Accord de 1,5 MD $ entre l’Egypte et l’Arabie saoudite pour développer le Sinaï
Rechercher

Accord de 1,5 MD $ entre l’Egypte et l’Arabie saoudite pour développer le Sinaï

L'initiative vise à développer cette zone désertique avec la création de zones agricoles et la construction de résidences

Sinai (Crédit : Yossi Zamir/Flash90)
Sinai (Crédit : Yossi Zamir/Flash90)

L’Arabie saoudite et l’Égypte ont signé dimanche un accord de 1,5 milliard de dollars pour investir dans des projets de développement dans la péninsule du Sinaï, a annoncé le gouvernement égyptien alors que les deux alliés ont renforcé leur coopération économique et militaire.

Ryad compte parmi les principaux soutiens du président Abdel Fattah al-Sissi, et depuis que l’ex-chef de l’armée a destitué en 2013 son prédécesseur islamiste Mohamed Morsi, l’Arabie Saoudite a apporté des milliards de dollars en aide pour relancer une économie égyptienne en lambeaux.

La ministre de la Coopération internationale, Sahar Nasr, a signé dimanche « un accord de 1,5 milliard de dollars avec le Fonds saoudien pour le développement, pour financer le développement de la péninsule du Sinaï », a indiqué le ministère dans un communiqué.

L’initiative, qui vise à développer cette zone désertique du nord-est de l’Égypte, prévoit notamment la création de zones agricoles et de « 26 complexes résidentiels comprenant des établissements médicaux et scolaires », selon la même source.

Les deux alliés ont également signé un accord sur une aide pétrolière de cinq ans que Ryad va fournir à l’Égypte, et qui avait été annoncée en décembre.

Le nord du Sinaï est le théâtre d’une insurrection djihadiste. Les attaques, principalement revendiquées par la branche égyptienne du groupe djihadiste État islamique (EI), y visent quasi-quotidiennement les forces de sécurité et ont tué des centaines de policiers et de soldats depuis 2013.

Samedi, 15 policiers ont ainsi été tués dans une nouvelle attaque de l’EI dans le Nord-Sinaï.

Le sud de la péninsule est célèbre pour ses stations balnéaires, très populaires auprès des touristes mais actuellement désertées en raison des violences djihadistes. Le coup de grâce a été porté fin octobre, avec l’attentat de l’EI contre un avion charter russe qui a coûté la vie à ses 224 occupants.

Les effets personnels des victimes du crash de l'avion russe, le 4 novembre 2015 (Crédit : AFP)
Les effets personnels des victimes du crash de l’avion russe, le 4 novembre 2015 (Crédit : AFP)

L’Arabie saoudite avait promis en décembre d’investir 8 milliards de dollars en Egypte pour relancer son économie mise à mal depuis la révolte de 2011 qui chassa Hosni Moubarak du pouvoir.

En mars, l’Arabie saoudite, le Koweït et les Émirats arabes unis avaient annoncé chacun 4 milliards de dollars d’investissements en Egypte.

Le Caire est membre de la coalition militaire arabe qui, sous commandement saoudien, est intervenue au Yémen contre les rebelles chiites Houthis. L’Égypte figure aussi parmi les membres d’une coalition d’une trentaine de pays à majorité musulmane montée par l’Arabie saoudite dans le but déclaré de combattre les groupes djihadistes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...