Les implantations israéliennes en Cisjordanie emploient des enfants palestiniens qui cultivent, récoltent et emballent des produits agricoles, affirme Human Rights Watch dans un rapport publié lundi.

Cette affirmation a été rapidement rejetée par un chef du Conseil israélien de la région. Le ministère des Affaires étrangères a, quant à lui, déclaré qu’il allait étudier le rapport et avant d’émettre une déclaration officielle.

Selon le rapport de 74 pages intitulé « Mûrs pour être maltraités : le travail des enfants palestiniens dans les établissements agricoles israéliens en Cisjordanie », des enfants palestiniens, dont les plus jeunes auraient 11 ans, sont mal payés et travaillent dans des conditions dangereuses, en violation des normes internationales.

Ce rapport a été rejeté par les responsables israéliens qui le qualifient d’ »horrible mensonge » et qui maintiennent qu’aucun mineur palestinien n’est employé par ces implantations.

Le rapport révèle que des centaines d’enfants travaillent souvent à l’extérieur sous des températures élevées, qu’ils transportent de lourdes charges et sont exposés à des pesticides dangereux. Il a également précisé que la plupart d’entre eux n’ont pas d’assurance en cas de maladies ou de blessures liées au travail.

Sarah Leah Whitson, la directrice pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord de l’organisation basée à New York, a déclaré que « les implantations israéliennes profitent des violations des droits des enfants palestiniens ».

Citant des chiffres de la Banque mondiale, le rapport a également indiqué que les restrictions israéliennes sur l’accès des Palestiniens aux terres agricoles et l’accès de l’eau dans la vallée du Jourdain ont coûté à l’économie palestinienne 700 millions de dollars par an.

Les auteurs du rapport ont indiqué qu’ils ont interrogé 38 enfants et 12 adultes actuellement employés dans sept fermes, dans des implantations de la vallée du Jourdain.

Parmi les enfants qui ont été interrogés, 33 ont indiqué qu’ils ont abandonné l’école et travaillent à temps plein comme ouvriers agricoles dans les implantations israéliennes. Parmi ces 33 enfants, 21 ont précisé qu’ils avaient abandonné l’école avant d’avoir terminé les dix années d’éducation obligatoires imposées par le droit israélien et palestinien. En outre, le rapport a indiqué que les travailleurs mineurs ont été payés en espèces, n’ont pas de contrat de travail et ne reçoivent donc pas de relevés de paie.

L’organisation – qui est souvent considérée comme injustement critique – a exhorté les pays et les entreprises à mettre fin à leurs relations commerciales avec les implantations israéliennes afin de décourager leur politique présumée consistant à faire travailler des mineurs.

David Elchaiiani, le chef du Conseil régional de la vallée du Jourdain, a rejeté avec véhémence les conclusions du rapport, affirmant que les témoignages du rapport était faux. Il affirme que le conseil emploie 6 000 Palestiniens tous les jours, mais pas de mineurs d’après lui.

« C’est un mensonge horrible », a déclaré Elchaiiani à la radio militaire. « Il n’y a aucune justification pour employer des enfants, pas seulement moralement et légalement, mais aussi financièrement. »

Le ministère des Affaires étrangères d’Israël a déclaré que le rapport était à l’étude et qu’un communiqué officiel sera publié rapidement.