monde aussi vite que possible », a raconté Chani Lifshitz, qui dirige le centre avec son mari, Rabbi Chezki Lifshitz, sur le site Chabad.org.

« Jusqu’à présent, nous avons soigné un nombre de blessés sur les canapés de la Maison Chabad. Le travail principal est maintenant de rassembler tous les noms des personnes qui se trouvent à Katmandou, dans les montagnes. Nous espérons n’apporter que des bonnes nouvelles ». Ce bilan provisoire du tremblement de terre – le plus meurtrier depuis 80 ans dans ce pays himalayen – devrait s’alourdir dans les prochaines heures.

Il est urgent de prêter main forte à ceux qui tentent de dégager des survivants des décombres, à Katmandou, la capitale dévastée, comme dans les régions rurales coupées du monde par des routes impraticables et des réseaux téléphoniques en panne.

« Les routes ont été endommagées ou bloquées par des coulées de boue. Les communications sont rompues, ce qui nous empêche d’entrer en contact avec les branches locales de la Croix-Rouge et d’obtenir des informations crédibles », a souligné Jagan Chapagain, directeur pour l’Asie-Pacifique de la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR).

La FICR est extrêmement inquiète pour les villages ruraux situés près de l’épicentre du séisme de magnitude 7,8, à environ 80 kilomètres de Katmandou. « Nous anticipons des pertes en vies humaines et des destructions considérables », a-t-il averti.

Les autres ONG internationales n’étaient guère mieux loties quant aux possibilités d’évaluation des dégâts. Mais elles craignaient aussi que la catastrophe ne soit d’une ampleur désastreuse.

« Nous avons vu des scènes terribles de destruction, des hôpitaux qui ont été évacués et des patients soignés dehors à même le sol, des maisons et des immeubles démolis, des routes avec des crevasses béantes », a raconté Eleanor Trinchera, coordinatrice pour Caritas Australia.

Les survivants ont passé la nuit dehors, malgré le froid, de peur d’être écrasés dans les bâtiments ébranlés par la principale secousse et ses répliques.

Des centaines de structures, dont des immeubles entiers de bureaux, se sont écroulés. Le choc a provoqué l’effondrement de la tour historique de Dharhara, l’une des attractions touristiques majeures de la capitale.

Des neuf étages de cette tour blanche surmontée d’un minaret de bronze, datant du XIXe siècle, ne restaient que des ruines.

Parallèlement, la neige a nui dans un premier temps aux efforts des secouristes pour venir en aide aux alpinistes ayant survécu à la puissante avalanche déclenchée par le séisme sur le mont Everest.

Dix-sept personnes ont trouvé la mort sur le sommet himalayen mais les hélicoptères ont pu commencer à atterrir dimanche sur le camp de base.

Les Etats-Unis ont annoncé l’envoi d’équipes de secours et le déblocage d’une première enveloppe d’un million de dollars.

« Du fond du coeur, nous adressons notre sympathie aux peuples du Népal et des régions touchées par cette tragédie », a dit le secrétaire d’Etat américain John Kerry.

L’Inde voisine, où 47 personnes ont été tuées par le tremblement de terre, a envoyé deux avions de transport militaires.

Dans toute la région – Sri Lanka, Pakistan, Japon – ainsi qu’en Nouvelle-Zélande et en Australie, les autorités ont proposé leur aide.

La Chine a annoncé l’envoi d’une équipe de 62 secouristes aidés de chiens, selon l’agence officielle Chine Nouvelle. La presse officielle chinoise a rapporté que 17 personnes avaient été tuées par le séisme au Tibet.

Le gouvernement de Singapour a mentionné l’envoi d’une équipe de 55 secouristes.

L’Australie, elle, a débloqué 5 millions d’AUD d’assistance (3,5 millions d’euros) tandis que la Nouvelle-Zélande a offert un million de NZ$ (700.000 euros).

L’Union européenne a indiqué que ses experts étaient en train de se rendre dans les zones touchées. « Le nombre de victimes et l’étendue des dégâts sont toujours inconnus mais devraient être élevés, aussi bien en termes de pertes humaines que de patrimoine culturel » du pays, a déclaré l’UE dans un communiqué.

Berlin, Londres et Madrid ont aussi promis leur aide, la Norvège annonçant pour sa part le déblocage de 3,5 millions d’euros.

Le Premier ministre britannique David Cameron a évoqué une « nouvelle choquante ». Londres, qui a envoyé sur place une équipe d’humanitaires, « fera tout ce qui est en son pouvoir pour aider ceux qui sont pris au piège ».

L’association Christian Aid a lancé un appel aux donations.

« Il est clair qu’il y a des besoins urgents en abris provisoires,  nourriture, eau potable, vêtements chauds, couvertures et kits d’hygiène », a-t-elle expliqué dans un communiqué.

La force aérienne népalaise a réussi à sauver quatre randonneurs israéliens piégés au Lantang, mais a été contrainte de s’interrompre à cause du mauvais temps, selon la Deuxième chaîne.

« La nourriture et l’eau s’épuisent, la situation n’est pas bonne», dit Omer Zakai, dont la sœur Shahar est restée bloquée, avec une douzaine d’autres Israéliens et de nombreux autres touristes étrangers. « L’armée a réussi à sauver quelques personnes, mais dans la situation actuelle, le temps ne permet pas aux secours de se poursuivre. Ils opèrent dans un espace ouvert et les conditions météorologiques sont vraiment difficiles. »

Un randonneur israélien a été laissé sur place, avec une blessure à la tête, dit le rapport, et nécessite des soins médicaux.

« Il va bien, mais il doit être évacué le plus rapidement possible », a dit un proche.

Les parents de nourrissons israéliens avertissent que leur approvisionnement en eau sera bientôt épuisé.

« L’approvisionnement en eau est interrompu », annonce le chanteur Ohad Hitman, selon la Deuxième chaîne.

« Nous avons des bouteilles d’eau minérale pour les enfants qui dureront tout au plus un jour, peut-être 12 heures. Nous craignons que les équipes de secours ne viennent pas. »

Alon Michaeli Molian, un autre nouveau père, affirme qu’aucun des nouveau-nés n’a dormi la nuit dernière.

« La situation est très difficile. Nous ne savons pas quand la terre tremblera de nouveau. »

Le ministère de la Justice a approuvé un plan pour transporter des mères porteuses népalaises de couples israéliens, à un stade avancé de la grossesse, en Israël.

Le plan a été présenté par le député Likud Gilad Erdan.

L’AFP a contribué à cet article