Rechercher

Aider les descendants des Crypto-Juifs à renouer avec leur héritage séfarade volé

Le certificat d'ascendance séfarade valide l'identité, tandis qu'une base de données en ligne contenant 45 000 noms de famille séfarades facilite la recherche des racines

De gauche à droite : Genie Milgrom, généalogiste, Ashley Perry, de Reconnectar, et Drora Arussy, de l'Institut de l'expérience juive de la FSA. (Crédit : Avrom Ariev)
De gauche à droite : Genie Milgrom, généalogiste, Ashley Perry, de Reconnectar, et Drora Arussy, de l'Institut de l'expérience juive de la FSA. (Crédit : Avrom Ariev)

Deux nouvelles initiatives connexes permettent aux descendants des Juifs qui ont été persécutés, forcés à se convertir au christianisme ou expulsés de la péninsule ibérique lors de l’Inquisition aux XIVe et XVe siècles, de renouer plus facilement avec leurs racines.

La première initiative consiste en un certificat d’ascendance séfarade, pour lequel les descendants des communautés séfarades d’Espagne et du Portugal, qui ne font pas partie de la communauté juive et ne sont pas reconnus par la halakha (la loi juive) peuvent faire une demande. Le certificat reconnaît le lien génétique ou historique d’une personne avec le judaïsme séfarade mais n’est pas officiel à des fins religieuses (telles que la conversion) ou pour une demande de citoyenneté espagnole ou portugaise.

Le certificat est le fruit d’un effort conjoint de l’Institut de l’expérience juive de la Fédération séfarade américaine (FSA), de Reconectar, une organisation qui aide les descendants des communautés juives espagnoles et portugaises à renouer avec le peuple juif, et de Genie Milgrom, une auteure, chercheuse et généalogiste qui a entièrement documenté sa lignée maternelle ininterrompue sur 22 générations en remontant jusqu’en 1405 dans l’Espagne et le Portugal d’avant l’Inquisition.

« De nombreuses personnes sont à la recherche d’une reconnaissance de leur ascendance juive séfarade. Un tel certificat serait, pour eux, une fierté », a déclaré Ashley Perry, fondatrice de Reconectar, qui compte au total 20 000 adeptes sur ses pages Facebook en anglais, espagnol, portugais et catalan.

De récentes recherches universitaires et génétiques ont démontré qu’il y aurait jusqu’à 200 millions de personnes, principalement en Amérique latine, en Amérique du Nord et en Europe, qui ont une « ascendance juive significative », c’est-à-dire au moins 5 % d’ADN séfarade », a déclaré Perry.

Basée en Israël, Perry, dont le nom d’origine de la famille était Perez, fait pression sur la Knesset et les organisations juives pour qu’elles trouvent des réponses appropriées à ce nombre croissant de personnes qui découvrent leurs origines juives séfarades.

La généalogiste Milgrom est spécialisée dans le traçage des lignées de Crypto-Juifs, également connus sous le nom d’Anousim, Marranos et Conversos. Les Crypto-Juifs étaient des Juifs qui se présentaient extérieurement comme des chrétiens mais continuaient à pratiquer le judaïsme en secret pour éviter les persécutions dans l’Espagne et le Portugal médiévaux et leurs colonies. Nombre d’entre eux étaient dénoncés pendant l’Inquisition comme des « judaïsants », et souvent emprisonnés, torturés et tués ( par autodafé ou sur le bûcher). Ceux qui ont survécu ont peut-être conservé certaines coutumes juives, mais leur identité juive fondamentale a disparu au fil des générations, surtout après s’être dispersés et installés dans le Nouveau monde.

C’est le cas de la famille de Milgrom, dont les membres étaient de fervents catholiques et se sont finalement retrouvés à Cuba.

Documents datant de l’Inquisition, provenant des îles Canaries. (Crédit : Genie Milgrom)

Genie Milgrom a expliqué au Times of Israel, depuis son domicile en Floride, qu’il ne se passait pas un jour sans qu’elle ne reçoive de nombreuses demandes de personnes lui demandant de l’aide pour retracer leur lignée juive.

Le dernier projet de Milgrom, une vaste base de données ancestrales de noms de famille de Juifs séfarades et de Crypto-Juifs, complète le Certificate of Sephardic Ancestry, permettant aux gens de faire des recherches initiales pour identifier leurs ancêtres juifs.

Tout comme la demande de certificat d’ascendance séfarade, la base de données a été récemment mise en ligne sur le site de la FSA.

La base de données contient 60 000 éléments d’information, dont 45 000 noms de famille. Il y a deux façons de faire des recherches dans la base de données. L’option « Ancestral Search » permet à l’utilisateur de parcourir 49 catégories distinctes et de rechercher son nom de famille. Parmi ces catégories figurent les détails des listes de passagers pour toutes les personnes arrivées ou s’étant dirigées vers une colonie espagnole, depuis le début des années 1500 jusqu’en 1588. Cette liste, exhaustive mais pas encore complète, contient plus de 5 000 noms de famille. Une autre liste comprend 1 430 noms de Juifs hispano-portugais figurant sur des pierres tombales en Jamaïque du XVIIe siècle au XXe siècle. Une troisième liste comprend 2 657 documents datant de l’Inquisition au Mexique.

Genie Milgrom à la recherche de livres rares ou anciens à Montevideo, en Uruguay. (Crédit : Autorisation)

Dans chacune de ces catégories, les informations suivantes sont fournies (lorsqu’elles sont disponibles) : prénom, nom de famille, pseudonyme, année (du document), origine, résidence, profession, commentaires spéciaux et référence (source de l’information).

La deuxième option de recherche dans la base de données se fait par ordre alphabétique des noms de famille, de Aabela à Zemmour. Une bibliographie est fournie pour chaque nom afin que les intéressés puissent consulter le(s) livre(s) ou le(s) document(s) original(aux) où le nom apparaît et ainsi effectuer leurs recherches complémentaires.

« Je téléchargeais les informations par pays quand j’ai remarqué que les mêmes noms apparaissaient dans plusieurs pays. J’avais besoin d’utiliser un programme informatique capable de lire toutes mes données et de retracer la progression de ces noms en tenant compte de la localisation et de la chronologie. Il est devenu évident que les familles avaient principalement migré d’est en ouest autour du globe », a expliqué Milgrom.

Pierre tombale dans un cimetière juif hispano-portugais, en Jamaïque. (Crédit : Genie Milgrom)

L’ethnobotaniste Doug Schar, de la région de Washington, a déclaré au Times of Israel qu’il avait grandement bénéficié du travail de Milgrom. Chercheur en histoire crypto-juive, il a appris que la famille colonialiste américaine de son père, supposée non-juive, descendait en réalité de Juifs séfarades. Il a également pu relier ses relations huguenotes à l’Espagne et à des ancêtres ayant conservé leur judaïsme.

« Cette femme est une véritable dynamo de la saisie de données », dit Schar. « Son travail, qu’il s’agisse des registres de la synagogue de Bevis Marks ou des registres de mariage hollandais, m’a permis de retracer le déplacement de ma famille d’Espagne à Londres, Amsterdam et le Nouveau monde. La beauté de ses bases de données, c’est qu’une fois que vous avez un nom de famille, vous pouvez retracer les déplacements dans le monde entier », a-t-il déclaré.

La base de données de Milgrom comprend également des liens vers des ressources auxiliaires utiles, allant d’une liste de contacts pour les églises de Cuba où sont conservés des documents, aux coordonnées des archives du monde entier qui abritent les documents de l’Inquisition, en passant par des informations sur les taxes payées en Espagne sur les têtes juives par village ou hameau au XVe siècle, ou encore des listes de professions trouvées dans les documents de l’Inquisition du Portugal.

Informations sur les arbres généalogiques sur les murs d’un musée, à Curaçao. (Crédit : Genie Milgrom)

« Lorsque j’ai commencé mes propres recherches généalogiques en 2009, j’ai dû tout faire par moi-même. Cela m’a pris trois ans de travail ininterrompu. Cette base de données sur laquelle j’ai travaillé ces dix dernières années a pour but d’aider les gens dans leurs recherches en leur évitant d’avoir à consulter les documents originaux de l’Inquisition, qui ne sont pas accessibles en ligne », a expliqué Genie Milgrom.

« J’espère que les gens retrouveront leurs ancêtres juifs dans le Nouveau Monde et qu’ils n’auront pas à remonter plus loin. Cela leur fera gagner au moins quelques centaines d’années », a-t-elle ajouté.

Pour constituer la base de données des noms et des ressources annexes, Milgrom a parcouru le monde, visitant tous les pays ayant des liens avec les Juifs séfarades et les Crypto-Juifs. Elle a passé d’innombrables heures plongée dans des archives, des cimetières, des musées, des synagogues et des librairies rares et anciennes. Elle a traqué et parcouru des livres portant des titres tels que Pauvreté et bien-être des Juifs portugais dans l’Amsterdam du début de l’ère moderne, Les Juifs dans l’Espagne chrétienne, La Jamaïque espagnole, Les victimes de l’Inquisition péruvienne et Les pierres précieuses des Juifs de Curaçao.

Elle estime qu’en allant au-delà des documents de l’Inquisition et en parcourant les bibliographies d’ouvrages savants, elle a pu récupérer « chaque bribe d’information ».

La base de données de Milgrom, qui sera également disponible sur son site web, se veut une ressource pour ceux qui cherchent un soutien pour leur demande de certificat d’ascendance séfarade, ainsi que pour les généalogistes amateurs ou professionnels. Son site web offrira également un accès gratuit aux documents des Archives centrales pour l’histoire du peuple juif, ainsi que des tutoriels sur l’utilisation de la base de données et des documents annexes.

Des noms de Juifs dont les ancêtres ont été expulsés d’Iberia sur un mur commémoratif à Casablanca, au Maroc. (Crédit : Genie Milgrom)

Selon Drora Arussy, directrice de l’Institut de l’expérience juive du FSA, le projet de certification et la base de données s’inscrivent parfaitement dans la mission de son organisation, qui consiste à chapeauter toutes les recherches juives non ashkénazes.

« Nous nous concentrons sur l’histoire, la culture et les coutumes des Juifs pratiquants dans le monde. Cependant, les Crypto-Juifs sont liés à notre peuple que ce soit de façon évidente ou indirecte », a déclaré Arussy.

Certificat d’ascendance séfarade délivré par le FSA, Reconectar et Genie Milgrom. (Crédit : Autorisation)

« La base de données de Genie est une incroyable ressource pour tous, qu’ils connaissent ou non leur histoire juive. C’est un bon moyen de se reconnecter », a-t-elle déclaré.

Le processus d’enregistrement du certificat (en anglais et en espagnol) demande de fournir des informations telles que le nom de famille, l’origine familiale, les résultats de tests ADN, les arbres généalogiques, les travaux généalogiques réalisés, la documentation des coutumes familiales et les photos d’objets juifs. Après délibération d’un groupe d’experts (qui peut demander des informations supplémentaires), le candidat est informé de son admissibilité à la certification. Ceux qui remplissent les conditions requises doivent payer 125 dollars pour obtenir le certificat et bénéficier d’un ensemble d’avantages éducatifs. Toutes les recettes sont reversées pour promouvoir l’initiative.

« Donner aux gens une reconnaissance et un sentiment d’identité est significatif. De nombreuses personnes, notamment en Amérique latine, sont fières de leurs racines juives », a déclaré Perry.

Schar est d’accord pour dire que le programme de certificat donne aux personnes désireuses de renouer avec leur héritage juif et avec le peuple juif l’occasion de faire un petit pas dans cette direction.

« Les familles crypto-juives ont caché leur identité pendant des centaines d’années pour sauver leur vie, et se débarrasser de ces centaines d’années de clandestinité n’est pas une mince affaire. C’est un grand pas effrayant pour la plupart des gens », a déclaré Schar.

« Bien qu’il ne s’agisse pas d’un certificat halakhique, il donne aux gens une reconnaissance qui les encourage à explorer leur héritage juif avec plus de confiance en eux », a-t-il ajouté.

Pour certains, il sera suffisant d’apprendre que leur nom de famille est séfarade, pour d’autres, ce qu’ils découvriront les lancera dans une sérieuse quête généalogique remontant à l’Ibérie du XVe siècle. Certains voudront continuer à vivre comme avant, d’autres seront attirés par le judaïsme.

« Nous répondons aux besoins d’un mouvement organique en pleine expansion, issu des avancées technologiques, comme les réseaux sociaux et les tests ADN. Tous les niveaux de connexion ont leur place chez nous », a déclaré Perry.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...