Abdallah II parle du processus de paix avec des cadres de l’administration Trump
Rechercher

Abdallah II parle du processus de paix avec des cadres de l’administration Trump

Pendant une visite “privée” à Washington, le roi de Jordanie a rencontré, entre autres, Kushner et Tillerson

Le roi Abdallah II de Jordanie en conférence de presse avec le président américain Donald Trump à la Maison Blanche, le 5 avril 2017. (Crédit : Nicholas Kamm/AFP)
Le roi Abdallah II de Jordanie en conférence de presse avec le président américain Donald Trump à la Maison Blanche, le 5 avril 2017. (Crédit : Nicholas Kamm/AFP)

Le roi Abdallah II de Jordanie a discuté samedi des tentatives pour raviver le processus de paix israélo-palestinien pendant des réunions avec des cadres de l’administration Trump à Washington.

Pendant son voyage dans la capitale américaine, décrit comme une visite privée, Abdallah II a rencontré Jared Kushner, gendre et conseiller du président américain Donald Trump chargé du conflit israélo-palestinien, ainsi que le vice-président Mike Pence, le secrétaire d’Etat Rex Tillerson, le secrétaire à la Défense, James Mattis, et le secrétaire à la Sécurité intérieure, John Kelly, a annoncé Petra, l’agence de presse jordanienne officielle.

Selon Petra, les discussions se sont concentrées sur les « tentatives de réanimer » le processus de paix.

En plus des discussions sur les négociations de paix israélo-palestiniennes, Abdallah II a aussi parlé de la lutte contre le terrorisme au Moyen Orient, et des combats en cours en Irak et en Syrie, selon Petra.

Ce voyage d’Abdallah II à Washington est le troisième depuis l’investiture de Trump en janvier, avec notamment une rencontre à la Maison Blanche en avril.

Le président américain Donald Trump, à droite, et le roi Abdallah II de Jordanie, devant leurs épouses, Melania Trump et la reine Rania, dans le Bureau ovale, le 5 avril 2017. (Crédit : Nicholas Kamm/AFP)
Le président américain Donald Trump, à droite, et le roi Abdallah II de Jordanie, devant leurs épouses, Melania Trump et la reine Rania, dans le Bureau ovale, le 5 avril 2017. (Crédit : Nicholas Kamm/AFP)

Le roi jordanien est apparu comme l’un des soutiens cruciaux de la tentative de Trump pour raviver le processus de paix. Le président américain a parlé de lui comme d’un « défenseur réellement infatigable d’une solution ».

Abdallah, qui avait déjà joué un rôle actif pendant les discussions organisées par la précédente administration, a rendu hommage aux efforts du président américain pour relancer les négociations, affirmant que « l’engagement précoce » de Trump était un « signe très encourageant pour nous tous. »

Malgré l’optimisme et les stimulations américaines, les Etats-Unis n’ont pas réussi à trouver un accord sur un cadre pour encourager les parties à revenir aux négociations pour la première fois depuis trois ans.

Le mois dernier, le département d’Etat a démenti une information non confirmée, selon laquelle Trump était prêt à se retirer des efforts de paix après une réunion tendue entre Kushner et Mahmoud Abbas, le président de l’Autorité palestinienne, à Ramallah, sur la question des paiements versés par l’AP aux terroristes et à leurs familles.

La rencontre entre Trump et Abbas en mai à Bethléem avait elle aussi été tendue, le président américain était furieux contre son hôte en raison des accusations d’incitation à la violence.

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...