« Accord Hamas-Israël imminent » au grand dam des factions palestiniennes
Rechercher

« Accord Hamas-Israël imminent » au grand dam des factions palestiniennes

Un cessez-le-feu à long terme entre le Hamas et Israël éloignerait la bande de Gaza de la Cisjordanie pour de bon, affirme un responsable palestinien du parti communiste

Elhanan Miller est notre journaliste spécialiste des affaires arabes

Le chef du Hamas, Khaled Mashaal, en visite en Tunisie en septembre 2014. (Crédit : AFP/ SALAH HABIBI)
Le chef du Hamas, Khaled Mashaal, en visite en Tunisie en septembre 2014. (Crédit : AFP/ SALAH HABIBI)

Le Hamas est sur le point de signer un accord « global » avec Israël pour la levée du blocus qui pèse sur Gaza depuis huit ans en échange d’un cessez-le-feu à long terme. C’est ce qu’a déclaré un haut fonctionnaire turc ce dimanche.

Mais l’accord est confronté à une opposition intérieure venue de l’extérieur, car des factions palestiniennes considèrent le possible accord comme un danger potentiel pour l’unité politique de la bande de Gaza et de la Cisjordanie, comme organisé par les accords d’Oslo.

Dans une interview avec le journal du Hamas, al-Resalah, Yasin Aktay, un conseiller du Premier ministre turc, Ahmet Davutoglu, et du vice-président du Parti de la justice et du développement, a déclaré que le chef politique du Hamas, Khaled Meshaal, est venu à Ankara la semaine dernière pour informer les dirigeants turcs des détails d’un accord conclu avec Israël et organisé par l’ancien Premier ministre britannique Tony Blair.

Les détails de l’accord imminent, d’abord rapportés par le quotidien londonien al-Hayat ce jeudi, ont commencé à être diffusés via les canaux d’informations du Hamas ce week-end.

Selon plusieurs sources, Gaza sera autorisé à importer des marchandises à travers un « port flottant » situé à 3 kilomètres au large des côtes. Un port intermédiaire sera établi à Chypre, où toutes les marchandises à destination de Gaza seront examinées par les représentants de l’OTAN.

Selon le quotidien du Hamas, al-Resalah, Israël aimerait obtenir de l’accord de plus larges contreparties, comme l’échange de « prisonniers israéliens vivants et morts » détenus par le Hamas.

C’est probablement une référence au citoyen éthiopien-israélien Avraham Abera Mengistu et au Bédouin qui sont entrés dans la bande de Gaza volontairement, ainsi qu’aux dépouilles des soldats israéliens tués lors de l’opération Bordure protectrice de l’été dernier. Ils pourraient être échangés contre des membres du Hamas emprisonnés par Israël.

Des soldats de la brigade Givati près d'un tunnel du Hamas en juillet dernier  (Crédit : IDF Spokesperson’s Unit/Flash90)
Des soldats de la brigade Givati près d’un tunnel du Hamas en juillet dernier (Crédit : IDF Spokesperson’s Unit/Flash90)

Le site Internet israélien en langue arabe al-Masdar a rapporté ce dimanche que les dirigeants du Hamas ont tenu une réunion à Gaza vendredi, en précisant les détails de l’accord.

Selon une source anonyme du Hamas citée par al-Masdar, Israël a également accepté de permettre à des milliers de journaliers de Gaza de traverser le passage d’Erez en échange de la promesse du Hamas de cesser de lancer des roquettes sur Israël et de creuser des tunnels d’attaque en dessous de la frontière pour une période d’au moins huit ans.

Les responsables israéliens n’ont pas voulu commenter l’accord annoncé.

Le Conseil de la Choura du Hamas, le plus haut organe délibérant du mouvement, a entériné l’accord après un débat de trois heures. Selon al-Masdar, l’ancien Premier ministre du Hamas, Ismail Haniyeh, a exprimé sa préoccupation que l’accord pourrait nuire aux relations nouvellement améliorées avec l’Egypte.

« Cet accord n’est plus rumeurs ou murmures : il peut être signé d’une minute à l’autre, » a déclaré Walid Awadh, un membre du bureau politique du Parti du peuple palestinien (PPP), anciennement le Parti communiste, à Gaza. Les fonctionnaires des factions de l’OLP, comme le PPP, ont reçu des informations de la part du Hamas sur les négociations avec Blair au cours du mois passé, comme l’a indiqué Awadh au Times of Israël.

 Walid Awadh (Crédit : Walid Awadh Facebook page)
Walid Awadh (Crédit : Walid Awadh Facebook page)

Awadh a déclaré que son parti, comme toutes les autres factions de l’OLP, est opposé par principe à l’accord conclu entre le Hamas et Israël.

L’accord, effectué unilatéralement par le Hamas sans consulter l’Autorité palestinienne, renforce la fracture politique avec le Fatah et finira par détacher complètement Gaza de la Cisjordanie et de Jérusalem, a-t-il averti.

« Gaza fait face à un avenir inconnu, » a-t-il affirmé. « Cet accord nous conduit d’une fracture politique à une véritable sécession [de Gaza], ce qui rend impossible l’appartenance de Gaza à un Etat palestinien futur ».

Awadh a déclaré que l’accord est en cours de finalisation « loin de la bande de Gaza » par les dirigeants du Hamas à l’étranger en coordination avec le Qatar et la Turquie.

Aviser les organisations de l’OLP à Gaza n’a été fait qu’en vue de commercialiser l’accord et de le présenter comme le résultat d’un consensus local. La plupart des factions à Gaza soutiennent un cessez-le-feu avec Israël, a souligné Awadh, mais insistent sur le fait qu’il doit être le résultat de la « représentation palestinienne unifiée, et lier l’avenir de la bande de Gaza à celle de la Cisjordanie ».

« Aucun d’entre nous n’a eu le droit de débattre de cet accord ou de le modifier, » a-t-il affirmé.

La consternation exprimée par Awadh vis-à-vis du Hamas a été exprimée de façon encore plus crue par le porte-parole du Fatah, Oussama Qawasmi, ce week-end.

« Pourquoi insister sur un passage naval vers le monde entier, mais pas vers la Cisjordanie ?, » se demande Qawasmi dans un communiqué de presse publié sur le site officiel du Fatah.

« Pourquoi le corridor terrestre avec la Cisjordanie, connu comme le « passage sûr » n’a-t-il pas été proposé avant toute autre chose, étant donné que la délégation de l’OLP a soulevé la question avec force ? Gaza est-elle [seulement] une question humanitaire ou fait-elle partie de la patrie palestinienne ? »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...