13 personnes inculpées, dont Hanin Zoabi, dans le scandale de fraude de Balad
Rechercher

13 personnes inculpées, dont Hanin Zoabi, dans le scandale de fraude de Balad

Les accusés devraient avouer les charges dans le cadre d'une négociation de plaidoyer, recevoir des peines avec sursis, des amendes et des travaux d'intérêt général

Dossier : Hanin Zoabi, du parti  de la Liste arabe unie, à la Knesset le 22décembre 2015. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90) 
Dossier : Hanin Zoabi, du parti de la Liste arabe unie, à la Knesset le 22décembre 2015. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90) 

Des actes d’accusation ont été déposés mercredi contre l’ancienne membre de la Knesset Hanin Zoabi et 12 autres personnes liées au parti arabe Balad pour des délits de faux et de fraude, dans le cadre du scandale des irrégularités financières du parti.

Les procureurs de l’État ont déclaré que les actes d’accusation faisaient partie d’un accord de plaidoyer selon lequel les suspects avoueront leurs crimes et recevront des peines allant du travail d’intérêt général à des peines de prison avec sursis et des amendes de plusieurs dizaines de milliers de shekels.

Les allégations portent sur des irrégularités financières au sein du parti, une faction nationaliste palestinienne radicale qui fait partie de l’alliance de la Liste arabe unie.

Zoabi est accusée d’avoir falsifié des documents qui ont été soumis au contrôleur d’État entre 2013 et 2016. Elle est soupçonnée d’avoir systématiquement trompé le médiateur en donnant une fausse image de la provenance de millions de shekels que le parti avait reçus.

En plus de Zoabi, 35 autres personnes ont été interrogées dans le cadre de cette affaire.

En avril, le procureur général Avichai Mandelblit avait annoncé son désir d’inculper Zoabi.

« Après avoir examiné la substance des revendications lors de l’audience et l’avis juridique qui m’a été présenté, je suis parvenu à la conclusion générale qu’il existe une base probante et un intérêt public à poursuivre Mme Zoabi », a déclaré M. Mandelblit dans un communiqué.

Le procureur général Avichai Mandelblit s’exprime lors de la17e conférence annuelle de Jérusalem du groupe ‘Besheva’, le 24 février 2020. (Crédit : Olivier Fitoussi/ Flash90)

Il a déclaré qu’il y avait une « chance raisonnable » de condamner Zoabi et qu’il n’était pas convaincu par les arguments de ses avocats pour abandonner les charges lors d’une audience de pré-inculpation.

Mandelblit a annoncé qu’il n’inculperait pas d’autres hauts responsables de Balad, même si, a-t-il affirmé, les preuves indiquent qu’ils sont coupables et qu’il existe des motifs juridiques pour déposer des accusations criminelles contre un parti politique.

« Le préjudice éventuel de la mise en accusation d’un parti devrait non seulement nuire à ses dirigeants actuels ou à ses fondateurs ou propriétaires, mais aussi à un cercle plus large de citoyens qui ont un attachement au parti et s’identifient à ses objectifs et à ses positions publiques », a-t-il expliqué.

Les anciens députés du parti Balad Hanin Zoabi, à droite, et Jamal Zahalka, au centre, lors de l’audience du camarade de faction député Basel Ghattas au tribunal de première instance de Rehovot, le 5 janvier 2017. (Crédit : AviDishi/Flash90/File)

En janvier 2018, la police a recommandé des accusations criminelles contre les députés Zoabi, Jamal Zahalka et Juma Azbarga concernant les dons que Balad a reçus pendant les élections de 2013, ainsi que les dépenses du parti pendant les élections de 2015. À l’époque, les législateurs soupçonnés ont tous été interrogés, tout comme l’ancien député de Balad Basel Ghattas, qui purgeait deux ans de prison pour avoir fait passer des téléphones portables à des terroristes palestiniens emprisonnés.

Zoabi était une figure très impopulaire parmi les Israéliens juifs après avoir appelé à maintes reprises à la dissolution de l’État d’Israël, qualifié à maintes reprises les soldats israéliens d’ « assassins » et embarqué sur la flottille turque Mavi Marmara en 2010 pour tenter de briser le blocus israélien sur la bande de Gaza, contrôlée par le groupe terroriste palestinien du Hamas.

Elle a annoncé son départ de la vie politique en janvier 2019, sous les cris de joie des législateurs juifs, plusieurs jours après que son camarade de parti Zahalka a déclaré qu’il ne se représenterait pas.

Balad, qui plaide pour un État binational pour les Palestiniens et les Israéliens, a été marqué par la controverse. Le fondateur du parti, Azmi Bishara, a fui Israël en 2007 après avoir été accusé de transmettre des secrets au groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...