La plupart des citoyens turcs ont une vision défavorable d’Israël selon un sondage publié par le Centre de recherches Pew.

L’étude, publiée vendredi, révèle que 86 % de la population turque interrogée a une opinion défavorable de l’Etat juif.

Seuls 2 % ont affirmé avoir une opinion positive sur Israël. Les résultats restent fidèles aux résultats du sondage effectué en 2013. Cependant, 80 % des Turcs ont révélé qu’ils avaient une piètre opinion du Hamas, l’organisation qui dirige la bande de Gaza.

Les liens entre Israël et la Turquie sont devenus de plus en plus problématiques au cours de ces cinq dernières années, les deux parties se disputant sur la manière dont Jérusalem traite les Palestiniens et sur le soutien d’Ankara au Hamas dans la bande de Gaza.

Les deux Etats n’entretenaient quasiment plus de relation depuis que neuf Turcs ont été tués lors d’une opération commando d’Israël sur un navire qui tentait de contourner le blocus maritime imposé par Israël sur Gaza en 2010.

Les tentatives de détendre les liens sont restées lettre morte pendant la guerre qu’Israël a menée contre les membres armés palestiniens dirigés par le Hamas à Gaza un peu plus tôt cette année.

Même si Israël et le pays qui évoque le plus un sentiment négatif, il n’est pas le seul pays dont les Turcs ont une piètre opinion.

L’étude démontre que beaucoup de personnes ont une mauvaise opinion des Etats-Unis (73 %), de l’Union Européenne (66 %), de l’OTAN (70 %), du Brésil (65 %), de la Chine (68 %), de la Russie (73 %), de l’Iran (75 %) et de l’Arabie saoudite (53 %).

Ironiquement, malgré les sentiments négatifs évoqués par l’UE, 53 % souhaitent quand même adhérer à l’union politico-économique.

Les organisations extrémistes ne sont pas épargnées par la colère des Turcs, 85 % ont une piètre opinion d’Al-Qaeda et du Hezbollah. Une majorité des Turcs musulmans (58 %) considère que les attentats-suicides et les autres tactiques pour cibler les populations civiles sont inacceptables.

Le Centre Pew n’a pas encore de données sur le sentiment des Turcs au sujet de l’organisation djihadiste de l’Etat islamique, qui a réussi à conquérir de larges pans de la Syrie et de l’Irak et qui combat les Kurdes syriens dans la ville kurde de Kobané, à la frontière turque.

Pew indique qu’ils doivent encore sonder les citoyens turcs au sujet de leur vision sur leur propre pays après les vagues de manifestations qui ont éclaté l’année dernière et qui ont été violemment réprimées par la police turque. Toutefois, le sondage effectué au printemps 2012 indiquait que 78 % des Turcs ont une vision favorable de la Turquie.

De manière générale, la satisfaction globale des citoyens ne cesse d’augmenter depuis 2002.