Rechercher

70 écrivains soutiennent le boycott des éditeurs israéliens par Sally Rooney

Des auteurs américains et britanniques signent une lettre comparant la campagne pour les droits des Palestiniens à la lutte contre l'apartheid

Sally Rooney parle sur scène pendant le panel Hulu au Winter TCA 2020 à The Langham Huntington, Pasadena le 17 janvier 2020 à Pasadena, Californie. (Crédit : photo par Erik Voake/Getty Images for Hulu via JTA)
Sally Rooney parle sur scène pendant le panel Hulu au Winter TCA 2020 à The Langham Huntington, Pasadena le 17 janvier 2020 à Pasadena, Californie. (Crédit : photo par Erik Voake/Getty Images for Hulu via JTA)

Soixante-dix écrivains et éditeurs de renom, dont Rachel Kushner, Francisco Goldman et Eileen Myles, ont signé une lettre soutenant la romancière irlandaise Sally Rooney dans son refus de voir son troisième roman traduit en hébreu par un éditeur israélien.

La lettre qualifie le boycott des éditeurs israéliens par Rooney de « réponse exemplaire aux injustices croissantes infligées aux Palestiniens ».

Rooney a publié son dernier roman, Beautiful World, Where Are You, en septembre, mais a refusé une offre de vente des droits de traduction en hébreu à Modan, l’éditeur israélien responsable de la publication de ses deux premiers romans en Israël.

Elle a déclaré qu’elle refusait de continuer à faire affaire avec Modan au nom de son soutien au mouvement « Boycott, désinvestissement et sanctions » (BDS), une initiative palestinienne contre l’État hébreu.

En réponse, les plus grandes librairies israéliennes ont décidé de retirer les premiers romans de Rooney de leurs rayons. Les deux livres, qui étaient populaires en Israël, ne seront plus disponibles dans les 200 points de vente des chaînes de librairies Steimatzky et Tzomet Sefarim, ni sur les sites web des chaînes.

Le 22 novembre, un groupe pro-palestinien appelé Artists for Palestine UK a annoncé qu’il avait organisé une lettre de soutien à Rooney avec une liste de signataires des États-Unis et de Grande-Bretagne.

« Comme elle, nous continuerons à répondre à l’appel palestinien à une solidarité effective, tout comme des millions de personnes ont soutenu la campagne contre l’apartheid en Afrique du Sud », indique la lettre. « Nous continuerons à soutenir la lutte non violente des Palestiniens pour la liberté, la justice et l’égalité. »

En défendant Rooney, la lettre indique que Modan commercialise des textes publiés par le ministère israélien de la Défense et cite un rapport de Human Rights Watch datant d’avril, selon lequel Israël est coupable d’instaurer un régime d' »apartheid ».

Le mouvement BDS affirme qu’il cherche à mettre fin au contrôle exercé par Israël sur les terres capturées lors de la guerre des Six Jours en 1967 et à ce qu’il décrit comme une discrimination à l’égard de la minorité arabe d’Israël. Il réclame également un « droit de retour » pour des millions de réfugiés palestiniens et leurs descendants sur les terres ancestrales qu’ils ont fui ou dont ils ont été expulsés lors de la guerre de 1948, et suite à la création d’Israël.

Les responsables israéliens rejettent avec véhémence les accusations d’apartheid, et Israël et d’autres opposants à la campagne BDS affirment que celle-ci encourage l’antisémitisme et vise à délégitimer, voire à détruire Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...