La Croatie a rendu hommage dimanche aux victimes du camp de concentration de Jasenovac, surnommé l' »Auschwitz croate », mis en place pendant la Seconde guerre mondiale par le régime pro-nazi croate et démantelé il y a 69 ans.

« Jasenovac est un des endroits qui demeurent à jamais ancrés dans la mémoire collective quoiqu’il ait été mis en place pour devenir un lieu d’oubli », a déclaré le président croate Ivo Josipovic au cours d’une cérémonie sur le site du camp situé à 110 km à l’est de Zagreb.

« Un crime, un génocide s’est produit ici qui ne cessera jamais de nous faire mal et que nous n’oublierons jamais », a ajouté M. Josipovic dans un discours prononcé par une pluie battante devant plusieurs centaines de personnes, des détenus survivants, des responsables croates, dont le Premier ministre Zoran Milanovic et des diplomates.

Les crimes commis à Jasenovac « ne l’ont pas été au nom du peuple croate, mais au nom de l’Etat [NDLR : pro-nazi] », a fait valoir M. Milanovic.

« La Croatie d’aujourd’hui, membre de l’Union européenne, est une garantie que ce genre de mal ne se reproduira plus », a-t-il ajouté.

Le camp de Jasenovac, mis en place en 1941, avait été un des quelque 80 camps de détention durant le régime pro-nazi croate.

Après la proclamation, en 1991, par la Croatie de son indépendance de l’ex-Yougoslavie, la gravité des crimes commis à Jasenovac avait été minimisée par le premier président croate Franjo Tudjman, décédé en 1999.

Les historiens ne parviennent toutefois pas à se mettre d’accord sur le nombre des victimes qui périrent dans ce camp.

Les estimations varient d’environ 82 000, selon le musée de Jasenovac, à 700 000 victimes, selon les sources serbes.

Le musée du Mémorial de l’Holocauste à Washington évalue pour sa part à 100 000 le nombre des victimes.