25 ans après le meurtre de Rabin, Netanyahu dit être un Premier ministre menacé
Rechercher

25 ans après le meurtre de Rabin, Netanyahu dit être un Premier ministre menacé

L'incitation à la violence politique est le thème principal des hommages des dirigeants à l'ancien Premier ministre; Netanyahu défend sa position précédant l'assassinat de 1995

Les membres de la Knesset observent une minute de silence lors d'une session plénière pour marquer les 25 ans de l'assassinat du Premier ministre Yitzhak Rabin, le 29 octobre 2020. (Shmulik Grossman/Knesset)
Les membres de la Knesset observent une minute de silence lors d'une session plénière pour marquer les 25 ans de l'assassinat du Premier ministre Yitzhak Rabin, le 29 octobre 2020. (Shmulik Grossman/Knesset)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré que les menaces à sa vie et à sa famille étaient ignorées, lors d’une session spéciale de la Knesset pour marquer les 25 ans de l’assassinat de Yitzhak Rabin jeudi.

« Vingt-cinq ans après le meurtre de Rabin, il y a des incitations à assassiner le Premier ministre et sa famille, et presque personne ne dit rien », a déclaré Netanyahu, sous les railleries de certains députés qui l’écoutaient.

Le Premier ministre, qui est soumis à une pression constante de la part des manifestants à propos des multiples poursuites pénales engagées contre lui, n’a pas précisé quelles étaient les menaces dont il faisait l’objet. La police a enquêté sur un certain nombre de menaces proférées contre Netanyahu et sa famille sur les médias sociaux, mais on ignore si les responsables de l’application des lois ont considéré l’une d’entre elles comme crédible.

Les remarques de Netanyahu ont été faites alors qu’Israël marquait le 25e anniversaire de l’assassinat du Premier ministre Rabin, le 4 novembre 1995, par le tireur de droite Yigal Amir. Le leader du Likud lui-même avait été tenu pour responsable d’avoir créé une atmosphère de haine qui avait conduit Amir à appuyer sur la gâchette, laissant une tache indélébile sur la nation.

« Nous ne devons accepter aucune incitation de quelque côté que ce soit, à l’égard de quelque communauté que ce soit. Ni envers les Juifs, ni envers les Arabes, ni envers les dirigeants », a déclaré Netanyahu jeudi, la veille de l’anniversaire en date hébraïque de la mort de Rabin.

« Au cours de la longue histoire de notre peuple, nous avons assisté à des catastrophes nationales lorsque des fanatiques débridés ont exercé leur propre justice », a déclaré M. Netanyahu. « Si nous permettons aux personnes marginalisées de faire de même aujourd’hui, nous nous retrouverons une fois de plus au bord du précipice ».

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’exprime lors de la session de la Knesset pour marquer les 25 ans de l’assassinat d’Yitzhak Rabin, le 29 octobre 2020. (Shmulik Grossman/Knesset)

Le Premier ministre a également déclaré que la violence politique devait être condamnée de toutes parts, notant en particulier le danger d’une incitation incontrôlée sur les médias sociaux.

« Nous devons tous condamner les effets destructeurs de l’incitation et condamner fermement les manifestations réelles de violence politique, quel que soit le camp. Un coup de feu sur une place de la ville ne saurait se substituer à une urne électorale », a déclaré M. Netanyahu.

« La démocratie dépend du fait que les médias ne soient pas soumis à une seule et même voix », a déclaré le Premier ministre. « C’est la grandeur des réseaux sociaux. Ils apportent une contribution importante à la démocratie, mais même là, il ne doit y avoir aucune incitation au meurtre et à la violence d’aucun côté. Le fait de faire taire les opposants politiques est également un danger pour une société libre ».

Le Premier ministre Yitzhak Rabin s’adresse à une foule de plus de 100 000 Israéliens à Tel Aviv, le 4 novembre 1995, avant d’être assassiné quelques instants après. (Crédit : AP PHOTO/Nati Harnik)

Amir a abattu Rabin à la fin d’un événement à Tel Aviv visant à souligner l’opposition à la violence et à montrer le soutien de la population à ses efforts pour faire la paix avec les Palestiniens.

Netanyahu a longtemps été accusé d’avoir joué un rôle dans l’incitation à la haine contre Rabin avant sa mort. Le Premier ministre a régulièrement réfuté ces allégations et les a qualifiées de forme d’ “assassinat politique”.

Dans les semaines qui ont précédé l’assassinat, Netanyahu, alors chef de l’opposition, et d’autres membres importants du Likud ont participé à un rassemblement politique de droite à Jérusalem où les manifestants ont qualifié Rabin de « traître », « assassin » et « nazi » pour avoir signé un accord de paix avec les Palestiniens au début de l’année.

Cependant, jeudi, Netanyahu s’est défendu, disant qu’il était de son devoir d’exprimer son opposition aux accords d’Oslo.

« J’ai fait valoir mon droit d’exprimer une position différente. Ce n’était pas seulement mon droit, mais aussi mon devoir », a déclaré M. Netanyahu. Je me suis opposé avec véhémence aux cris de « traître » dirigés contre lui, mais je pensais qu’il avait tort et qu’il s’était trompé dans la direction qu’il avait prise. C’était une erreur de faire la paix avec l’ennemi ».

Après le discours, la députée de Meretz Tamar Zandberg, qui a chahuté Netanyahu et a été expulsée du plénum, a exprimé son indignation face au discours du Premier ministre.

« Cela fait mal quand on est assis en larmes dans le plénum pour parler d’Yitzhak Rabin, de la façon dont il a été assassiné, et d’entendre que pour Netanyahu, c’est en fait lui la victime », a tweeté Zandberg.

Le chef de l’opposition Yair Lapid a déclaré que depuis l’assassinat de Rabin, l’incitation est revenue « des mêmes personnes ».

« Le véritable héritage de Rabin n’est ni la paix ni la guerre. C’est la confiance. Rabin était un dirigeant dont le leadership était basé sur la confiance. Les gens le croyaient, et donc croyaient en lui », a déclaré M. Lapid.

« L’État d’Israël vit l’un des moments les plus difficiles de son histoire. Il ne s’agit pas seulement de la pandémie. C’est ce qui se passe en nous. L’incitation est de retour. La même incitation, par le même peuple. La division, la brèche, le tribalisme, tout est là. La vérité et le mensonge sont mis sur un pied d’égalité. La violence est légitime. La haine est un outil politique. C’est un échec des dirigeants », a déclaré M. Lapid.

Le président de la Knesset, Yariv Levin, a averti que l’incitation et la haine s’étaient peut-être même aggravées dans les années qui ont suivi le meurtre.

« La haine fraternelle, l’incitation sauvage, ainsi que la violence, n’ont pas disparu de notre monde. C’est peut-être le contraire qui est vrai », a déclaré M. Levin. « Nous assistons ces jours-ci à une polarisation, à un débat houleux et à une atmosphère qui n’a pas sa place, même en cas de profonds désaccords ».

Le président Reuven Rivlin lors d’une cérémonie commémorative à Jérusalem pour marquer les 25 ans de l’assassinat d’Yitzhak Rabin, le 29 octobre 2020. (Mark Neyman/GPO)

Plus tôt dans la journée, le président Reuven Rivlin a allumé une bougie commémorative lors d’une cérémonie à sa résidence, et a exprimé sa tristesse face aux divisions au sein de la société israélienne qui ont continué dans les années qui ont suivi l’assassinat.

Le président Reuven Rivlin lors d’une cérémonie commémorative à Jérusalem pour marquer les 25 ans de l’assassinat d’Yitzhak Rabin, le 29 octobre 2020. (Mark Neyman/GPO)

« Je me trouve aujourd’hui à m’interroger sur l’âme de ce pays qu’Yitzhak a tant aimé. Cette année, plus que jamais, nous sommes réunis ici aujourd’hui et je crains que les flammes qui nous habitent ne soient un danger pour notre pays », a déclaré M. Rivlin.

« Vingt-cinq ans plus tard, le pays est divisé comme la mer Rouge entre deux camps et la haine bouillonne sous nos pieds. Il est inacceptable que des écriteaux appelant à la mort de citoyens soient déployés. Il est inacceptable que des journalistes vivent sous la menace. Il est inacceptable que des citoyens frappent d’autres citoyens. Il est inacceptable que la police subisse de graves agressions verbales », a déclaré M. Rivlin.

« Et il ne peut être question que quelqu’un considère que l’assassinat d’un Premier ministre, d’un ministre, d’un président, d’un membre de la Knesset, soit même une possibilité. Il ne peut être question de permettre ou d’autoriser le prochain assassinat politique, même la plus petite possibilité, par ce que nous disons ou ce que nous omettons de dire, en regardant ou en ne regardant pas, par des actions ou par l’inaction », a déclaré M. Rivlin.

Rabin était un chef militaire israélien légendaire, commandant une unité dans la force de combat pré-étatique Palmach, puis gravissant les échelons en tant que soldat de carrière pour devenir chef d’état-major de l’armée israélienne au moment de la victoire d’Israël lors de la guerre des Six Jours.

Bill Clinton regarde Yitzhak Rabin et Yasser Arafat se serrer la main lors de la signature historique des accords d’Oslo, le 13 septembre 1993. Tout à droite, l’actuel dirigeant palestinien Mahmoud Abbas. (Crédit : GPO)

Il s’est ensuite lancé dans une carrière politique qui l’a vu exercer deux mandats de Premier ministre.

Après avoir été élu Premier ministre pour la deuxième fois en 1992, il a tenté de faire la paix avec les Palestiniens, essayant en vain de conclure un accord permanent avec le leader de l’OLP Yasser Arafat.

En 1994, il a reçu le prix Nobel de la paix avec Shimon Peres, alors ministre des Affaires étrangères, et Arafat pour son rôle dans la signature des accords de paix d’Oslo.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...