Meir Rosenne, un haut diplomate et éminent avocat, acteur majeur dans l’accord de paix avec l’Egypte, est décédé mardi 14 avril 2015 à l’âge de 84 ans.

Rosenne était un ancien conseiller juridique du ministère des Affaires étrangères et ambassadeur d’Israël aux États-Unis et en France.

Né en Roumanie, Rosenne a immigré en Palestine mandataire en 1944. Après des études de droit à la Sorbonne à Paris, il rejoint les Affaires étrangères d’Israël en 1953. Entre 1961 et 1967, il était consul à New York.

Quatre ans plus tard, il est devenu conseiller juridique du ministère des Affaires étrangères. Dans cette position, qu’il a occupée pendant huit ans, il a joué un rôle important dans les négociations qui ont mené vers les accords de Camp David et de paix avec l’Egypte. Il a également participé aux négociations israélo-syriennes.

Rosenne – qui parlait couramment le français – était ambassadeur à Paris de 1979 à 1983, puis ambassadeur à Washington.

Son prédécesseur, le ministre de la Défense Moshe Arens, avait désapprouvé sa nomination, mais le Premier ministre Menahem Begin l’a convaincu et elle a finalement été approuvée sans vote par le cabinet, avait rapporté Associated Press à l’époque.

« C’était un diplomate féru et très bien formé. Je ne peux dire que dire des choses positives sur lui », a déclaré Eliezer Palmor, ancien ambassadeur d’Israël en Uruguay et à l’UNESCO à Paris et ami proche de Rosenne.

Palmor se rappelle qu’en tant que jeune diplomate à Bruxelles, il avait invité Rosenne, alors conseiller juridique de la commission de l’énergie atomique d’Israël, à donner une série de conférences.

« C’était un bon orateur et il a donné des conférences très brillantes. Entre deux conférences, je l’ai emmené à Waterloo. Ma femme a pris une photo de lui où il ressemblait parfaitement à Napoléon », dit-il.

Après avoir pris sa retraite du service diplomatique israélien en 1987, Rosenne devint président de la Israeli Bonds Organization. En 2000, il a été nommé commandant de l’Ordre national français de la Légion d’Honneur.

Il était partenaire dans Balter, Guth, Aloni & Co., l’un des plus grands cabinets juridiques d’Israël, et enseignait le droit international à l’Université hébraïque de Jérusalem.