Abbas dit qu’il négociera avec celui qui remportera les élections israéliennes
Rechercher

Abbas dit qu’il négociera avec celui qui remportera les élections israéliennes

Le dirigeant palestinien s'est exprimé sur le scrutin d'avril devant des hommes d'affaires israéliens ; la coordination sécuritaire se poursuivra quelle que soit l'issue du vote

Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas préside une réunion du comité exécutif de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) au siège de l'Autorité palestinienne à Ramallah, en Cisjordanie, le 15 septembre 2018. (AFP / Abbas Momani)
Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas préside une réunion du comité exécutif de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) au siège de l'Autorité palestinienne à Ramallah, en Cisjordanie, le 15 septembre 2018. (AFP / Abbas Momani)

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a déclaré jeudi qu’il était prêt à négocier un accord de paix avec quiconque accédera au poste de Premier ministre après les élections israéliennes du 9 avril prochain.

Les propos du dirigeant palestinien sont ses premières déclarations publiques sur le vote israélien depuis son annonce à la fin de l’année dernière.

Ils ont été rapportés par les participants à une réunion à Ramallah jeudi entre Abbas, 35 hommes d’affaires israéliens et des membres du Comité pour l’interaction avec la société israélienne de l’Organisation de libération de la Palestine.

« Il nous a dit qu’il était absolument opposé à toute intervention dans les élections israéliennes », a déclaré au Times of Israel Ilan Paz, un général à la retraite de l’armée israélienne qui y participait. « Mais il a dit qu’il souhaitait négocier avec quiconque serait élu Premier ministre », a-t-il ajouté.

Ziad Darwish et Ahmad al-Hindi, membres du Comité de l’OLP pour l’interaction avec la société israélienne qui ont également assisté à la réunion, ont confirmé les commentaires de Paz.

Israël doit procéder à des élections nationales le 9 avril. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu est en tête des sondages, bien que l’ancien chef de Tsahal Benny Gantz se soit révélé être son principal adversaire.

Mardi, Gantz a indiqué à ses sympathisants qu’il souhaitait parvenir à la paix. « Sous ma direction, le gouvernement s’efforcera d’instaurer la paix et ne manquera pas une occasion d’apporter des changements régionaux », a-t-il déclaré.

La dernière fois qu’Abbas et un Premier ministre israélien se sont rencontrés officiellement pour des négociations, c’était en septembre 2010 à Jérusalem, lorsqu’il a rencontré Netanyahu à la fin d’un gel de 10 mois des implantations.

Israël et les Palestiniens ont tenu leurs derniers pourparlers de paix en 2014, mais leurs dirigeants ne se sont pas rencontrés.

Depuis l’annonce des élections par Israël, les dirigeants palestiniens basés à Ramallah ont fait peu de commentaires sur ce sujet.

Vue générale de la salle de réunion de la Knesset lors d’une session le 21 novembre 2018. (Yonatan Sindel/Flash90)

M. Abbas s’est également engagé à poursuivre la coopération en matière de sécurité entre Israël et les Palestiniens, a ajouté M. Darwish.

« Le président Abbas a déclaré que la coopération en matière de sécurité est une ligne rouge », a déclaré M. Darwish, qui est également un cousin du poète palestinien controversé décédé Mahmoud Darwish, lors d’un entretien téléphonique. « Il a dit qu’en dépit de la situation difficile, nous ne l’abandonnerons pas et cela continuera ».

Le président de l’AP soutient depuis longtemps la coopération en matière de sécurité entre Israël et les forces de sécurité de l’AP.

En septembre, Abbas a déclaré aux militants israéliens pour la paix lors d’une réunion à Ramallah que les forces de sécurité israéliennes et de l’AP travaillent ensemble « quotidiennement » et que lui et son peuple « font tout leur possible pour qu’aucun Israélien ne soit blessé », selon l’ONG de gauche La Paix maintenant, qui était présent.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...