4 idées israéliennes qui pourraient aider à lutter contre la Covid-19
Rechercher

4 idées israéliennes qui pourraient aider à lutter contre la Covid-19

D'un spray de désinfection des espaces fermés à un système permettant de multiplier par dix les tests de dépistage, voici quelques idées en cours de développement

Le Dr Izaak Cohen, chercheur à l'université Bar-Ilan, traverse le tunnel d'assainissement et de désinfection développé par RD Pack, stade Bloomfield, Tel Aviv, 2 juin 2020 (Crédit : Yoni Reif)
Le Dr Izaak Cohen, chercheur à l'université Bar-Ilan, traverse le tunnel d'assainissement et de désinfection développé par RD Pack, stade Bloomfield, Tel Aviv, 2 juin 2020 (Crédit : Yoni Reif)

Alors que la crise du coronavirus semble vouloir durer, aucun vaccin n’étant attendu dans les mois à venir, une multitude d’entreprises et de chercheurs israéliens mettent au point des outils technologiques pour nous faciliter la vie en attendant, prévenir les infections et aider les autorités à obtenir plus de données et à investir moins de ressources.

Voici plusieurs exemples présentés vendredi dans un reportage sur la Douzième chaîne, dont beaucoup sont encore en phase de développement et d’essai.

Un nouveau départ

Aura Air est une start-up qui affirme avoir développé un désodorisant capable de tuer le coronavirus avec une efficacité de 99,99 %.

Son PDG, Aviad Schneiderman, affirme que son produit rend les espaces clos sûrs, car des études menées dans le monde entier montrent que la grande majorité des infections se produisent à l’intérieur.

« Notre niveau de désinfection et de purification est l’un des plus élevés, nous savons qu’il permet de débarrasser l’air des germes, virus, bactéries, moisissures, champignons et autres », a-t-il déclaré, ajoutant qu’un essai est mené au centre médical de Sheba et commencera bientôt dans une école.

La lumière au bout du tunnel ?

Un tunnel désinfectant a été développé par la société RD Pack, qui assure que  son produit permet d’éliminer le coronavirus des vêtements et du corps sans endommager les vêtements ou le maquillage.

Eran Avraham, à droite, et Izaak Cohen, chercheurs à l’université Bar-Ilan, à l’entrée du tunnel de désinfection développé par RD Pack à partir de leur technologie, stade Bloomfield, à Tel Aviv, le 2 juin 2020 (Crédit : Yoni Reif)

La société a fondé son invention sur le postulat selon lequel le virus reste sur les surfaces pendant un certain temps et peut se propager à d’autres.

Son désinfectant à base d’eau comprend du sel et passe par un processus électrochimique qui le rend « cent fois plus puissant que l’eau de javel, mais plus sûr que celle-ci ».

Un prototype est actuellement installé à l’entrée du stade Bloomfield de Tel-Aviv.

Dix fois plus de tests ?

Des chercheurs de l’Université Ben-Gurion, en collaboration avec la Direction de la recherche et du développement du ministère de la Défense, ont essayé de trouver des moyens de rendre les tests du coronavirus plus efficaces afin de dépister rapidement un plus grand nombre de personnes.

Ils ont développé un système de mise en commun dans lequel divers échantillons sont mélangés dans une série de tubes à essai. Si certains tubes donnent un résultat positif, le système utilise des algorithmes pour analyser les résultats – en sachant quels échantillons se trouvent dans chaque tube – et détermine quelles personnes sont infectées par le coronavirus.

Les tests massifs et rapides sont considérés comme un outil essentiel pour maîtriser les épidémies et briser rapidement les chaînes d’infection.

Test tubes filled with blood samples (Illustrative photo credit: Rebecca Zeffert/Flash90)
Tubes de sang. Illustration. (Crédit : Rebecca Zeffert/Flash90)

Israël effectue actuellement entre 20 000 et 30 000 tests par jour, et le chercheur Tomer Hertz affirme que l’invention pourrait porter ce nombre à plus de 50 000 et potentiellement 10 fois plus qu’aujourd’hui.

Visite à domicile à distance

Carbyne est une entreprise technologique de sécurité publique qui a développé un système de traitement des appels. Depuis le début de la pandémie, elle a modifié le système pour aider les autorités en Israël et dans le monde entier à surveiller les personnes en quarantaine pour voir si elles s’isolent bel et bien, ce qui leur évite de devoir les contrôler physiquement.

Si l’utilisateur est d’accord, le système peut localiser le téléphone portable de la personne – y compris son altitude dans le cas de bâtiments à plusieurs étages – et se connecter à la caméra de l’appareil pour vérifier facilement que la quarantaine est respectée, indique le PDG de Carbyne, Amir Elichai.

Un médecin présente un vaccin prospectif pour la prévention et la lutte contre les infections par coronavirus. (iStock)

La Direction de la recherche et du développement de la défense, connue sous son acronyme hébreu MAFAT, a développé avec succès ces dernières semaines des dizaines de technologies qui permettraient de réduire considérablement le temps nécessaire à la détection du coronavirus chez les porteurs suspects, a annoncé le ministère de la Défense la semaine dernière.

Diverses entreprises ont mis au point des tests de dépistage qui donnent un résultat en 30 minutes ou même moins, mais dans certains cas, leur précision est mise en doute.

Parmi les efforts d’Israël pour fabriquer un vaccin on enregistre une récente percée réalisée par l’Institut israélien de recherche biologique – alors même que le pays a signé un accord pour acheter un vaccin développé par la société de biotechnologie américaine Moderna.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...