Rechercher

4 hommages au ballet « Le Lac des cygnes » sur la scène de l’Opéra israélien

La compagnie Gauthier Dance, basée à Stuttgart, interprète quatre œuvres distinctes, dont l'une de l'Israélien Hofesh Shechter, toutes inspirées du classique de Tchaïkovski

Jessica Steinberg est responsable notre rubrique « Culture & Art de vivre »

"Les Lacs des cygnes" présenté par Gauthier Dance à l'Opéra de Tel Aviv du 20 au 22 octobre 2022. (Crédit : Gauthier Dance)
"Les Lacs des cygnes" présenté par Gauthier Dance à l'Opéra de Tel Aviv du 20 au 22 octobre 2022. (Crédit : Gauthier Dance)

Le chorégraphe Eric Gauthier présente l’emblématique « Swan Lakes » (« Lacs des cygnes ») à l’Opéra israélien de Tel Aviv cette semaine, du 20 au 22 octobre, avec un spectacle d’œuvres de quatre chorégraphes, toutes inspirées du célèbre ballet « Le Lac des cygnes ».

La compagnie Gauthier Dance, basée à Stuttgart, en Allemagne, est connue pour son répertoire d’œuvres originales, souvent humoristiques, qui comprennent des chorégraphies de Gauthier, originaire de Montréal, ainsi que des pièces de différents collègues, dont le chorégraphe israélien Hofesh Shechter, dont l’œuvre fait partie de « Lacs des cygnes ».

« Swan Lakes » est un hommage au ballet classique qui, à l’origine, était réglé sur la célèbre partition de Tchaïkovski. Gauthier aime à dire qu’il a cherché un chorégraphe pour offrir une nouvelle version du ballet original « Le Lac des cygnes », mais qu’il lui a été trop difficile d’en choisir un seul et qu’il a donc fini par en combiner quatre.

Cette production est un précurseur d’un autre projet de Gauthier, « The Dying Swans« , inspiré du légendaire solo de Mikhail Fokin, « The Dying Swan », et créé au moment du pic de la pandémie, pour donner de l’espoir et du travail aux artistes. Il a été mis en ligne en avril 2021.

Si « Swan Lakes » s’inspire du ballet classique, il propose un programme résolument contemporain et une sorte de mashup de la partition de Tchaïkovski.

La pièce « Untitled for 7 Dancers » de Cayetano Sato comporte une partition électro du violoncelliste Peter Gregson et la pièce de Shechter, des airs orientaux et folkloriques.

Marco Goecke, artiste en résidence de Gauthier Dance, a créé « Shara Nur » pour « Swan Lakes », avec une ambiance sombre et sinistre caractéristique et une musique de la chanteuse islandaise, Björk.

« Les quatre chorégraphies sont pleines de surprises », a écrit Gauthier dans une interview transmise par courriel. « Les quatre pièces sont totalement indépendantes – comme en atteste le titre ‘Swan Lakes’, qui est au pluriel. Mais une fois que vous aurez vu tout le spectacle, vous serez certainement d’accord. Au bout du compte, elles forment un seul ‘Lac des cygnes’. »

Ohad Naharin, au centre, enseigne un cours de Gaga, le concept de mouvement du corps qu’il a créé.
(Autorisation : Ascaf)

Il s’agit de la troisième tournée de la compagnie Gauthier Dance en Israël, et Gauthier affirme que sa troupe est toujours bien accueillie par le public israélien, peut-être parce qu’il collabore régulièrement avec des chorégraphes israéliens, tels que Ohad Naharin de Batsheva, Sharon Eyal, Itzik Galili et Nadav Zelner.

« D’une certaine manière, j’ai l’impression que se produire en Israël, c’est presque comme ramener nos chorégraphies à la maison », écrit Gauthier, « là où elles appartiennent ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...