Le grand rabbin de France Haïm Korsia a « réaffirmé » auprès de François Fillon « l’attachement » des Français juifs à la France, après que le favori de la primaire de la droite a évoqué, en parlant du passé, « une communauté qui ne respectait pas toutes les règles de la République ».

Mercredi sur Europe 1, l’ancien Premier ministre a jugé qu » qu’il y a un mouvement aujourd’hui de montée de l’intégrisme au sein de la communauté musulmane et que les intégristes sont en train de prendre en otage la communauté musulmane », a déclaré Fillon, qui a renversé l’ancien président Nicolas Sarkozy aux premier tour des primaires de la droite.

« Comme d’ailleurs dans le passé on a combattu une forme d’intégrisme catholique. Comme on a combattu la volonté des juifs de vivre dans une communauté qui ne respectait pas toutes les règles de la République française, »a continué Fillon, qui fera face à Alain Juppé, également ancien Premier ministre au deuxième tour dimanche. .

« Il faut combattre cet intégrisme, et il faut le combattre comme d’ailleurs dans le passé je le rappelle on a combattu une forme d’intégrisme catholique ou comme on a combattu la volonté des Juifs de vivre dans une communauté qui ne respectait pas toutes les règles de la république française », a poursuivi Fillon.

Fillon n’a pas été plus loin. Il n’a pas non plus précisé à quelle époque de l’Histoire, les juifs français n’ont pas respecté la loi.

Le CRIF, groupe de coordination des juifs de France a indirectement répondu à ces propos sur son compte Twitter.

« La loi du pays est la loi – un adage talmudique qui impose aux juifs depuis l’antiquité, le respect des lois du pays où ils vivent « , a brièvement écrit un porte-parole du CRIF après la diffusion de l’interview.

Interrogé par i24, le porte-parole de Fillon, Jérôme Chartier, a parlé d’une « mécompréhension » des propos du favori de la droite.

« François Fillon est très clair sur le fait qu’il peut exister dans tout mouvement religieux des dérives sectaires. Cela existe, chacun le sait. Mais en même temps il a toujours salué l’intégration des juifs de France, qui ne date pas d’hier puisque le Consistoire date de Napoléon », a fait remarquer Chartier.

« Les juifs de France sont Français, comme les chrétiens de France sont Français, comme les musulmans de France sont Français… Sauf ceux qui participent à l’intégrisme islamique, au totalitarisme islamique et qu’il faut combattre », a-t-il conclu.

Le Grand Rabbin de France, Haïm Korsia, s’est entretenu par téléphone avec François Fillon, au sujet des propos qu’il a tenus ce matin sur Europe 1, au micro de Jean-Pierre Elkabbach, a indiqué à l’AFP la conseillère en communication du chef religieux, Yaël Hirschhorn.

Il a réaffirmé l’attachement des Français de confession juive à la France et à ses valeurs et leur souci d’intégration à la société française.

Haïm Korsia a également souligné que le communautarisme juif qui a pu exister jadis, n’était en rien le fait ni le choix des citoyens de confession juive, mais la conséquence de la non-acceptation par la société française d’alors de leurs semblables.

Le Grand Rabbin de France a par ailleurs rappelé le rôle du Grand Sanhédrin mis en place par Napoléon en 1806, qui n’est autre que la proclamation de la garantie de pouvoir vivre le judaïsme dans le respect des lois de la République.