11 startups, créées par des Israéliens à New York, relèvent le défi du COVID-19
Rechercher

11 startups, créées par des Israéliens à New York, relèvent le défi du COVID-19

L'Israel Business Alliance, une initiative visant à créer des opportunités économiques entre l'État de New York et Israël, a dressé une liste de "Perturbateurs Covid"

Vue sur la Statue de la Liberté à New York (Crédit : Wikimedia commons)
Vue sur la Statue de la Liberté à New York (Crédit : Wikimedia commons)

La New York-Israel Business Alliance, une initiative visant à créer des opportunités économiques entre l’État de New York et Israël, a dressé une liste de ce qu’elle appelle les « Covid Disrupters » – 11 entreprises fondées par des Israéliens à New York qui ont des solutions potentielles pour « changer la donne » face aux « grands défis » posés par la pandémie de coronavirus.

« En quelques mois, nous avons considérablement modifié nos comportements afin de faire face à l’impact que la COVID-19 a sur nos vies », commente le président de la NYIBA, Aaron Kaplowitz, dans un communiqué. « Ce changement rapide a précipité une transformation technologique et créé des opportunités imprévues pour ces entreprises afin de résoudre certains des défis les plus épineux imposés par la pandémie et au-delà ».

L’équipe de la NYIBA a examiné les rapports et les dossiers publiquement disponibles des 506 entreprises fondées par Israël dans l’État de New York, a analysé les tendances émergentes et a mené des dizaines d’entretiens avec des dirigeants d’entreprises, des représentants du gouvernement, des investisseurs et des analystes du secteur.

La liste qu’elle a dressée comprend non seulement des start-ups ayant un impact direct sur les soins de santé, mais aussi toute une série d’entreprises qui contribuent à lutter contre les retombées du coronavirus grâce à leurs propres technologies uniques : proposer des solutions d’intelligence artificielle et de télémédecine, des technologies pour rendre le commerce en ligne plus sûr, améliorer la logistique et mettre en relation les employeurs et les travailleurs indépendants pour le travail à distance.

Des palmiers dattiers dans la Vallée du Jourdain pollinisés par Blue and White Robotics and Dropcopter (Autorisation)

Blue White Robotics

Blue White Robotics a développé une plateforme logicielle qui permet aux utilisateurs de gérer un réseau de flottes de véhicules et de robots autonomes à partir d’un centre de commande unique.

Grâce à la technologie de BWR, les agriculteurs, par exemple, peuvent déployer des tracteurs sans conducteur pour pulvériser leurs champs tout en communiquant simultanément avec des drones aériens qui pollinisent les cultures.

Bien que la plateforme ait des applications multisectorielles, le PDG Ben Alfi, qui dirigeait auparavant l’unité des systèmes aériens sans pilote et des dispositifs spéciaux de l’armée de l’air israélienne, s’est concentré sur l’agriculture.

Le coronavirus présentant des problèmes le long de la chaîne d’approvisionnement alimentaire, sa décision Alfi de se concentrer sur l’agriculture a renforcé la technologie de BWR comme une option viable pour répondre aux pénuries de main-d’œuvre et aux préoccupations de sécurité. Au début de l’année, la start-up, qui a installé son siège américain dans le centre de New York, a établi une collaboration avec la société Dropcopter, basée à Syracuse, pour polliniser les champs de dattes israéliennes dans la vallée du Jourdain et les vergers de pommes de New York.

Le coronavirus a également accéléré l’expansion de BWR dans d’autres domaines. Le gouvernement israélien a profité de ce démarrage pour travailler sur des projets pilotes avec le centre médical Sheba à Ramat Gan pour transporter les patients Covid-19 à travers le campus dans des navettes autonomes ; et avec le centre médical gériatrique de Netanya pour assurer la livraison aérienne de fournitures médicales, selon le communiqué.

Carbyne

Carbyne propose une gamme de solutions pour doter les services de police d’outils permettant de protéger les communautés et d’apporter une plus grande efficacité opérationnelle aux interventions d’urgence.

En fusionnant les services de localisation, le chat vidéo en direct, la cartographie des incidents et d’autres technologies de communication en un seul tableau de bord, Carbyne fournit davantage d’informations en temps réel aux policiers qui se retrouvent dans des situations potentiellement chaotiques et stressantes.

Carbyne, qui a déplacé son siège social de Tel-Aviv à Manhattan en septembre 2019, a signé plusieurs contrats de comté et de ville, notamment dans le Colorado, l’Ohio, la Caroline du Nord, le Minnesota et l’Alabama. En mars, dans le cadre de ses efforts pour protéger les premiers intervenants d’une exposition à la COVID-19, la ville de la Nouvelle-Orléans a intégré Carbyne dans son centre de communication d’urgence.

Fabric, anciennement Common Sense Robotics, installe des Micro-Fulfillment Centers (MFCs), à savoir des entrepôts gérés par des humains et des robots pour traiter des commandes faites auprès de supermarchés. (Autorisation)

Fabric

Fabric, anciennement appelé Common Sense Robotics, vise à utiliser la robotique et la localisation des entrepôts pour transformer le commerce électronique. Situés dans les zones urbaines, ses « centres de micro-gestion » sont desservis par des robots qui vont chercher des articles sur les étagères et les transfèrent à une flotte de robots au sol, qui à leur tour transportent des paniers remplis de produits vers les zones de traitement et de chargement.

Fabric espère que la rapidité et l’efficacité de l’automatisation, combinées à la proximité des centres de traitement des commandes, permettront à l’entreprise de remplacer le modèle de livraison du commerce électronique le jour même par une livraison plus rapide en deux heures.

En septembre 2019, la société a abandonné son ancien nom et a déménagé son siège social de Tel Aviv à New York. Un mois plus tard, elle a clôturé un cycle de financement de série B de 110 millions de dollars.

Début 2020, Fabric a entamé la construction de son premier centre de micro-réalisation américain à Brooklyn, qui sera suivi par un centre à Long Island City. En juillet, Fabric a annoncé un partenariat avec FreshDirect qui introduira la livraison en deux heures dans la région métropolitaine de Washington, DC, et élargira la coopération avec le principal établissement de FreshDirect dans le Bronx.

La Covid-19 a incité de nombreux épiciers à améliorer leur expérience d’achat en ligne et leurs services de livraison, ce qui a renforcé la valeur des solutions de Fabric, selon le communiqué. Fabric estime que la capacité à remplir des milliers de commandes avec seulement une poignée de personnes gérant les sites de traitement des entrepôts donne une assurance de sécurité critique pendant la pandémie.

Un exemple de profil sur Fiverr (Autorisation)

Fiverr

En janvier, selon le Bureau américain des statistiques du travail, le taux de chômage du pays était de 3,5 %. En juin, ce taux a atteint 11,1 %. Selon une estimation des Nations unies, le nombre d’heures de travail perdues au cours du deuxième trimestre 2020 équivaut à 400 millions de pertes d’emplois à temps plein.

Ces chiffres ont poussé de plus en plus de travailleurs vers ce qu’on appelle « l’économie du gig », où ils se mettent en relation avec des entreprises soucieuses des coûts et recherchant des services de freelance. Cela a donné un coup de fouet à Fiverr, une entreprise qui a mis en place une plateforme de marché pour les travailleurs freelance. Fiverr a été introduite à la bourse de New York en juin 2019, et depuis mars, lorsque le coronavirus a commencé à fermer des bureaux, les actions ont grimpé en flèche, portant la valeur marchande de l’entreprise à plus de 4 milliards de dollars.

Hyro

Une start-up issue du programme de MBA Johnson Cornell Tech sur l’île de Roosevelt, Hyro a développé un assistant virtuel alimenté par l’IA pour les conversations avec les sites web et autres plateformes. Après avoir obtenu Weill Cornell Medicine comme son premier client institutionnel, Hyro a pu créer une solution de soins de santé qui a joué un rôle « essentiel » lorsque les préoccupations liées à la Covid-19 ont commencé à submerger les centres d’appels des hôpitaux, selon le communiqué.

Hyro a déployé un assistant virtuel Covid-19 qu’elle a fourni gratuitement aux institutions médicales, connectant les citoyens concernés avec un bot de FAQ basé sur l’IA pour déterminer s’ils ont besoin d’une attention médicale supplémentaire. La solution d’Hyro a à la fois fourni un « soulagement bien nécessaire » au système et a recueilli les tendances des données médicales sur la base des mots-clés et des requêtes soumises par le biais de son logiciel. Son utilisation pendant la pandémie a accéléré l’expansion de Hyro dans les institutions médicales à travers le pays, selon la déclaration.

Meet in Place

Le coronavirus a envahi le marché de l’immobilier commercial et les entreprises s’efforcent de trouver un moyen sûr et rentable de réintégrer leurs employés dans des immeubles de bureaux. Elles réévaluent également leurs besoins à long terme en matière d’espace de bureau.

Des entreprises technologiques telles que Facebook et Twitter ont déjà déclaré qu’elles étendaient les plans de travail à domicile. Cela a également engendré un besoin de lieux où les gens peuvent se réunir en personne en dehors des locaux du bureau, avec un accès à des salles de réunion et à des espaces d’événements à la demande qui offrent une alternative flexible à un bureau à plein temps.

Fondé en 2016 à Tel-Aviv, Meet in Place propose aujourd’hui 36 salles de réunion haut de gamme dans le quartier financier, le centre-ville et SoHo, qui peuvent être louées selon les besoins. Alors que de plus en plus d’entreprises envisagent de réduire leurs besoins en espace de bureau physique, l’offre de salles de réunion louables de Meet in Place pourrait être le modèle de bureau partagé de l’avenir, estime l’entreprise.

Une illustration du logiciel monday.com. (Capture écran/YouTube)

Monday.com

Le logiciel de Monday.com, basé sur le cloud, vise à aider les travailleurs à travailler à distance. Avec la COVID-19, qui permet de disperser les employés à leur domicile respectif, Monday.com a vu son activité augmenter, les équipes de travail s’efforçant de maintenir la productivité, d’assurer la responsabilisation et d’éviter les pannes de communication. L’entreprise compte plus de 100 000 clients payants dans le monde entier et, selon Bloomberg, a vu sa valeur passer de 1,9 à 2,7 milliards de dollars pendant la pandémie.

Obligo

La dévastation économique causée par la pandémie a obligé le gouvernement fédéral américain à trouver des moyens de remettre de l’argent dans les poches des Américains. Avec environ 50 milliards de dollars de dépôts de garantie pour les loyers qui tournent au ralenti sur des comptes bloqués aux États-Unis, Obligo apporte une alternative aux dépôts de garantie basée sur le crédit et oblige les locataires à payer les dommages uniquement lorsqu’ils surviennent, ce qui permet de garder plus d’argent en circulation dans l’économie, selon le communiqué.

Riskified

Riskified aide les détaillants en ligne à authentifier les acheteurs et à éliminer la fraude dans le commerce électronique. La société estime que jusqu’à 30 % de toutes les transactions en ligne sont soit frauduleuses, soit refusées à tort par les systèmes bancaires.

Le logiciel basé sur l’intelligence artificielle développé par la société détecte les fraudes et identifie les acheteurs légitimes, ce qui permet aux entreprises d’éviter des milliards de dollars de pertes de ventes et de fraudes en ligne. Riskified s’engage à garantir une rétrofacturation à 100 % si une transaction frauduleuse se glisse dans sa technologie, utilisée par des clients tels que Macy’s, Gucci et Samsung. Comme la Covid-19 entraîne une augmentation des achats en ligne, il est d’autant plus nécessaire de s’assurer que les transactions sont sûres, indique le communiqué.

Tyto Care, a développé un appareil pour mener des examens médicaux à distance et à la demande. Tenu dans la main, l’appareil d’examen dispose d’embouts qui permettent d’ausculter le cœur, les poumons, la peau, les oreilles, la gorge et l’abdomen, mais aussi mesure la température corporelle. (Capture d’écran : YouTube)

TytoCare

TytoCare combine le matériel et les logiciels pour permettre des visites simples de télésanté dans des foyers du monde entier. Le TytoHome est un appareil de la taille d’une paume de main qui contient un écran LED, un thermomètre numérique et un appareil photo. Le kit se connecte à une série d’accessoires et d’instruments médicaux, qui permettent aux médecins de procéder à des examens médicaux à distance, notamment pour vérifier la température, les oreilles, les poumons, le cœur, la gorge, la peau et l’abdomen d’un patient. Les hôpitaux israéliens utilisent TytoHome pour surveiller à distance la fonction pulmonaire et la fièvre des patients atteints de coronavirus à domicile, et même pour déterminer s’il est sûr de les libérer de la quarantaine. Au-delà du coronavirus, Tyto offre la possibilité de réduire les visites en personne dans les cabinets médicaux et de permettre aux patients d’avoir accès à des médecins partout dans le monde.

VAST Data

VAST Data apporte la technologie de l’IA au stockage des données. Cette technologie réduit les besoins en énergie, en espace et en refroidissement des centres de données, ce qui permet de réduire les coûts et d’optimiser l’efficacité. Le résultat est une technologie de stockage qui ouvre la voie à des analyses approfondies sur de grandes quantités de données, en temps réel.

Les scientifiques des National Institutes of Health, de l’Université de Harvard et de Ginkgo Bioworks utilisent la technologie de VAST Data pour analyser rapidement des ensembles de données massifs afin de rechercher des traitements possibles pour la Covid-19, indique le communiqué.

La technologie de VAST Data garantit que les exigences de stockage des données n’entraveront pas les laboratoires travaillant sur le séquençage du génome et l’expérimentation, qui nécessitent de puissantes capacités de calcul. En avril, alors que la recherche sur la Covid-19 aux États-Unis a connu une forte croissance, la société a clôturé un cycle de financement de 100 millions de dollars qui a fait passer sa valeur à 1,2 milliard de dollars.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...