Micha Kaufman, âgé de 46 ans, co-fondateur et chef de la direction de Fiverr, une start-up israélienne devenue leader mondial pour les services freelance en ligne, compare souvent son entreprise à Amazon et eBay, les géants du commerce électronique.

« L’idée de Fiverr est simple », a-t-il déclaré lors d’une interview avec le Times of Israël depuis les nouveaux bureaux sophistiqués de la start-up situés dans un bâtiment historique rénové au cœur de Tel Aviv. « Nous nous sommes demandés si nous pouvions rendre l’achat d’un service en ligne aussi simple que d’acheter un produit sur Amazon ? Ce qui signifie que vous cliquez simplement sur un bouton et c’est fait. »

Et il a également ajouté : « nous croyons que nous allons être l’Amazon des services ».

C’est en réalité l’objectif qu’il vise, a-t-il déclaré sans une once de modestie, convaincu de [la réussite de] sa mission et de son potentiel.

« Nous avons un marché qui est pratiquement de la taille d’un océan », a-t-il décrit. « Personne ne le possède. Nous prévoyons de le posséder, nous prévoyons de le diriger, nous le dirigeons de toute façon. Et notre approche unique, qui consiste à créer une expérience en commerce électronique dans l’espace des services, s’est révélée très importante. »

Le cofondateur et le PDG de Fiverr, Micha Kaufman (Crédit : Yuval Taog)

Le cofondateur et le PDG de Fiverr, Micha Kaufman (Crédit : Yuval Taog)

Alors, prenons un peu de recul et retournons où tout a commencé.

Kaufman, qui a étudié le droit et était juriste avant de devenir un entrepreneur, a mis en place Fiverr en 2010 avec ses partenaires Shai Wininger et Guy Gamzu. C’est sa quatrième compagnie et sa « plus grande réussite qui est la plus importante également », a-t-il déclaré. Ses précédentes entreprises touchaient à différents domaines en passant du logiciel aux dispositifs médicaux et à Internet.

Dans le domaine de la technologie, a-t-il expliqué, « la plupart des choses que nous faisons échouent. C’est comme ça que tu grandis. Nous échouons, nous cassons les choses, nous faisons des erreurs. Et si vous êtes assez intelligent pour ne pas les refaire deux fois, vous progressez. Et c’est comme ça que tu grandis. »

Et c’est sur le dos de ces compagnies que Fiverr a été fondée. « La bonne chose à propos des start-ups précédentes, c’est qu’elles ont établi les fondations pour construire une entreprise de la manière dont nous avons construit Fiverr », a déclaré Kaufman.

« Nous l’avons construite correctement, nous avons choisi les bons partenaires, nous avons investi et construit une belle culture et ce sont des choses qui sont plus difficiles à faire en tant que premier entrepreneur. C’est l’avantage d’avoir un peu de cheveux gris et des cicatrices. »

Les employés de Fiverr dans ses bureaux de Tel Aviv, le 6 août 2017 (Crédit : Shoshanna Salomon / Times of Israel)

Les employés de Fiverr dans ses bureaux de Tel Aviv, le 6 août 2017 (Crédit : Shoshanna Salomon / Times of Israël)

L’idée de Fiverr est survenue à un moment où Kaufman était sur la fin de sa start-up précédente. Tout en discutant de ses diverses idées avec des amis, il en est venu à réaliser deux choses fondamentales : le bassin des free-lance à l’échelle mondiale augmentait, et l’offre et l’achat de leurs services se faisaient toujours hors ligne. C’était comme une « illumination », a-t-il expliqué.

Une étude menée en 2015 par Freelancers Union et Upwork des États-Unis, également un marché de talent freelance, a révélé qu’un ouvrier américain sur trois, soit quelque 54 millions de personnes, était indépendant. Et la technologie — avec ses marchés soi-disant en ligne — leur permettait plus facilement de trouver du travail. Les millénaires, ceux qui sont nés pendant la période entre le début des années 80 et le début des années 2000, sont également la deuxième génération qui par choix travailleraient en freelance, dépassés uniquement par la génération baby-boom, ont indiqué les recherches. D’ici 2020, plus de 40 % de la main-d’œuvre américaine seront indépendants, selon une étude réalisée en 2010 par l’entreprise Intuit.

« Le freelance augmente en pourcentage dans le camembert de la force de travail », a déclaré Kaufman. Une raison qui explique en partie ce phénomène, estime-t-il, c’est que les millénaires ont commencé à rejoindre le marché du travail quand la crise économique de 2008 a commencé à frapper.

« C’était une sorte de réveil », a-t-il déclaré. « Ces mêmes millénaires qui ont vu leurs parents qui occupaient des ‘emplois sûrs’ perdre leurs emplois sûrs. Et ils ont compris que rien n’est sûr. »

Les millénaires sont également nés avec Internet, dans un monde toujours connecté et plein d’options. Ils veulent faire les choses « selon leurs propres termes, lieu et heure. Et tout cela a entraîné un changement et a rendu le travail indépendant beaucoup plus populaire. »

Le bureau de Fiverr à Tel Aviv : une table de ping-pong pour ses employés avec des œuvres d'art par des travailleurs indépendants avec le slogan de la startup : en les personnes de confiance nous faisons confiance, le 6 août 2017 (Crédit : Shoshanna Salomon / Times of Israel)

Le bureau de Fiverr à Tel Aviv : une table de ping-pong pour ses employés avec des œuvres d’art par des travailleurs indépendants avec le slogan de la startup : en les personnes de confiance nous faisons confiance, le 6 août 2017 (Crédit : Shoshanna Salomon / Times of Israël)

De plus, en 2010, presque toutes les transactions indépendantes ont été effectuées en mode hors ligne. Les parties intéressées se sont rencontrées dans un café, ont négocié et l’accord était scellé ou non. C’était « démodé, old school et hors ligne », a déclaré Kaufman. « Et c’était fou », parce que le commerce électronique avait déjà décollé, des entreprises comme Amazon et eBay et Alibaba en Chine voyaient une augmentation considérable de leurs ventes en ligne. « Donc, ce marché (freelance) ne suivait pas la tendance, et pour moi c’était une grande opportunité. »

Ainsi, les trois entrepreneurs ont fondé Fiverr — une plate-forme dans laquelle les travailleurs indépendants peuvent offrir leurs services dans une grande variété de catégories, à partir de 5 dollars. Le véritable défi, a expliqué Kaufman, était de transformer le service en un produit que vous pouvez acheter en ligne en cliquant sur un bouton.

Aujourd’hui, Fiverr propose un catalogue de services numériques dans plus de 150 catégories, avec plus de 10 millions de services en ligne dans 150 pays, selon les données fournies par la société. Et quelque 600 nouveaux services sont rajoutés tous les jours. L’entreprise emploie quelque 280 travailleurs, dont 180 en Israël et le reste aux États-Unis.

Voici comment Fiverr fonctionne

Les travailleurs indépendants — ou les vendeurs — offrent leurs services sur le site. Ceux-ci sont appelés gigs. Les employés de Fiverr guident les fournisseurs de services via un processus en ligne qui leur permet de définir exactement ce qu’ils offrent. Ils leur montrent comment fournir des échantillons de leurs travaux antérieurs et quelles informations sont nécessaires : par exemple, le délai de livraison et la façon de définir le prix. Le service devient alors un élément dans le catalogue.

Les clients, généralement les petites entreprises qui ont besoin des services de travailleurs indépendants, vont sur le site et cherchent ce qu’ils veulent parmi une sélection de professionnels.

« Comme lorsque l’on voit un article sur Amazon », a déclaré Kaufman, ils voient le profil du vendeur, les informations sur le service, le prix. Les clients peuvent également évaluer le service reçu, ce qui donne une indication aux autres utilisateurs de la qualité du service fourni. Fiverr fournit également toute la gamme d’outils dont les deux parties ont besoin pour mener à bien la transaction : la plate-forme de communication, le transfert sécurisé des fichiers, la collecte des commentaires et le paiement et les accords de confidentialité.

Un panneau indiquant les différents bureaux de Fiverr dans le hall d'un bâtiment historique à Tel Aviv (Crédit : Shoshanna Solomon / TimesofIsrael)

Un panneau indiquant les différents bureaux de Fiverr dans le hall d’un bâtiment historique à Tel Aviv (Crédit : Shoshanna Solomon / Times of Israël)

« Ensuite, vous cliquez sur l’ordre et c’est fait », a expliqué Kaufman. « La similitude avec Amazon n’est pas une coïncidence. C’est une plate-forme de commerce électronique. Donc, tout ce que vous pourriez trouver dans une plate-forme de commerce électronique, vous pourrez le trouver chez Fiverr. »

Kaufman et son équipe ont développé des algorithmes pour affiner les listes et les recommandations, et utilisent l’apprentissage par machine pour personnaliser l’expérience. Toutes les transactions passent par Fiverr et l’entreprise obtient une commission de 25 % de chaque transaction.

Parce que les travailleurs indépendants n’ont pas besoin de perdre du temps à chercher du travail provenant de diverses sources, ils peuvent offrir leurs services sur Fiverr à des taux beaucoup plus bas que sur le marché normal, a déclaré Kaufman.

En juin, la société a lancé le service Fiverr Pro, qui a permis d’attirer des professionnels indépendants de haut niveau – donc avec des tarifs plus élevés – chez Fiverr, après que l’entreprise a acquis Veed.me, un marché pour les professionnels indépendants de la vidéo et de l’animation, qui travaillent avec des clients comme Facebook et Google.

« La base d’utilisateurs de l’offre payante de Fiverr augmente régulièrement », a annoncé Zirra.com, une firme de recherche basée à Tel Aviv qui analyse les entreprises privées utilisant l’intelligence artificielle, dans un rapport. Parce qu’il existe déjà de nombreuses entreprises existantes sur le marché, « Fiverr doit afficher un facteur de différenciation important pour sortir de la mêlée ». À la fin de l’année 2016, Zirra.com a estimé que la valeur de Fiverr s’élevait à 351 millions de dollars.

Les concurrents directs de Fiverr sont Upwork, également une plate-forme mondiale de freelance, Freelancer.com, un marché de crowdsourcing pour les travailleurs indépendants et les employeurs, et Shiftgig, qui permettent aux travailleurs indépendants qui ont des tarifs à l’heure et aux entreprises d’entrer en contact par l’intermédiaire d’une application mobile, a poursuivi le rapport Zirra.com.

La grande variété de services offerts sur Fiverr rend l’entreprise unique, a déclaré Kaufman. Quoi qu’il en soit, a-t-il ajouté, le marché est tellement important qu’il y a probablement suffisaient d’espace pour plus d’une entreprise. « Tout comme le commerce électronique a plusieurs entreprises géantes de plusieurs milliards de dollars, ici cela va être la même chose », a-t-il déclaré.

Le bureau de Fiverr à Tel-Aviv : les vélos et le baby-foot se partagent un espace, le 6 août 2017 (Crédit : Shoshanna Salomon / Times of Israel)

Le bureau de Fiverr à Tel-Aviv : les vélos et le baby-foot se partagent un espace, le 6 août 2017 (Crédit : Shoshanna Salomon / Times of Israël)

La société, qui a sept ans maintenant, a obtenu jusqu’à présent un montant total de 110 millions de dollars auprès d’investisseurs, dont Bessemer Venture Partners et Accel.

Kaufman a refusé de commenter la rumeur selon laquelle l’entreprise pourrait être introduite en bourse, ou même de commenter les évaluations ou de révéler le chiffre d’affaire. En juillet, une émission de télévision diffusée sur la Deuxième chaîne sur l’entreprise a estimé qu’elle valait quelque 1 milliard de dollars.

« Construire une place de marché dans un nouveau marché prend du temps », a déclaré Kaufman. « Il a fallu plus d’une décennie pour amener Amazon à croître ».

Dans cinq ans, a-t-il ajouté, il pense que Fiverr sera encore plus mondial et que cela augmentera aussi grâce à des acquisitions supplémentaires. « À l’heure actuelle, la société croît très rapidement. La croissance s’accélère simplement », a-t-il déclaré. « Nous surfons sur une bonne vague. »